retour en haut

La mesure du DAS

 

La détermination du DAS nécessite l’utilisation d’une sonde de mesure, ce qui rend impossible les contrôles de conformité sur les êtres vivants. On a recours à un mannequin, dispositif simulant le corps humain. Ce mannequin a la forme d’une tête pour l’évaluation du DAS tête et d’un plan pour le DAS tronc. Il est rempli de liquide homogène simulant les tissus humains, en particulier vis-à-vis de l’échauffement.

exemple de téléphone placé contre le mannequin représentant la tête remplie de liquide (@DR)

Pour maintenir la confiance dans la mesure, le dispositif de mesure avec le mannequin est testé avant chaque essai avec des émissions créées par des antennes et des générateurs de laboratoire suivis au niveau métrologique. Les laboratoires sont d’ailleurs régulièrement contrôlés dans ses pratiques par une entité extérieure (en France le COFRAC) pour s’assurer d’un haut niveau de qualité.

Le système de mesure avec un équipement en test (@DR)

Le téléphone est placé par rapport au mannequin dans les positions fixées par les normes, en particulier à puissance maximale.

Mesure d’un équipement (dessous à 0.5cm)  (@DR)

Les capteurs évaluent l’exposition de la tête et du tronc par la mesure du champ électrique en recherchant le champ maximal moyenné sur 10 grammes dans le volume du mannequin.  

Cette phase de recherche nécessite de trouver le maximum dans tout le volume du mannequin considéré pour toutes les orientations du téléphone, toutes les technologies et modes de fonctionnement et toutes les fréquences lorsque le téléphone émet à pleine puissance. Si le téléphone peut fonctionner avec plusieurs émissions simultanées, ces cas sont pris en compte pour la recherche du maximum. Des évaluations par excès sont autorisées en sommant les contributions en supposant que le maximum se situe au même endroit. 

Dans le cadre d’une recherche de non-conformité les essais ne sont en général pas exhaustifs et des stratégies de mesure peuvent être mise en place pour identifier rapidement la configuration créant le maximum d’exposition.

 

Les DAS sont estimés avec un mobile émettant :

  1. à sa puissance maximale ;
  2. pendant 100 % du temps ;
  3. pour une durée totale de 6 mn. 

 

Les valeurs de DAS mesurées en laboratoire ne reflètent donc pas l’usage le plus courant d’un téléphone :

  • pour une communication vocale, le téléphone n’émet statistiquement qu’environ la moitié du temps, le téléphone n’émettant pas lors de l’écoute ; en outre, la durée moyenne des appels est inférieure à 6 minutes ;
  • pour un usage orienté données (internet ou vidéo), les durées d’utilisation sont plus longues, mais le téléphone émet rarement plus de 10 % du temps ;
  • enfin, pour tous les usages, le téléphone émet rarement à sa puissance maximale : la configuration des mesures de DAS (puissance maximale) ne se rencontre dans la réalité que dans des conditions très particulières, notamment lorsque le téléphone se trouve en limite de couverture (une seule barre pour l’icône qui symbolise la qualité de réception).

L’@ANFR publie l’analyse des mesures d’exposition du public aux ondes de + de 300 compteurs #Linky. Les résultats montrent que ces compteurs n’émettent que sur une faible partie du temps et que les niveaux relevés sont très faibles.
https://t.co/Wnng5KTrMa https://t.co/PX2oUXaeXM

Le #RSPG publie une consultation publique sur un projet d’avis portant sur le rôle de la politique du spectre dans la lutte contre le changement climatique. Vous souhaitez contribuer ? C’est jusqu’au 31 aout et c’est ici ⤵️ : https://t.co/h8oigVXBme https://t.co/mN1gFbGqtU

#recrutement 🧐
L'ANFR recrute :

▶️ Un(e) gestionnaire de saisie

🆕 https://t.co/LAMNBMQOd1 https://t.co/HlSip70V5s

ANFR a Retweeté

L’arrivée de la 5G est au cœur du débat public et son déploiement interroge, notamment en termes d’exposition aux ondes. Qu'en est-il ? @anfr fait le point. https://t.co/XkCo39bvxH

Politique européenne du spectre : le #RSPG publie pls avis sur : la ‘#5G et au-delà’, le ‘programme pluriannuel de politique du spectre’, le ‘partage des fréquences’, la ‘coordination UHF entre l’Italie et la Croatie’+ un premier avis sur la #CMR23.
ℹ️ https://t.co/lYQ3cZflbh https://t.co/b8MoofxVjZ

#LesmetiersANFR
💬" C’est bien connu, les fréquences n’ont pas de frontières. Il faut donc veiller à ce que les émetteurs des uns et des autres ne créent pas de brouillages d’un pays à l’autre...".
Découvrez l’itw de G. Delaire, Ingénieur à l’ANFR. https://t.co/IhmcBa6hZl https://t.co/PRlXQhCPVH

Et les résultats des mesures de ces sondes bientôt disponibles en temps réel sur https://t.co/GkBICzAnbT et en open data sur https://t.co/1mxyMZKQyx ! #5G #ondes @villedelille59 @exemlab #opendata https://t.co/qj5wApxOR7

#WIFI6 De nouvelles ressources en fréquences dans la bande 6 GHz ont été adoptées par la Commission européenne pour répondre aux besoins de montée en débit pour les usages #WIFI. Toutes les informations dans cette article https://t.co/y2IsagGe68 https://t.co/8rAdNTWRtJ

L’@anfr publie l’analyse des mesures de #DAS (Débit d’Absorption Spécifique) réalisées en 2020 sur 95 téléphones portables de 33 marques différentes. Parmi ceux-ci, 9 téléphones ont dépassé la limite réglementaire.

https://t.co/XlCE0gvXPF https://t.co/vTUueNyEO8

🔊 Comment les ondes transportent les informations d’un téléphone à un autre en quelques secondes ? C’est le sujet de notre nouvelle vidéo #ANFRacademie à découvrir ici ⤵️ https://t.co/EElqZvsQ7O

#LesenquêtesANFR
« Alerte chez un radioamateur : un brouillage peut en cacher un autre ! » Pour cette nouvelle enquête, découvrez comment des voisins d’un radioamateur ont été involontairement à l’origine de ce brouillage…
https://t.co/pIQLSwCuJ7 https://t.co/3rtiabVgyj

Le déploiement de la 5G sous «surveillance extrêmement forte», assure Cédric O https://t.co/0KAa4XlZHn

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er juillet :
@orange (26 331 sites, +239 sur le mois de juin) ;
@SFR (22 129 sites, +115) ;
@bouyguestelecom (21 800 sites, +157) ;
@free (20 146 sites, +191).

https://t.co/urerzmksxQ https://t.co/ZtnH76MInm

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 1er juillet 2021, 56 742 sites #4G sont autorisés par l' @anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.

🆕https://t.co/2grgCl0ueZ https://t.co/hMEDR1oSeL

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil