Accessibilité

retour en haut

Actualité

Utilisation des drones sur les réseaux mobiles : quels enjeux pour le gestionnaire de fréquences ?

14/07/2019

Aujourd'hui, l’usage des drones de loisirs se développe en Europe dans la bande 2,45 GHz « Wifi » et des travaux sont en cours pour qu’une partie des bandes « WiFi » 5GHz soit aussi utilisable par les drones. Idéales pour le grand public, ces bandes rencontrent une faiblesse majeure dans un cadre professionnel : elles ne peuvent être utilisées au-delà de la ligne de vue directe pour les drones de grande élongation utiles dans les industries de réseaux : électricité, télécoms, ferroviaire, pétrolière etc.. Une solution naturelle est d’utiliser les réseaux mobiles qui bénéficient d’une large couverture  Dans ce contexte, certains opérateurs mobiles ont lancé des expérimentations et des sociétés innovantes investissent ce domaine. Quels sont les enjeux fréquences posés par un tel usage alors que les réseaux mobiles sont planifiés pour une couverture et un usage au sol ? 

Le processus de standardisation à l’origine des spécifications des systèmes mobiles 3G, 4G puis 5G, le 3GPP, s’est approprié le sujet dès 2017. Après avoir précisé quelques scénarios d’usages, il a évalué et confirmé les possibilités de passage d’une cellule à une autre, identifié le besoin de distinguer un terminal « volant » d’un terminal terrestre, avec une signalisation associée, et d’améliorer le contrôle de puissance pour prévenir les brouillages, etc. Les questions d’identification des drones et de remontée d’information vers les autorités de gestion de trafic aérien au travers du réseau mobile sont à l’étude. Les travaux s’élargissent pour préciser les exigences de qualité de service adaptées à ce type d’usage.

L’emploi d’un drone soulève de multiples enjeux pour l’aviation civile, bien au-delà des questions de gestion des fréquences : sécurité des usagers de l’espace aérien et des personnes au sol, prévention des actes malveillants, etc. Un cadre d’usage, tant pour les drones de loisirs que professionnel [1], a ainsi été défini en France afin d’accompagner l’essor de ce marché, très porteur pour notre industrie nationale, tout en fixant des règles d’usages. Au niveau communautaire, l’agence de sécurité et de navigation aérienne (EASA) a analysé les conditions de sécurité à mettre en place, par exemple, en fonction de la hauteur ou de l’altitude à laquelle opère le drone, de son poids, du type de vol (en vue directe ou au-delà de la ligne de vue). Ainsi la Commission [2] vient-elle de préciser récemment les règles et procédures pour l’utilisation de catégories de drones. Trois catégories ont été ainsi définies : ouverte, spécifique ou certifiée. La première entend faciliter l’essor d’un marché et usage grand public de drones de faible poids, volant à très faible hauteur et toujours à vue. Les drones relevant de cette catégorie devront être conformes à la Directive équipement radio, comme tout smartphone, par exemple, mis librement sur le marché européen. Le dernier cas revient à imposer aux drones des obligations de sécurité similaires à celles applicables aux avions. La catégorie « spécifique » reste quant à elle à définir au niveau national, en particulier, en fonction des scénarios.

Ce cadre européen devra être transposé au niveau national indépendamment des usages fréquences. Il s’appliquera également pour des usages de drones sur des réseaux mobiles en fonction des caractéristiques du drone et de son emploi.

Les études en cours en Europe afin de préciser les conditions d’utilisation des drones sous couverture d’un réseau mobile portent, à ce stade, sur l’ensemble des bandes de fréquences exploitées par les réseaux mobiles. Néanmoins, les travaux en cours font l’hypothèse que les drones connectés à des réseaux mobiles bénéficieront de couverture étendue, par exemple en technologie 4G dans des bandes basses (en dessous de 1 GHz) et intermédiaires (1800 MHz par exemple).

Les problématiques qu’un gestionnaire de fréquences doit éclairer sont d’apparence limitées et ciblées : impact sur les réseaux mobiles, coexistence en adjacent entre réseaux mobiles et avec d’autres services, règles de coordination aux frontières. Elles nécessitent néanmoins une analyse et des études techniques approfondies des différents acteurs concernés : gestionnaire des fréquences, opérateurs mobiles, fournisseurs de drones, notamment, afin de mettre en évidence les conditions techniques permettant une utilisation de drones sur des réseaux mobiles.

L’Agence contribue à ces premiers travaux européens qui devraient se conclure en début de l’année 2020. Il ressort des premières analyses que l’usage de drones sur un réseau mobile ne brouillera pas le réseau mobile utilisant un bloc adjacent. En revanche, les impacts sur le réseau pourraient dans certaines configurations ne pas être négligeables, un drone étant plus « brouilleur » qu’un terminal classique car en visibilité de nombreuses stations de base. Cela se traduirait par une perte de capacité du réseau tant dans la cellule utilisée que dans les cellules voisines. Cette problématique de brouillage en co-canal crée un enjeu de coordination aux frontières. De plus, les conditions sous lesquelles opèrent aujourd'hui les réseaux mobiles pour coexister avec les autres utilisateurs opérant en bande adjacente ont été développées sur la base d’usage au sol. Il convient aujourd'hui de s’assurer qu’elles demeurent pertinentes dans le cas de l’emploi d’un drone connecté à un réseau mobile. Par exemple, la protection des radars opérant en dessous de 3,4 GHz imposerait des contraintes supérieures à celles requis pour les réseaux mobiles terrestres. Dans d’autre cas, comme pour faciliter la coexistence avec des stations météo opérant à 1700 MHz, il peut être opportun d’évaluer les possibilités de mise en œuvre de limites de rayonnements non désirés plus contraignantes pour les drones. La distinction du drone par rapport à un terminal mobile classique semble donc s’imposer pour des questions de bonne utilisation du spectre.    

-----

[1] https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/modeles-reduits-et-drones-loisir 
https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/drones-usages-professionnels 

[2] https://ec.europa.eu/transport/sites/transport/files/legislation/c20193824_en.pdf 

ANFR a Retweeté

Antennes, données personnelles... Le vrai du faux sur la 5G https://t.co/6B76Kvfc0Y

🔎Pour tout savoir sur la surveillance du marché des équipements #radioélectriques, consultez la brochure pédagogique 📝de l’@anfr sur la directive RED, qui harmonise les réglementations des États membres de l’UE 🇪🇺
▶️ https://t.co/En5f6oGnyw https://t.co/avhpzcvQmD

Vous avez dit #DAS ? Le DAS évalue l’énergie des ondes électromagnétiques qu’absorbe le corps humain lors de l’utilisation d’un équipement radioélectrique tel qu’un téléphone. Le DAS s’exprime en Watt par kilogramme (W/kg).
▶️ https://t.co/XlrR6QisdN https://t.co/JXTvJlsAK0

Les agents de l’@anfr assurent également la sécurité en mer ! Ils vérifient le bon fonctionnement des équipements radio à bord des navires, indispensables pour prévenir les secours en cas de problème. Découvrez les 3 visites des équipes de l’ANFR ici :👉 https://t.co/UWBAjbTJVS https://t.co/q4uiC46wAp

Ce visuel sur les conséquences nocives de la 5G a été partagé près de 20 000 fois sur Facebook. Conçu par @ZeroDechetStras et @xrFrance, il présente cependant des approximations, voire de fausses informations. #VraiOuFake @franceinfoplus cc @CNES @anfr https://t.co/KDkqKHNSLC

💡Saviez-vous que pour l'installation d'un réseau local sans fil (RLAN) dans la bande 5 GHz, comme par ex un réseau WiFi, il est essentiel de suivre certaines règles pour ne pas brouiller les radars météorologiques notamment. Pour en savoir + : https://t.co/cFwVtNxRWJ https://t.co/2PO8Eg9ZiL

#Recrutement 🧐

L'@anfr recrutre :

▶️ Un/Une Gestionnaire dépenses et recettes

👉 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/V9kTI4cgdP

La #5G bénéficie de 2 bandes de fréquences : la 3,5 GHz et la 26 GHz. Elle pourra aussi se déployer dans des bandes + ⬇️dès que les conditions techniques d’utilisation des fréquences le permettront. Or,pour la bande 700MHz, ces conditions sont déjà réunies https://t.co/vPQWo2JUsS https://t.co/G4KMHbHATr

L’arrivée de la #5G : quels impacts en termes d’expositions aux #ondes #électromagnétiques ?
Découvrez l’interview de Joe Wiart, prof @IMTech, titulaire de la Chaire Modélisation, Caractérisation et Maîtrise des expositions aux ondes électromagnétiques.
👉 https://t.co/EQnUi4kJ5Z

[Conseils personnalisés] #Fréquences #Startups, des questions sur le fonctionnement et l’accès à certains domaines ? L'@anfr et l'@Arcep vous éclairent sur leurs réglementations spécifiques
Prenez RDV (à distance)➡️https://t.co/3noH8nr6Qb https://t.co/lx4JiXiGus

#LesMétiersANFR ‍
Quelles sont les missions d’une ingénieure à la Direction de la stratégie de l’@anfr ? Emmanuelle Conil présente son travail sur les mesures d’exposition du public aux #ondes et sur l’arrivée prochaine de la #5G. Son interview :
🆕 https://t.co/4tJ30fMwkO https://t.co/gGrKhCV5Nt

#LesEnquêtesANFR 🕵️‍♀️
Les agents de l’@anfr sur le terrain pour résoudre un brouillage de radar météo à Montclar. Quel était LE vrai brouilleur parmi les 1 901 réseaux WiFi 5 GHz en activité dans la zone ?? Retrouvez notre enquête ici : 👉 https://t.co/fVIdOkermz https://t.co/v9FT1hyk8u

#webserieDAS Dans le cadre de ses missions de contrôle de l’exposition du public aux #ondes, l’@ANFR prélève sur les lieux de ventes des terminaux mobiles et vérifie s’ils sont conformes à la règlementation européenne. Quel est son rôle exact ? Découvrez- le avec #Hertzi ici 👇 https://t.co/PLNNIeRToC

[#ObservatoireANFR] 📱📊

En juin, 4 nouvelles stations #5G ont été autorisées par l’@anfr dans le cadre des expérimentations organisées par l’
@Arcep : 494 #stations #5G en France sont en test dans la bande 3,5 GHz au 1er juillet.

▶️ https://t.co/R3xnOWxep9 https://t.co/xiDvvv9cuM

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er juillet :
@orange (22 494 sites, + 310 en juin 2020);
@SFR (19 658 sites, + 344)
@bouyguestelecom (18 706 sites, + 257)
@free (16 665 sites, + 579)

▶️ https://t.co/K27U2zp5fW https://t.co/GixetAHDRd

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 1er juillet 2020, 52 895 sites #4G sont autorisés par l'@anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.

▶️ https://t.co/QMl8g8WsYu https://t.co/d8scRuyMYd

Nous avons lancé avec @Elisabeth_Borne, @BrunoLeMaire et @OlivierVeran une étude pour identifier dans le monde entier les meilleures pratiques. Je rappelle qu'en France nous avons une limitation d'exposition aux ondes qui doit être respectée quelle que soit la technologie. #5G https://t.co/722yuEJR0G

La concertation est indispensable : le Comité National de Dialogue de l’ @anfr mettra tout en œuvre pour y contribuer dans l’intérêt général. https://t.co/A7ZP25qPW1

#webserieDAS En 🇪🇺, pour connaître l’exposition aux #ondes due aux📱, on a harmonisé la méthode de mesure du #DAS selon l’utilisation qui est faite du📱 à proximité du corps. Il existe donc 3 types de #DAS : le DAS tête, le DAS tronc et le DAS membres. Suivez #Hertzi dans cette📽️ https://t.co/77GzqVRNL6

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil