retour en haut

Actualité

La CMR, à quoi ça sert ? - L’ANFR décode la CMR-23 point 1.1 - La 5G contre avions et bateaux à 4,8-4,99 GHz : 3e round à la CMR-23…

17/11/2021

Comme nous l’avions fait pour la préparation de la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2019 (la CMR -19), nous proposons à partir de ce mois-ci un article pour chacun des points qui sera abordé lors de la CMR -23, mettant en perspective les enjeux et débats associés. 

Ce mois-ci, il est question de la protection des services mobiles aéronautiques et maritimes, exploités dans la bande 4,8 - 4,99 GHz dans les espaces aériens et maritimes internationaux, vis-à-vis des IMT, acronyme recouvrant les technologies mobiles, notamment la 5G.

Héritage d’intenses débats techniques et règlementaires des deux précédentes conférences ( CMR -15 et CMR -19), ce point  caractérise la difficulté que présente un changement d’usage aussi important que les déploiements de réseaux mobiles, dans une bande utilisée historiquement pour des communications mobiles aéronautiques et maritimes, y compris dans les espaces aériens internationaux et dans les eaux internationales.

La bande de fréquences 4,8 - 4,99 GHz est attribuée en France au ministère de la Défense avec un statut exclusif. Il s’agit aussi d’une bande harmonisée OTAN. Les systèmes mobiles aéronautiques utilisant cette bande permettent des liaisons de données aéroportées haut-débit, y compris des liaisons entre aéronefs, pour diverses applications, en particulier dans le cadre d’opérations de sécurisation de zones maritimes (lutte contre la piraterie), pour des opérations de l’agence FRONTEX1 ou encore pour des missions d’assistance humanitaire. 

Une première identification de la bande 4,8 - 4,99 GHz pour les IMT avait été obtenue à la CMR -15 par quelques pays de la Région 3 (Cambodge, Laos et Vietnam) bien que les études préparatoires à la CMR eussent démontré la difficulté voire l’impossibilité de cette coexistence. Le compromis avait consisté à associer à cette identification plusieurs contraintes : procédure de demande d’accord, consentement à l’absence de protection contre les brouillages et, surtout, limite de densité surfacique de puissance applicable à 20 km des côtes et 19 km d’altitude. Cette limite, résultat d’un calcul mené par des délégués français dans les dernières phases de négociation de la CMR -15, devait être revue à la CMR -19, l’identification IMT n’entrant d’ailleurs en vigueur qu’à cette date. En pratique, cette restriction pénalisait fortement le déploiement de la 5G, notamment dans les pays à longue façade maritime comme le Vietnam. 

Lors de la CMR -19, plusieurs pays, menés par la Fédération de Russie et la Chine, ont sollicité une généralisation de l’identification IMT et une suppression de la limite de densité surfacique de puissance, qui aurait conduit à une réduction progressive de la disponibilité de la bande pour les applications mobiles maritimes et aéronautiques au large des côtes de ces pays. Ce point fut l’un des plus délicats de la CMR -19 du fait de la pression exercée par la Fédération de Russie et la Chine face à la position défensive exprimée par les États-Unis, la Corée, la France et d’autres pays alliés.  Les négociations aboutirent à l’extension de l’identification IMT à de nombreux pays, assortie toutefois du maintien de la limite de densité surfacique de puissance (à l’exception de 11 pays) et du renforcement de la procédure de l’obligation d’accord en précisant les distances de coordination (jusqu’à 450 km pour les trajets maritimes). Mais, comme bien souvent pour les points très disputés lors des CMR , la protection des services mobiles maritimes et aéronautiques dans les espaces internationaux et la limite de densité surfacique de puissance furent à nouveau inscrits à l’ordre du jour de la CMR -23. 

Depuis le début de la préparation de la CMR -23, les discussions se sont focalisées sur les questions règlementaires. Par exemple, comment garantir la protection d’utilisation dans des zones ne bénéficiant d’aucune souveraineté (et où il est d’ailleurs impossible de notifier des assignations) vis-à-vis de stations installées dans des Etats souverains ? Usuellement, aucune disposition du RR ne s’y applique et c’est aux stations dans les espaces internationaux de respecter les utilisations de fréquences des États côtiers. Mais, il existe des bandes où des dispositions permettent tout de même la protection des utilisations dans les espaces internationaux (par exemple, la bande 13,75-14 GHz et 14,5-14,8 GHz). Ces débats voient en réalité s’opposer deux principes classiques de l’ UIT -R : d’une part le respect des usages existants lorsqu’une nouvelle application est introduite au RR, et d’autre part le droit des administrations à utiliser leur spectre comme elles le souhaitent.

Les discussions s’orientent maintenant vers les questions techniques. La limite de densité surfacique de puissance  définie à la CMR -15 a été calculée à partir d’hypothèses sans doute conservatrices et il s’agit d’évaluer une limite sur des bases plus réalistes. La France a proposé une méthodologie d’évaluation lors de la réunion du groupe de préparation de l’ UIT -R en octobre 2021, qui devrait être largement discutée et complétée en 2022.

La route est longue d’ici la CMR -23 et il est encore difficile d’identifier le compromis qui pourrait émerger lors de cette conférence. Il est néanmoins certain que toute limite de densité surfacique  protégeant les services mobiles maritimes et aéronautiques contraindra fortement les déploiements IMT dans la bande.

----

[1] Agence de garde-frontières et de garde-côtes, créée en 2004 pour aider les États membres de l’UE et les pays associés à l’espace Schengen à protéger les frontières extérieures de l’espace de libre circulation de l’UE.

#recrutement
L'@anfr recrute :
▶️ Un(e) assistant(e) de direction à la direction générale
🆕 https://t.co/sqP2CMTHoy https://t.co/rx5UHcxiyg

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er décembre :
@orange (27 195 sites, +175 en novembre)
@SFR (22 649 sites, +66)
@bouyguestelecom (22 499, +125)
@free (21 092 sites, +220)

https://t.co/XegIAyg8Zm https://t.co/U0Ejd3jC2X

Au 1er décembre 2021, 58 558 sites #4G sont autorisés par l'@anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.
https://t.co/kGB3aEyBQX https://t.co/05XfgaPwLf

[ObservatoireANFR] 📱📊
Sur les 30 968 sites 5G autorisés, 67,7 % d’entre eux sont déclarés techniquement opérationnels selon les opérateurs, soit 20 954 sites allumés. Plus d’infos sur l’évolution de ces chiffres depuis janvier 2021.
https://t.co/T5qUEvcmCf https://t.co/iefhRkmlFg

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Au 1er décembre, 30 968 sites #5G sont autorisés en France par l’@anfr tous opérateurs confondus, soit une ⬆️ de 2,9 % p/r au mois dernier. Découvrez les analyses d’évolution des sites 5G par opérateur et bande de fréquences.
https://t.co/Lx4Az8GcFN https://t.co/9rxAnTN43j

Encore quelques jours pour vous inscrire au 4e atelier des #fréquences de l’@anfr sur le partage du spectre. Les sujets à l’ODJ :
🔺Etat des lieux sur le partage du spectre en 🇪🇺
🔺Les actions de l’@Arcep
🔺Comment encourager le partage du spectre ?

🔗 https://t.co/cZOK8bHxwG https://t.co/LaJgCMPnrK

Quel est le point commun entre le Global Citizen live, le sommet Afrique-France et le Qatar Prix Arc de Triomphe? Ils ont tous fait appel à l'@anfr pour planifier les fréquences temporaires nécessaires à ces événements et garantir l'absence de brouillage ! https://t.co/SSi16zxadb https://t.co/CWZngdFLpQ

🛰️ Dans ce 4eme et dernier épisode de la revue scientifique de l'@anfr sur la recherche spatiale et les communications avec Mars, découvrez comment se font les communications entre la planète rouge et la Terre
🪐 https://t.co/j6a3reUXh1 https://t.co/0E2UapcIsK

L’@anfr vous présente sa nouvelle brochure pédagogique « Tout comprendre sur la mesure d’exposition aux ondes ». Comment se déroule une mesure ? Que mesure-t-on ? Quelles conclusions tirer des niveaux mesurés ? A télécharger ici : ⤵️
https://t.co/u045ebi6mp https://t.co/fsPrn7Qc47

Participez au 4e atelier des #fréquences de l’@anfr « Le partage du spectre, où en sommes-nous ? Comment changer de paradigme ? ». Cet atelier sera l’occasion de faire un état des lieux et d’identifier les actions pour encourager le partage. https://t.co/9FzpDpqCa1 https://t.co/6vkZaKjFFU

Le #RSPG met en consultation son programme de travail pour 2022-2023 Principaux thèmes : #6G , #UHF, extinction #2G et #3G, CMR-23, lutte contre le changement climatique, coordination aux frontières et revue des pairs⤵️
https://t.co/h8oigVG0uG https://t.co/4Pfyr3Oavt

Les résultats de la consultation publique du RSPG sur les politiques du spectre pour répondre aux défis du changement climatique sont désormais disponibles. Prochaine étape : des recommandations du groupe d’experts à la @EU_Commission. Pour en savoir + :
https://t.co/vKnVCxNb3Y https://t.co/4NcF37Am30

Félicitations à Eric Fournier, directeur des affaires internationales à l’@anfr, nouveau président à partir du Ier/01/22 du Radio Spectrum Policy Group (RSPG), le groupe consultatif
européen qui assiste la Commission européenne sur la politique du spectre des #fréquences. https://t.co/ABLfUSMlyy

#recrutement 💼

L'@anfr recrute :
▶️ Un(e) technicien(ne) en radiofréquences au département " contrôle de conformité "

📍Donges

🆕 https://t.co/sqP2CMTHoy https://t.co/jO0AeYDrg1

Vous souhaitez savoir si la 5G est bien reçue par votre smartphone sur un parcours donné ? L’appli #Openbarres de l'@anfr permet désormais cette fonctionnalité avec l’affichage et l’enregistrement de la puissance du signal 5G ! https://t.co/kqBcSZDZkM

Perturbation des chaînes de la #TNT dans les @DeuxSevres et les départements alentours suite à une panne électrique sur l’émetteur de Parthenay Amailloux. Des interventions des diffuseurs sont en cours pour résoudre l’incident au + vite. + d’infos : https://t.co/xmbgCTvDYF https://t.co/sEpW34Gku6

Où en est le futur système de communications mobiles ferroviaires ? La @EU_Commission vient d'adopter une décision en faveur de la migration du système actuel, le GSM-R, devenu obsolète, vers la nouvelle génération de la radio mobile ferroviaire. ⤵️https://t.co/5C7hJ1zL6P https://t.co/GUAfLB72ZS

« La CMR, à quoi ça sert ? » - C’est la nouvelle série de l’ANFR qui explique chaque mois, dans sa newsletter, les grands enjeux de demain sur les communications sans fil, qui seront abordés lors de la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2023 (CMR-23) https://t.co/4GrQvluwHF

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil