Accessibilité

retour en haut

Actualité

L’ANFR publie un rapport sur le déploiement de petites antennes dans du mobilier urbain, pour tester de nouvelles solutions de connectivité au très haut débit mobile

11/12/2018

Trois pilotes réalisés à Annecy, Montreuil et au Kremlin-Bicêtre en 2017 et 2018, sur les réseaux 4G des opérateurs Orange, Bouygues Telecom et SFR, ont permis d’évaluer l’apport d’un réseau de petites antennes dans du mobilier urbain pour favoriser l’accès au très haut débit mobile pour tous. L’étude montre une amélioration sensible des débits montants et descendants et des effets favorables sur la puissance d’émission du téléphone portable. Quant au niveau moyen d’exposition du public aux ondes autour des petites antennes, il reste comparable à celui créé par le réseau actuel d’antennes "macro". 

Ce rapport s’inscrit dans le cadre de l’analyse menée par l’Agence nationale des fréquences (ANFR) relative au déploiement d’un réseau de petites antennes venant compléter le réseau mobile actuel composé d’antennes ”macro”. Cette évolution dans l’architecture des réseaux peut permettre d’améliorer la connectivité dans les zones urbaines denses, à l’heure où la population utilise de plus en plus les réseaux mobiles et où le trafic en France sera multiplié, notamment avec l’arrivée de la 5G, par 8 à 10 d’ici 2023 selon les prévisions.  

Trois cas ont été analysés dans les villes d’Annecy (janvier/février 2017), Montreuil (juillet/août 2017) et au Kremlin Bicêtre (décembre2017/avril 2018). Différentes configurations ont été testées sur des réseaux 4G mis en place par les opérateurs Orange (Annecy) , Bouygues Telecom (Montreuil) et SFR (Le Kremlin-Bicêtre), qui diffèrent notamment par le mobilier urbain utilisé, les bandes de fréquences activées et la densité des zones d’implantation.  

L’analyse des résultats montre que le déploiement des petites antennes permet :

  • une amélioration sensible des débits dans le sens montant (téléphone vers antenne) avec plus de 20 Mb/s dans 75 % des cas contre 11 Mb/s en moyenne sur le réseau "macro" ;
  • une amélioration des débits dans le sens descendant (antenne vers téléphone) avec plus de 50 Mb/s dans 50 % des cas contre 30 Mb/s en moyenne sur le réseau "macro" ;
  • une diminution de la puissance d’émission du téléphone portable lorsque les débits sont comparables à ceux obtenus par un réseau "macro", ce qui diminue l’exposition des usagers aux ondes émises par le mobile tout en améliorant l’autonomie du terminal ;
  • un niveau d’exposition aux ondes du même ordre de grandeur que celui que peut créer un réseau "macro" : à proximité immédiate des petites antennes (moins de 2 m), le niveau d’exposition est de l’ordre de 1 à 3 V/m  ; à environ 100 m des petites antennes, le niveau d’exposition moyen est de l’ordre de 0,7 V/m. Ces valeurs sont faibles par rapport aux valeurs limites réglementaires qui varient de 58 à 61 V/m dans les bandes de fréquences utilisées lors des pilotes.   


Pour plus d’informations


Retrouvez également : 

En direct de la CMR-19 ! La plénière est toujours en cours... Un thread pour donner les principales conclusions adoptées #ituwrc https://t.co/1Oh1zDOccu

En route pour la plénière d’approbation des derniers textes de la CMR #ITUWRC https://t.co/Util4aGiGu

A partir du 1er juillet 2020 , l’affichage du DAS (tête , tronc et membre)sera renforcé et devra figurer sur l’ensemble des équipements radioélectriques. L'@anfr assurera le respect de cette nouvelle règlementation.

👉https://t.co/86dBrcuORB https://t.co/hqcRI2Yp6y

@anfr @ITU @uit Entre satellites, 5G, usages scientifiques, transports, les débats sont vifs à Charm El-Cheikh. Mais, désormais, les textes passent en plénière, et cela durera jusqu’au petit matin du jeudi 21 novembre. Le suspense reste entier sur les derniers arbitrages ! https://t.co/PkuVgkJzkn

@anfr @ITU @uit Au cours d’une CMR, tout peut arriver : il suffit que les Etats tombent d’accord pour que le texte s’inscrive dans le RR. L’ordre du jour est donc fixé à l’avance, pour canaliser les débats. Des commissions permettent de décanter les résolutions avant de les proposer en plénière. https://t.co/CtXpmP4j5H

@anfr @ITU @uit Une CMR, ce n’est pas une conférence classique, avec des orateurs sur scène. C’est une assemblée qui crée une nouvelle loi. Tous les Etats se réunissent en un seul lieu pendant 4 semaines, pour tenter de se mettre d’accord sur un nouveau RR. Chaque Etat dispose d’une voix. https://t.co/h8fM11LVRi

@anfr @ITU @uit Mais voilà, les services sans fil sont toujours plus nombreux. TNT, Galileo, 5G… : le RR doit être actualisé. Si c’était une loi, il faudrait l’inscrire à l’ordre du jour du Parlement. Mais aucun Parlement ne siège au niveau mondial ! L’@UIT organise donc une CMR tous les 4 ans. https://t.co/SphUomlKb9

@anfr @ITU Le RR, c’est l’équivalent d’une loi mondiale que se donnent les Etats pour les usages sans fil. Une organisation internationale dont le siège est à Genève, l’@UIT, est chargée de son application. #ITUWRC

@anfr @ITU Pour organiser tout cela, les Etats ont élaboré un accord international, le règlement des radiocommunications (RR). Il donne des règles du jeu partagées par tous les Etats : quelles fréquences utiliser pour quels types de services ? A qui s’adresser en cas de problème ? #ITUWRC

@anfr @ITU Les fréquences ne connaissent pas de frontières. Cela tombe sous le sens pour les satellites, mais cela vaut aussi pour les transports longue distance (avions, navires). Et, pour les terminaux les plus répandus (téléviseurs, téléphones portables), mieux vaut des bandes communes.

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil