Accessibilité

retour en haut

Actualité

Les enquêtes de l'ANFR : nuages d’orage sur l’écran radar...

01/07/2020

Montclar : 161 habitants et un radar météo ultra-moderne inauguré en 2005, qui couvre le Tarn et l’Aveyron, sentinelle des risques d’inondation. Il scrute l’horizon en permanence, capable de détecter des nuages chargés de pluie à plus de 100 km à la ronde. Pourtant, depuis plusieurs semaines cet hiver, les ingénieurs de Météo France s’interrogent : comme l’illustre le graphique ci-dessous, une file de nuages fixes s’affiche sans discontinuer en direction de l’ouest. Quelques coups de fil avaient permis bien vite de s’en assurer : pas de pluie à l’horizon, tout cela n’a décidément rien de météorologique…

Au site toulousain de Météo France, le diagnostic a été vite posé : il s’agit d’un faux écho, provoqué par un émetteur distant. En effet, le radar envoie régulièrement des trains d’ondes à 5 GHz, puis tend l’oreille pour détecter des nuages dont le chargement menaçant (pluie, grêle, voire neige) renvoie un écho. Si, dans la même direction, un émetteur, même peu puissant, utilise cette même fréquence, les capteurs très sensibles du radar perçoivent un signal qu’ils peuvent interpréter comme l’écho. Un nuage insolite prend alors forme sur l’écran.

Toulouse abrite également un service régional de l’ANFR et les deux administrations sont souvent en relation : entre satellites et radars, cela fait en effet des décennies que la météo ne se pratique plus à l’œil nu, mais passe par les fréquences. L’alerte est donc donnée, et le SR entre en action.

La première étape, incontournable, est de se rendre à Montclar. Malgré le confinement, les 140 km qui séparent le SR du site sont rapidement franchis. Là, les agents de l’ANFR connectent leurs appareils sur le radar, préalablement éteint, pour enregistrer les caractéristiques du signal capté par l’antenne ultra-sensible du récepteur d’échos. A première vue, il s’agit d’un réseau local. Mais, à cette distance, impossible d’en savoir plus : on ne peut capter aucun des identifiants du réseau…

Les agents de l’ANFR, avant de regagner leur véhicule, jettent un regard désabusé vers le soleil couchant : certes, la vue est superbe, de ce promontoire. Mais trouver un réseau WiFi inconnu, dans un cône de 10° d’angle (entre 260 et 270°), qui pourrait, s’il est puissant, se trouver jusqu’à 100 km de là ? Autant chercher une aiguille dans une botte de foin !… Et le relief et les virages des routes de l’Aveyron, du Tarn voire du Tarn-et-Garonne ne vont pas simplifier la tenue du cap ! Bien sûr, en hélicoptère, plein gaz dans l’azimut 265°... 

Mais revenons sur terre ! Il faut donc lancer le camion sur les routes, en détectant tous les réseaux émettant dans la bande des 5 GHz – l’une des deux bandes du WiFi : une gageure. Voici donc notre camion ANFR transformé pour l’occasion en « Google Car » : sur les 50 km qui séparent Montclar d’Albi, les appareils ont engrangé pas moins de 1 901 réseaux WiFi 5 GHz en activité ! Il est vrai que, confinement oblige, tous les échanges passent par les réseaux électroniques, et le sans-fil est plus incontournable que jamais. Au retour, en dépouillant les caractéristiques de chaque réseau et en les confrontant avec les données extraites du radar, les possibilités finissent par retrouver taille humaine : seuls 16 de ces réseaux émettent des fréquences réellement compatibles avec le brouillage constaté. Il « suffira » donc de revenir sur place pour caractériser chacun des émetteurs suspects.

Toujours en plein confinement, lestés de toutes les attestations nécessaires, les contrôleurs poursuivent alors leur traque dans le Tarn, autour d’Albi. D’abord l’ouest : le premier jour est consacré à l’exploration des 20 km qui séparent Senouillac d’Albi. Le lendemain permet de passer au crible 10 km entre Saint-Grégoire et Lescure d’Albigeois, puis la vingtaine de kilomètres à vol d’oiseau entre Sérénac et Cadix. De 16, l’on passe à 3 émetteurs plausibles : trois réseaux exploitant 20 MHz autour de 5620 MHz qui pourraient perturber le radar, qui fonctionne à 5625 MHz et. Il ne reste donc plus qu’à trouver le propriétaire de chaque émetteur pour qu’il l’arrête, puis à vérifier l’effet produit quelques 50 km plus à l’est, à Montclar…

L’équipe commence par l’est d’Albi, plus proche du radar. Mais à Saint-Grégoire-Eglise, malgré l’arrêt temporaire du réseau, le brouillage persiste… Ensuite, c’est le réseau RLAN de Saint-Cirgue qui est interrompu. Sans résultat ! Il ne reste alors qu’une seule possibilité : le dernier émetteur se trouve en effet sur la commune de Gaillac, à l’ouest d’Albi. C’est ainsi que nos agents parviennent finalement à réduire au silence un émetteur WiFi situé sur un château d’eau, dans un hameau de Gaillac. La confirmation tombe enfin : les brouillages ont bel et bien cessé.

La société responsable du dispositif a constaté que son équipement était défectueux : la gestion de puissance était devenue inopérante et le dispositif émettait non seulement en continu, mais à pleine puissance ! L’équipement a été remplacé quelques jours plus tard et le réseau n’a plus fait parler de lui. En effet, les RLAN à 5 GHz comportent obligatoire un DFS (système dynamique de sélection de fréquence) : ils reconnaissent les impulsions des radars météo et s’installent alors automatiquement sur des fréquences différentes.

L’émetteur se situait à 61 km à vol d’oiseau du radar météo.

Bon à savoir

Une partie de la bande de fréquences 5 GHz héberge des applications autorisées telles que des radars météorologiques de Météo-France. Ces derniers localisent dans un rayon de plus de 100 km les zones de précipitations (pluie, neige, grêle) et mesurent leur intensité afin de générer une cartographie des précipitations pour des prévisions météorologiques. Quand on installe un réseau local sans fil (RLAN) dans la bande de fréquence 5 GHz, comme par exemple un réseau WiFi, il est essentiel de suivre les règles en vigueur, notamment pour protéger ces radars météorologiques. Le détenteur d’un matériel RLAN ou WIFI est garant de l’utilisation conforme des fréquences et est responsable pénalement si son équipement est à l’origine d’un brouillage ! Le responsable d’un brouillage par manquement réglementaire  encourt des sanctions pénales qui peuvent aller jusqu’à six mois d’emprisonnement et 30.000 € d’amende en application de l’article L39-1 du CPCE. Il encourt par ailleurs une taxe de 450 euros pour frais d’intervention de l’ANFR.

Les équipes de l’@ANFR sont présentes au Sommet sur le financement des économies africaines pour s’assurer du bon déroulement de l’évènement. Grâce au système de radiogoniométrie, ils garantissent l’absence de brouillage des fréquences utilisées par les services de l’Etat. https://t.co/uMMnEwoBed

Bientôt la #fetedelaradio 📻 ! Pour fêter les💯ans de la radio, le @CSA et les acteurs de la filière organisent ce grand événement du 31/5 au 6/6. Pour l’occasion, l’@anfr revient sur l’histoire de ce media par le prisme de ses mutations technologiques⤵️https://t.co/H5t9qqmVcf https://t.co/DOVNPPkwVY

Nouvelles antennes 5G : une trentaine de capteurs installés sur la métropole bordelaise pour mesurer l’exposition aux ondes https://t.co/CqF5tNY36g #bxmetro #5G

L’@ANFR est présente cet après-midi à la Conférence internationale pour le Soudan : elle s’assure du bon déroulement de l’événement en coordonnant et en contrôlant les fréquences utilisées pour les communications sans fil des services de l’Etat. https://t.co/MsuT52wKZR

🛰️ 🌑D’Ingenuity à Thomas Pesquet, la conquête de l’espace suscite beaucoup d’intérêt ! Mais quelles fréquences sont utilisées depuis l’espace pour que ces missions extra-terrestres puissent garder le contact avec les Terriens que nous sommes ?
https://t.co/lh1mXLaPVW https://t.co/2iJem70Vol

ANFR a Retweeté

📽 « Ce qu'il y a de nouveau avec la 5G, ce sont les nouvelles fréquences. Mais aussi potentiellement, de nouvelles modalités d'exposition. »
Retour sur notre expertise #5G avec Olivier Merckel, chef de l’unité d’évaluation des risques liés aux nouvelles technologies à l'Anses ⤵ https://t.co/uxXhyWsQeD

Retour sur les travaux d’expertise de l’@Anses_fr concernant la #5G et ses potentiels effets sanitaires, avec l’interview croisée ANFR / ANSES et le programme scientifique commun mis en place par les 2 agences pour évaluer les niveaux d’exposition du public aux ondes.
@cedric_o https://t.co/Xu3Hc3Ao41

#LesenquêtesANFR 🧐
Découvrez notre enquête du mois : « quand la radio FM s’invite dans les communications aéronautiques ». Il s’agit cette fois-ci de mettre fin à des interférences sur le réseau de communication critique de l’Aviation civile… @DGAC⤵️
https://t.co/VCFjVYnA7b https://t.co/5Wojt5W17u

C’est fait ! @franceinfo sur le canal 27 et @France4tv sur le canal 14 sont à nouveau diffusées en HD sur la TNT. https://t.co/AeFtF8bIy4

🎓 Savez-vous comment fonctionnent les ondes ? Pour connaître la réponse, RDV dans notre nouvel espace virtuel #ANFRacademie. Cet endroit vous permettra d’avoir accès à des vidéos et explications visant à vulgariser des notions liées aux #fréquences !
https://t.co/2xDlrMUpvP https://t.co/7S1bU2u9IE

Les chaînes @franceinfo et @France4tv vont repasser en HD dans la nuit du 11 au 12 mai. Une recherche et mémorisation des chaînes sera peut-être nécessaire pour retrouver vos chaînes.
Plus d’informations :
https://t.co/n3EPoNP2Oj https://t.co/68QWiebmG0

📊MAJ des données #opendata ! Focus sur la @villedelyon : 379 sites #5G sont autorisés à ce jour dans la métropole de la région Auvergne-Rhone-Alpes , dont 192 déclarés techniquement opérationnels par les opérateurs mobiles ⤵️
https://t.co/cr2xaQiCM7 - https://t.co/s8clyclD8z https://t.co/UiZBiTa0aO

L’Atelier sera suivi l’après-midi d’un webinaire dédié aux start-ups du spatial ! Vous êtes une PME et vous intervenez dans ce secteur ? Vous souhaitez mieux connaître les démarches d’accès qui vous ouvriront les portes de l’espace ? Inscrivez-vous!▶️https://t.co/pCb6hU12zs https://t.co/vQrgM9zY0E

🚀🌌L’@anfr vous invite le 3 juin prochain à son troisième atelier des #frequences en visio ! Échangez avec des experts sur le thème des constellations et des nouvelles applications spatiales. #espace #newspace
Infos et inscription : https://t.co/epeXWzV5L9 https://t.co/BcFleeCai0

Nouvelle répartition des bandes de fréquences arrêtée par le Premier ministre sur proposition de l’@anfr : ce nouveau cadre réglementaire répond notamment aux fortes attentes des utilisateurs pour de la connectivité #WiFi à haut débit. Pour + de détails ⤵️
https://t.co/CqXhOG2Sd7 https://t.co/OgQlg1jPLS

#recrutement 🧐
L'ANFR recrute :

▶️ Un(e) Chef (fe) de projet technique en systèmes d'information.

🆕 https://t.co/NnLKLSLMUT https://t.co/jo0WJDgbrI

[#ObservatoireANFR] 📱 📊
Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er mai :
@orange (25 931 sites, +195 en avril 2021) ;
@SFR (21 936 sites, +116) ;
@bouyguestelecom (21 536 sites, +123) ;
@free (19 726 sites, +214).

https://t.co/GuSVTCUXkc https://t.co/T09XVGPN8u

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil