Accessibilité

retour en haut

Actualité

Une nouvelle bande pour le WiFi à 6 GHz ?

02/06/2020

Dans les foyers français, l’arrivée de la fibre optique et l’accroissement de la consommation de données font craindre une saturation des réseaux WiFi domestiques. En entreprise, qu’il s’agisse de bureaux ou d’usines, la consommation  en ressources spectrales est encore plus importante : c’est aussi le WiFi, en effet, qui connecte aujourd’hui une large proportion des ordinateurs ou des machines. Enfin, les besoins de connexion entre nos objets personnels, qui reposent sur le Bluetooth  ou le WiFi, sont appelés à exploser avec la multiplication des objets communicants.

La bande historique du WiFi (2,45 GHz) est limitée à 83 MHz utiles. Quant à la bande 5 GHz, elle inclut certes deux bandes de 200 MHz et 255 MHz, mais sujettes à diverses contraintes de partage, dont le DFS (Dynamic Frequency Selection), indispensable à la protection des radars de la météorologie et de la Défense. Face à l’accroissement des besoins en débit et en capacité, les industriels du WiFi cherchent  donc depuis une dizaine d’années à élargir les bandes ouvertes au WiFi. Une première piste serait d’accéder aux portions de la bande 5 GHz réservées pour d’autres applications. Malheureusement, aucune solution de partage ne s’est avérée satisfaisante. Le seul apport concret de ces études a été, lors de la Conférence mondiale des radiocommunications 2019, de relâcher les contraintes techniques entre 5,15 et 5,25 GHz afin que cette bande puisse accueillir des équipements WiFi en mobilité (voitures, trains, drones, etc.).

Un projet porté par la CEPT

D’autres études, couvertes par un mandat de la Commission européenne à la CEPT, ont été initiées depuis deux ans en Europe pour ouvrir la bande 5 925 – 6 425 MHz au WiFi. Cela permettrait presque de doubler le spectre actuellement disponible en WiFi : 500 MHz contigus, 6 canaux de 80 MHz et 3 canaux de 160 MHz permettraient de mieux tirer parti de la nouvelle technologie WiFi 6E. Aujourd’hui, cette bande accueille partout en Europe des liaisons montantes vers des satellites de communication ou des liaisons hertziennes point à point. L’objectif des études est de déterminer les conditions techniques assurant leur protection. Elles sont sur le point d’aboutir au sein de la CEPT avec, en juillet, une consultation publique sur la réponse finale au mandat de la Commission.

Protéger les satellites et les faisceaux hertziens

La protection des satellites s’appuiera sur une combinaison de paramètres techniques que devront respecter les émetteurs WiFi, dont la puissance, les restrictions d’usage en extérieur et, éventuellement, des limitations en nombre. Par exemple, des usages entre objets communicants de très faible puissance (VLP pour very low power, soit environ 25 mW), seront possibles même en extérieur, tandis que les usages un peu plus puissants (LPI pour low power indoor, environ 200 mW) devront être confinés à l’intérieur des bâtiments. D’autres types utilisations (à plus forte puissance en intérieur, ou en extérieur) ne pourront être autorisées qu’en en limitant le nombre, pour éviter qu’un trop fort cumul ne brouille les satellites.

La protection des liaisons hertziennes a été l’objet d’études approfondies compte tenu de la sensibilité de ces liaisons aux brouillages. Les conclusions, au niveau européen, restent d’ailleurs contrastées. Sur le plan technique, il a été démontré que les liaisons hertziennes bien dégagées du bâti environnant ne seront pas affectées par les usages WiFi. En revanche, des liaisons en environnement urbain avec des antennes proches du bâti environnant pourraient être brouillées par le WiFi LPI, s’il est émis faible distance, en étage élevé et en visibilité de la station.

Vers une solution de partage fondée sur des bases de données ?

L’ANFR cherche donc, avec ses partenaires européens, à mieux garantir la protection de ces liaisons. Une solution prometteuse repose sur l’usage d’une base de données informant chaque équipement WiFi, en fonction de sa localisation, des fréquences utilisables dans la zone. Un démonstrateur utilisant la blockchain de l’ANFR est en cours de développement.

Outre la garantie de protection des liaisons hertziennes, cette solution de partage permettrait aussi d’envisager l’utilisation d’un WiFi de plus forte puissance ou en extérieur, car la base de données pourrait garantir que leur densité resterait limité, ce qui correspond d’ailleurs aux applications envisagées pour cette catégorie d’équipements.

L’Agence est aussi active, en soutien aux industriels français, pour garantir que le WiFi 6 GHz ne perturbera pas les systèmes de communications pour les métros automatiques, qui utilisent la bande harmonisée ITS située juste au-dessous de 5 935 MHz. En effet, des équipements WiFi VLP pourront demain accompagner des voyageurs à l’intérieur des trains ou sur les quais, tandis que des émetteurs WiFi LPI pourront faire leur apparition dans des bâtiments situés le long des voies. Dans ce contexte, des limites strictes doivent être définies pour éviter les rayonnements non désirés sous 5 935 MHz.

Dans les prochains mois, études techniques et négociations se poursuivront avec nos partenaires européens sur ces points encore en suspens. La Commission européenne devrait proposer rapidement une décision d’harmonisation communautaire et, le cas échéant, l’ANFR mettra en place, en coopération avec l’Arcep, le dispositif de base de données. Avec 500 MHz de spectre supplémentaire disponible, le WiFi trouvera ainsi un nouveau souffle pour répondre aux besoins croissants de débit !

🔎Pour tout savoir sur la surveillance du marché des équipements #radioélectriques, consultez la brochure pédagogique 📝de l’@anfr sur la directive RED, qui harmonise les réglementations des États membres de l’UE 🇪🇺
▶️ https://t.co/En5f6oGnyw https://t.co/avhpzcvQmD

Vous avez dit #DAS ? Le DAS évalue l’énergie des ondes électromagnétiques qu’absorbe le corps humain lors de l’utilisation d’un équipement radioélectrique tel qu’un téléphone. Le DAS s’exprime en Watt par kilogramme (W/kg).
▶️ https://t.co/XlrR6QisdN https://t.co/JXTvJlsAK0

Les agents de l’@anfr assurent également la sécurité en mer ! Ils vérifient le bon fonctionnement des équipements radio à bord des navires, indispensables pour prévenir les secours en cas de problème. Découvrez les 3 visites des équipes de l’ANFR ici :👉 https://t.co/UWBAjbTJVS https://t.co/q4uiC46wAp

Ce visuel sur les conséquences nocives de la 5G a été partagé près de 20 000 fois sur Facebook. Conçu par @ZeroDechetStras et @xrFrance, il présente cependant des approximations, voire de fausses informations. #VraiOuFake @franceinfoplus cc @CNES @anfr https://t.co/KDkqKHNSLC

💡Saviez-vous que pour l'installation d'un réseau local sans fil (RLAN) dans la bande 5 GHz, comme par ex un réseau WiFi, il est essentiel de suivre certaines règles pour ne pas brouiller les radars météorologiques notamment. Pour en savoir + : https://t.co/cFwVtNxRWJ https://t.co/2PO8Eg9ZiL

#Recrutement 🧐

L'@anfr recrutre :

▶️ Un/Une Gestionnaire dépenses et recettes

👉 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/V9kTI4cgdP

La #5G bénéficie de 2 bandes de fréquences : la 3,5 GHz et la 26 GHz. Elle pourra aussi se déployer dans des bandes + ⬇️dès que les conditions techniques d’utilisation des fréquences le permettront. Or,pour la bande 700MHz, ces conditions sont déjà réunies https://t.co/vPQWo2JUsS https://t.co/G4KMHbHATr

L’arrivée de la #5G : quels impacts en termes d’expositions aux #ondes #électromagnétiques ?
Découvrez l’interview de Joe Wiart, prof @IMTech, titulaire de la Chaire Modélisation, Caractérisation et Maîtrise des expositions aux ondes électromagnétiques.
👉 https://t.co/EQnUi4kJ5Z

[Conseils personnalisés] #Fréquences #Startups, des questions sur le fonctionnement et l’accès à certains domaines ? L'@anfr et l'@Arcep vous éclairent sur leurs réglementations spécifiques
Prenez RDV (à distance)➡️https://t.co/3noH8nr6Qb https://t.co/lx4JiXiGus

#LesMétiersANFR ‍
Quelles sont les missions d’une ingénieure à la Direction de la stratégie de l’@anfr ? Emmanuelle Conil présente son travail sur les mesures d’exposition du public aux #ondes et sur l’arrivée prochaine de la #5G. Son interview :
🆕 https://t.co/4tJ30fMwkO https://t.co/gGrKhCV5Nt

#LesEnquêtesANFR 🕵️‍♀️
Les agents de l’@anfr sur le terrain pour résoudre un brouillage de radar météo à Montclar. Quel était LE vrai brouilleur parmi les 1 901 réseaux WiFi 5 GHz en activité dans la zone ?? Retrouvez notre enquête ici : 👉 https://t.co/fVIdOkermz https://t.co/v9FT1hyk8u

#webserieDAS Dans le cadre de ses missions de contrôle de l’exposition du public aux #ondes, l’@ANFR prélève sur les lieux de ventes des terminaux mobiles et vérifie s’ils sont conformes à la règlementation européenne. Quel est son rôle exact ? Découvrez- le avec #Hertzi ici 👇 https://t.co/PLNNIeRToC

[#ObservatoireANFR] 📱📊

En juin, 4 nouvelles stations #5G ont été autorisées par l’@anfr dans le cadre des expérimentations organisées par l’
@Arcep : 494 #stations #5G en France sont en test dans la bande 3,5 GHz au 1er juillet.

▶️ https://t.co/R3xnOWxep9 https://t.co/xiDvvv9cuM

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er juillet :
@orange (22 494 sites, + 310 en juin 2020);
@SFR (19 658 sites, + 344)
@bouyguestelecom (18 706 sites, + 257)
@free (16 665 sites, + 579)

▶️ https://t.co/K27U2zp5fW https://t.co/GixetAHDRd

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 1er juillet 2020, 52 895 sites #4G sont autorisés par l'@anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.

▶️ https://t.co/QMl8g8WsYu https://t.co/d8scRuyMYd

Nous avons lancé avec @Elisabeth_Borne, @BrunoLeMaire et @OlivierVeran une étude pour identifier dans le monde entier les meilleures pratiques. Je rappelle qu'en France nous avons une limitation d'exposition aux ondes qui doit être respectée quelle que soit la technologie. #5G https://t.co/722yuEJR0G

La concertation est indispensable : le Comité National de Dialogue de l’ @anfr mettra tout en œuvre pour y contribuer dans l’intérêt général. https://t.co/A7ZP25qPW1

#webserieDAS En 🇪🇺, pour connaître l’exposition aux #ondes due aux📱, on a harmonisé la méthode de mesure du #DAS selon l’utilisation qui est faite du📱 à proximité du corps. Il existe donc 3 types de #DAS : le DAS tête, le DAS tronc et le DAS membres. Suivez #Hertzi dans cette📽️ https://t.co/77GzqVRNL6

ANFR a Retweeté

"Quels sont été les leviers d'action ?
1/ Procédures d'autorisation de fréquence fluides et normales (+ de 1000 par semaine) dans les règles avec un maintien de l'extranet COMSIS
2/ Ressources hertziennes avec l'activation de relais déjà autorisés"
@GillesBregant @anfr #THD2020

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil