retour en haut

Actualité

Zoom sur les équipements radio à bande ultralarge (UWB)

06/10/2021

Les équipements radio à bande ultralarge (UWB) se caractérisent par des émissions étalées sur plusieurs GHz avec une densité de puissance très faible, permettant des communications à courte portée mais aussi de nombreuses applications de localisation. Cet article décrit le cadre réglementaire européen UWB, notamment dans les bandes de fréquences en-dessous de 10,6 GHz, les principales applications, et aborde les travaux en cours sur ces sujets au niveau européen (CEPT).

Les émissions UWB, par nature, peuvent perturber simultanément de nombreux systèmes radios : récepteurs de radiodiffusion, réseaux mobiles, RLAN, boucles locales radio, faisceaux hertziens, radars, liaisons satellites, capteurs passifs de satellites d’observation, stations de radioastronomie… Créer un cadre réglementaire pour l’UWB a donc nécessité depuis les années 2000 de nombreuses études de compatibilité pour déterminer des conditions techniques harmonisées protégeant tous ces services.

Les Etats-Unis avaient, dès février 2002, ouvert la voie à l’utilisation de l’ensemble de la bande 3,1-10,6 GHz par l’UWB avec une densité spectrale de puissance (p.i.r.e.) maximale de -41,3 dBm/MHz. Cette réglementation (voir FCC Part 15 Subpart F - Ultra-Wideband Operation) autorisait ainsi des systèmes de communication grand public, en intérieur ou portables, avec une largeur de bande d’au moins 500 MHz. Des dispositions permettaient par ailleurs des applications d’imagerie radar réservées à des services gouvernementaux et à des industries spécialisées (génie civil, mines, routes, secteur médical…).

Compte tenu des usages radio distincts, l'Europe a adopté en 2006 sa propre réglementation, dite générique (ECC/DEC/(06)04), ouvrant à l’UWB les bandes de fréquences 3,1-4,8 GHz et 6-9 GHz avec une p.i.r.e. maximale de -41.3 dBm/MHz, et sous réserve de mise en œuvre de techniques de réduction de brouillage (DAA, LDC) dans les bandes 3,1-4,8 GHz et 8,5-9 GHz.

Une réglementation générique qui facilite l’essor d’applications bas débit

La réglementation générique UWB répondait en premier lieu à l’hypothèse d’un marché de masse pour des communications à très bas débit dans des réseaux personnels sans fil (WPAN) : composants dans les équipements informatiques, téléphones mobiles et électronique grand public.

Exemples de réseaux WPAN  - Source : doc. CEPT ECC TG3#10_42-A5_R0, 07/2005

Exemple 1 : téléphone mobile et ses périphériques

Exemple 2 : remplacement des câbles raccordant des périphériques à un ordinateur

 

Néanmoins, ce marché, objectif initial des « super bluetooth » et autres « wireless USB », ne s’est pas développé comme prévu.

Pour autant, cette réglementation générique UWB a permis l’éclosion d’applications « bas débit » (réseaux de capteurs, applications de localisation…) sous régime d’autorisation générale.

Cette réglementation constituait le résultat de compromis consentis par les différents partenaires européens. En effet, le risque de prolifération incontrôlée des équipements UWB était, depuis l’origine, un défi majeur pour les gestionnaires de fréquences. Le principe retenu a été que la réglementation UWB devait permettre tout type d’applications, mais seulement si les conditions techniques et opérationnelles d’utilisation des fréquences étaient respectées. Elle ne restreint pas la notion d’ultra large bande (UWB) : tous les équipements utilisant plus de 50 MHz de largeur de bande supérieure sont visés. Certaines dispositions visent à limiter les utilisations UWB en extérieur, notamment en interdisant la mise sur le marché de certaines catégories d’équipements exclusivement conçus pour l’outdoor. L’usage UWB fixe en extérieur ou monté sur un drone est ainsi prohibé, tandis que les installations dans les trains, véhicules terrestres ou avions sont soumises à des exigences réglementaires spécifiques additionnelles.

Ces conditions techniques et réglementaires, établies par la CEPT et récemment révisées, ont été transposées dans la décision d'exécution (UE) 2019/785 de la Commission du 14 mai 2019 relative à l'harmonisation du spectre radioélectrique pour les équipements utilisant la technologie à bande ultralarge.

Répondre à des besoins spécifiques 

L’UWB pose des problèmes différents selon le type d’équipement considéré : les solutions ne sont pas les mêmes s’il est destiné à un marché de masse ou conçu pour un usage professionnel spécifique, exploité avec ou sans licence ou encore réservé à des forces armées ou de police.

Des demandes de l’industrie pour utiliser l’UWB hors du champ de la « réglementation générique » sont apparues : transmission dans environnements complexes sans visibilité directe, localisation de précision, imagerie radar. Elles ont conduit à encadrer les conditions d’utilisation.

En complément, la CEPT a donc élaboré plusieurs dispositions ad-hoc sous 10,6 GHz, selon les applications concernées :

  • « niveaumétrie » (TLPR/LPR) ;
  • imagerie (GPR/WPR, analyse de matériau) ;
  • localisation (LAES, LT1 et LT2) ;
  • installations à bord de véhicules ;
  • installations à bord d’avions.


La « niveaumétrie »

Le CEPT a examiné dès 2005 la demande d’applications industrielles pour déterminer le niveau de cuves (radars de cuve), qui ciblait plusieurs bandes de fréquences déjà utilisées dans l’industrie : 4,5-7 GHz (“5,8 GHz”), 8,5-11,5 GHz (“10 GHz”), 24,05-27 GHz (“25 GHz”), 57-64 GHz (“61 GHz”) et 75-85 GHz (“77 GHz”).

Exemples de radars de cuve - Source ETSI TR 102 347 V1.1.2 (2005-01)

Pour la bande dite « 10 GHz », la réglementation a été limitée à la gamme 8,5-10,6 GHz, compte tenu de la sensibilité aux brouillages des services scientifiques dans la bande 10,6-10,7 GHz. Les émissions dans cette bande adjacente sont en outre limitées à -60 dBm/MHz p.i.r.e. pour protéger la radioastronomie (bande passive 10,68-10,7 GHz).

La réglementation autorise également des équipements de mesure de jauge (LPR), dont le déploiement n’est pas limité à l’intérieur d’une cuve atténuant le signal. Les émetteurs LPR peuvent utiliser les bandes suivantes : 6-8,5 GHz, 24,05-26,5 GHz, 57-64 GHz et 75-85 GHz, mais ils doivent respecter des conditions plus strictes afin notamment d’assurer la protection de la radioastronomie, et notamment un pointage vers le sol ou une zone d’exclusion de 4 km.

Radars à pénétration de surface

Ces équipements utilisent des bandes de fréquences entre 20 MHz et 12,4 GHz ; ils sont exploités depuis le début des années 1980 dans un contexte professionnel dans le cadre de méthode de reconnaissance non-destructive.

Exemple de radar à pénétration de surface permettant de sonder le sol (ex : route) - (Source : ETSI TR 101 994-2 V1.1.2)

Analyse des matériaux

Des applications professionnelles de détection d’objet ou d’analyse des matériaux utilisent des bandes de fréquences entre 2,2 et 8,5 GHz. 

Analyse de matériaux (ex : mur) - (Source ETSI TR 102 495-1 V1.1.1)

Détection d’objets - (Source : ETSI TR 102 495-2 V1.2.1)

Localisation

D’autres applications UWB permettent la localisation très précise et le traçage des personnes à l’intérieur d’un immeuble/bâtiment ou en extérieur (non autorisé en France). Les cas d’usages sont multiples : pour les personnes, il peut s’agir des milieux hospitaliers, du personnel de sécurité, de pompiers dans un incendie, de travailleurs isolés ou devant évoluer dans des environnements dangereux. Mais ce type d’application couvre aussi le traçage des objets dans une usine ou sur un site logistique.

Une percée dans le domaine du transport

Les applications UWB se sont également développées dans le domaine des transports avec de multiples usages :

  • systèmes de tarification électronique pour les transports en commun ;
  • systèmes de surveillance de la pression des pneus (TPMS) ;
  • réseau de télémétrie à l'intérieur des véhicules ;
  • systèmes d'alarme passagers ;
  • remplacement de câble ;
  • communication entre camion et remorque…


Le cadre européen a été adapté (décision (UE) 2019/785) en tenant compte, par exemple, des fortes variations d’atténuation engendrées par l’habitacle du véhicule.

Prise en compte des facteurs d’atténuation de l’habitacle - (Source ETSI TR 102 495-7 V1.2.1)

A bord des avions, ces solutions peuvent se substituer au câblage traditionnel pour la transmission d’image ou de vidéo, contribuant à la réduction de consommation de kérosène.

Faire face à l’appétence de nouveaux secteurs

Installations fixes, transports intelligents

L’appétence de l’industrie des installations fixes impose de nouvelles études et analyses sur les conditions d’utilisation des fréquences, tout en protégeant les usages en place. Elles portent sur :

  • les installations fixes / quasi-fixes en intérieur pour permettre la localisation dans des espaces de grande dimension (plateforme logistique, hangar, salles de concert…) ;
  • les installations fixes en extérieur : gestion de l’éclairage urbain, détection d’intrusion, localisation en extérieur ;
  • les systèmes de transport intelligent : localisation de précision pour gérer le trafic dense aux croisements.


Ces demandes remettent en cause les limitations imposées jusqu’à présent pour des usages UWB en extérieur. Les gestionnaires du spectre s’investissent actuellement afin de faire évoluer la réglementation avec de nouvelles techniques de réduction de brouillages ou de contrôle d’équipements quasi fixes et pour étudier les possibilités d’augmenter la puissance émise dans certaines bandes de fréquences (6-8,5 GHz).

Le défi des scanners de sécurité

Des études sont actuellement en cours en Europe afin de relever le défi des scanners de sécurité

Scanner de sécurité - (Source: Draft ETSI TR 103 730)

Diverses solutions radio (60 GHz, THz…) ont été mises en œuvre jusqu’à présent pour ce type d’application. Elles présentent un défaut majeur : le temps d’arrêt imposé pour l’examen. 

La solution radio UWB, exploitant une bande très étendue de 3,6 à 12,4 GHz, permettrait un contrôle sans imposer cet arrêt, fluidifiant ainsi le contrôle du trafic de passagers avant l’embarquement, et une fouille rapide sans recours à un agent de sécurité. Exploité à l’origine au sein d’un aéroport ou à l’entrée de bâtiments publics, l’usage dans un contexte de sécurité renforcé pourrait être élargi à de nombreux domaines, comme par exemple à l’entrée de stades ou salles de concert.

Ces perspectives soulèvent une forte attente alors que le cadre réglementaire UWB n’est pas encore adapté et que la bande ciblée impacterait de nombreux services radio. Par exemple, les émissions intentionnelles empiéteraient sur la bande passive 10,68-10,7 GHz préservée jusqu’à présent. 

Initialement développée pour des usages professionnels très spécifiques, la réglementation UWB a évolué pour encadrer des applications centrées vers des secteurs industriels ou professionnels. Les gestionnaires européens font face à ce nouveau défi alors qu’un cadre réglementaire vient d’être adopté aux Etats-Unis. Les débats des prochains mois au sein de la CEPT s’annoncent très animés. L’ANFR y contribue très activement. 

#25AnsANFR🎂 #1jour1date Le 5 avril 2016, c’est le passage à la #TNT HD ! L’@anfr lance une campagne d’information incitant les téléspectateurs à se munir d’un téléviseur ou d’un adaptateur compatible HD pour continuer à recevoir la TNT. ©M.Chalvin https://t.co/jhZ2jEvCUR

#EU5GConf Lors de la session sur les verticaux, Eric Fournier évoque la connectivité 5G pour des applications locales (industrie, media, transport/logistique, agriculture) : de futures bandes harmonisées à 4 GHz (autorisations générales) et à 6 GHz (autorisations individuelles) ? https://t.co/jHAlKKS9Df

.@GillesBregant , DG de l’@ANFR et Eric Fournier, Directeur de la planification du spectre et des affaires internationales, interviennent aujourd’hui à la Conférence européenne sur la #5G.
Pour plus d'informations et pour suivre l'événement ⤵️
https://t.co/H1y3WdS2Kg #EU5GConf https://t.co/f34OdNz3d8

« Ce n’est pas la 5G qui perturbe les radioaltimètres, ce sont plutôt ces derniers qui sont mal préparés à l’apparition de la 5G » ⁦⁦@GillesBregant⁩ 👇 https://t.co/oOZlPcoH2b

#25AnsANFR🎂 #1jour1date le 2 avril 2015, l’@anfr publie ses 1ers jeux de données en #opendata sur le site gouvernemental https://t.co/vM0dSfHuVG. Ces données ouvertes donneront lieu à l’organisation de hackathons annuels dédies aux fréquences : « les Fr’Hacks » ©M.Chalvin https://t.co/ua8HBlCVpX

[in English] The ANFR has published in English the first results of measurement of public exposure to waves carried out before and after the #5G roll out in 1500 sites in France.

https://t.co/Qjw8jrhyoZ https://t.co/cRFojVtYwd

L’ANFR est intervenue la semaine dernière à Lorient avec la @DGA sur la future frégate de la @MarineNationale, la FREMM Lorraine, pour vérifier les nombreux systèmes de transmission par fréquences, à l’approche des 1ers essais en mer https://t.co/CgIMi2hmaH

#25AnsANFR🎂 #1jour1date 29 janvier 2015 : la Loi dite « Abeille » (Loi sur la sobriété, la transparence, l’ information et la concertation en matière d’exposition aux ondes) confie à l’ANFR de nouvelles missions, notamment le recensement des points atypiques ©M.Chalvin https://t.co/vAWYLalkQz

🎙️Retrouvez l’intervention de @gillesbregant, DG de l’@anfr, ce matin sur @Franceculture pour répondre à la question « la 5G peut-elle perturber le trafic aérien ? »
L’intégralité de l’interview en replay : La 5G peut-elle perturber le trafic aérien ? ⤵️https://t.co/Jg4TeCENXs https://t.co/9x5S4ADyAZ

#25AnsANFR🎂 #1jour1date Depuis le 1er janvier 2014, l’@ANFR gère le dispositif national de contrôle et de mesures des ondes, qui permet aux particuliers et aux collectivités de faire des demandes de mesures d’exposition. ©M.Chalvin https://t.co/x7GMziudNi

#25AnsANFR🎂 #1jour1date 1er novembre 2012 : l’@ANFR autorise les 1ères implantations de sites 4G et publie son 1er #observatoire du déploiement des réseaux mobiles, qui rend le processus de déploiement des opérateurs mobiles plus transparent. ©M.Chalvin https://t.co/YUIv3Sgj1h

ANFR a Retweeté

L’oreillette divise par 10 votre exposition aux ondes des smartphones https://t.co/OI9xOJyDma

#25AnsANFR🎂 #1jour1date 8 mai 2012 : refonte des certificats radioamateurs français en un seul certificat « HAREC », qui permet une reconnaissance avec les certificats étrangers et autorise le mode numérique. ©M.Chalvin https://t.co/xDRLTuVTvh

ANFR a Retweeté

Pour le bon réseau, je vous renvoie à cette étude de l'@anfr: appeler dans de bonnes conditions peut diviser le niveau d'exposition... par 32.000.

Donc on évite les coups de fil dans le train. En plus ça énerve tout le monde.

https://t.co/WANe44JtCS

ANFR a Retweeté

Avions et 5G : pourquoi la France a moins de soucis que les États-Unis https://t.co/oiAsMf4vqP https://t.co/teDIvyqRyK

L’ANFR publie ce jour une étude sur l’exposition aux ondes du téléphone portable utilisé avec un kit oreillette : cette utilisation permet de réduire d’un facteur 10 en moyenne son exposition aux ondes, comparé à un usage direct de son téléphone portable.
https://t.co/rV86kvbq2m https://t.co/xETs9bPcMz

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil