Copy
View this email in your browser
Partagez
Tweetez
Transférez
Informez
Juin 2018
 

FOCUS SUR â€¦ : l'élargissement du dispositif de surveillance et de mesures des ondes aux compteurs communicants
 
Le dispositif national de surveillance et de mesure de l’exposition aux ondes électromagnétiques a été mis en place le 1er janvier 2014 pour renforcer la transparence et garantir l’indépendance du financement des mesures d’exposition aux radiofréquences. Ce dispositif, géré par l’ANFR,  permet à toute personne, ainsi qu’à l’Etat, aux collectivités et aux associations agréées, de faire mesurer l’exposition aux ondes, tant dans les locaux d’habitation que dans des lieux accessibles au public (parcs, commerces, gares…). Il repose sur un fonds public alimenté par une taxe payée par les opérateurs de téléphonie mobile.

L’ANFR a fait évoluer ce dispositif  : toute personne ou organisme habilité peut désormais demander une mesure afin de connaître précisément l’exposition associée à des objets communicants fixes, notamment les compteurs communicants. Les particuliers et organismes habilités peuvent désormais demander gratuitement des mesures pour, par exemple, mieux connaître l’exposition de compteurs du type Linky, Gazpar ou Ondéo.

Depuis novembre 2017, l’ANFR met à disposition de ces organismes un service en ligne, mesures.anfr.fr, qui permet de dématérialiser complètement leurs demandes de mesures afin d’optimiser le traitement des données et améliorer le suivi des demandes.

L’ensemble des mesures réalisées dans le cadre du dispositif national sont rendues publiques et mises en ligne sur le site de l’ANFR cartoradio.fr, où plus de 40 000 résultats sont déjà consultables à ce jour.  
Lire la suite >

📅 Save the date :

Conférence Spectre & Innovation
le 16 octobre

Les fréquences au cœur de trois révolutions :
5G, Espace et Mobilité
 
Les conférences Spectre & Innovation de l’ANFR sont des événements internationaux ayant pour vocation de sensibiliser un public large de professionnels du numérique aux enjeux des futurs usages liés au spectre des fréquences. Dans un monde toujours plus connecté, cette ressource rare et stratégique devient centrale et contribue à l’innovation, à la création de nouvelles valeurs ajoutées et de nombreux emplois.

Les conférences Spectre & Innovation constituent une occasion inédite de débattre avec des acteurs majeurs de l’économie numérique, des dirigeants de start-ups,  des universitaires, et d’envisager les conditions dans lesquelles pourront s’opérer les mutations technologiques à venir.

Cette cinquième Ã©dition des conférences Spectre & Innovation se déroulera sur une journée à Station F le 16 octobre prochain. Elle sera organisée autour de quatre tables rondes et ponctuée par des interventions de personnalités de haut niveau.

Nouveauté pour cette édition :
Une zone de démonstration dans le Hall de STATION F sera mise à disposition pour mettre à l’honneur les innovations des acteurs présents et des start-ups !

 
Infos et inscription >

L'OBSERVATOIRE DU DÉPLOIEMENT DES RÉSEAUX MOBILES
 
Chaque mois, l’ANFR publie son observatoire rendant compte du déploiement et de l’investissement des opérateurs dans les réseaux mobiles 2G, 3G et 4G. 

Au 1er juin, 40 976 sites ont été autorisés par l’ANFR, dont 36 441 en service, pour la téléphonie mobile très haut débit (4G) tous opérateurs confondus.
 
Au mois de mai, les autorisations et mises en service de sites 4G ont poursuivi leur progression : les demandes d’autorisations des sites 4G se sont accrues de 1 % et les mises en service de sites 4G ont augmenté de 1,2 %.

Le bilan des sites 4G mis en service en métropole s’établit comme suit :
  1. Orange (15 655 sites, + 319 en mai) ;
  2. SFR (15 361 sites, + 170 en mai) ;
  3. Bouygues Telecom (15 057 sites, + 149 en mai) ;
  4. Free Mobile (10 627 sites, + 153 en mai).
Retrouvez l’observatoire de juin >

DES AVANCEES IMPORTANTES POUR LA 5G !
 
Le 3GPP annonce la normalisation du 2e volet de la technologie 5G

Le 3GPP, organisme international qui fixe les standards des réseaux mobiles, a adopté mi juin les spécifications pour la nouvelle interface radio 5G NR (« new radio Â») sous la forme de sa « release 15 Â». Une version provisoire avait été validée en décembre mais ne contenait qu’une version simplifiée d’une interface radio ne pouvant fonctionner qu’en s’appuyant sur l’infrastructure 4G. Cette nouvelle standardisation donne le feu vert à l’industrie pour accélérer la conception et la mise en œuvre d’équipements.
La phase suivante des travaux de normalisation de la 5G NR aboutira en décembre 2019 à de nouvelles fonctionnalités, notamment pour réduire encore la latence, améliorer les garanties d’acheminement des données et mieux gérer les communications avec un nombre massif d’objets.

 
La bande de fréquences 3,5 GHz libérée par le ministère de l'Intérieur pour le futur déploiement de la 5G

Le Premier ministre a arrêté le 7 juin 2018 une nouvelle version du tableau national de répartition des bandes de fréquences (TNRBF). Cette version avait été adoptée par le conseil d’administration de l’ANFR  du 12 mars 2018. Les modifications adoptées ont notamment pour objet la libération de la bande 3,5 GHz par le ministère de l’Intérieur pour permettre les futures autorisations « 5G » préparées par l’Arcep dans la bande 3,4-3,8 GHz.
Cette modification établit un calendrier de libération progressive de la bande par département, en trois phases, jusqu’au 1er mars 2020, sachant que 56 faisceaux hertziens du ministère de l’Intérieur sont encore en fonction dans cette partie du spectre.
En savoir plus >

L'ACTUALITE EUROPEENNE ET INTERNATIONALE
 
Très haut débit par Satellite
 
Les communications par satellite évoluent et permettent d’offrir des services très haut débit, mobile ou fixe, en complément des réseaux terrestres. L’un de ces nouveaux satellites vient d’être commandé par Eutelsat : le KONNECT VHTS, pour « very high throughput satellite Â» d’une capacité d’environ 500 Gbit/s, offre déjà des services d’accès haut débit. Ce service sera disponible sur toute l’Europe et en Afrique dès la mise en orbite du satellite, et permettra de connecter des centaines de milliers de foyers, en particulier dans des zones isolées ou à très faible densité de population où les réseaux terrestres sont inadaptés. Le KONNECT VHTS s'inscrit dans l'objectif du gouvernement français de réduire la fracture numérique en offrant un service à très haut débit (30 Mbit/s) pour tous avant 2022.

En plus des services fixes très haut débit grand public, ce satellite offrira une variété de services gouvernementaux et de communications avec les avions pour une offre de wifi à bord.

 
En savoir plus >
Faut-il synchroniser les réseaux mobiles 5G ?

Les premières générations de réseaux mobiles (2G, 3G, 4G) se sont massivement déployées en Europe en utilisant un mode où les communications utilisent deux sous-bandes de fréquences appariées deux à deux, une permettant la communication du réseau vers le terminal (sens descendant) l’autre sous-bande pour la communication du terminal vers le réseau (sens montant). Dans le jargon des experts, on parle de duplexage fréquentiel ou « mode FDD Â». 
La première bande ciblée pour l’introduction de la 5G en Europe, la bande 3,4-3,8 GHz, sera une bande dans laquelle seront attribués des blocs non appariés. Pour l’exploiter, la seule solution repose sur l’organisation du sens de communication station de base/terminaux en fonction du temps. Ainsi le lien d’accès radio est exploité pour les communications du réseau vers le terminal utilisateur (sens descendant) pendant une période et du terminal vers le réseau (sens montant) pendant la suivante et ainsi de suite. Les experts parlent de duplex temporel ou « mode TDD Â».
Cette exploitation de réseaux en mode TDD est un des défis de la 5G, si les opérateurs mobiles choisissent des cadencements différents, car les risques de brouillages sont accrus. La solution consiste à synchroniser des réseaux concurrents en mode TDD, deux à deux, dans un environnement multi-opérateurs où les opérateurs doivent s’accorder sur une horloge de référence, sur sa fiabilité et sa performance et sur des structures de trame compatibles incluant les périodes dans les sens montant et descendant.
En savoir plus >
Accroitre les ressources orbitales pour la radiodiffusion par satellite : point 1.4 de la CMR-19

L’Union Internationale des Télécommunications a la responsabilité de gérer les droits d’utilisation des fréquences et des orbites des satellites, notamment les positions sur l’arc géostationnaire, en mettant en œuvre les procédures du Règlement des Radiocommunications. Ainsi, lorsqu’une bande de fréquences est attribuée à un service spatial, il existe deux approches pour réserver auprès de l’UIT des droits d’utilisation. Dans une première approche, « premier arrivé, premier servi Â», l’UIT enregistre au fur et à mesure les demandes pour les réseaux spatiaux qui doivent alors se coordonner vis-à-vis des réseaux ayant antériorité. Une deuxième approche consiste à planifier les ressources orbite spectre dans une bande de fréquences afin de garantir à chaque Etat membre les mêmes droits.
Tout savoir sur le point 1.4 de la CMR >

L’ACTUALITÉ FRANÇAISE
 
Le site de radioastronomie de Nançay : Observatoire de l'univers

Au cœur de la forêt de Sologne pour être à l’abri des émission radio parasites, se cache la station de radioastronomie de Nançay. Ce site d’observation du ciel est aussi un laboratoire instrumental unique au monde. Créée en 1953, il joue aujourd’hui un rôle de tout premier plan dans le développement de la radioastronomie internationale. Ses instruments traquent de nuit comme de jour le Soleil, les comètes, les pulsars et autres étoiles singulières… Une délégation de l’ANFR s’est rendue sur place, sur invitation de M. Ivan Thomas, représentant du ministère chargé de la Recherche au Conseil d’administration de l’Agence. M. Stéphane Corbel, directeur de Nançay, a présenté la riche histoire de cet observatoire, héritier des observatoires de Paris et de Meudon, son fonctionnement, ainsi que les investissements dans de nombreux programmes scientifiques qui permettent de mieux connaitre l’univers.
Lire la suite >
Changements de fréquences de la TNT le 18 juillet prochain en Seine-Maritime

Le 18 juillet prochain, des modifications de fréquences de la TNT auront lieu dans les zones de Dieppe, Eu, Fécamp et les communes alentour. Ces réaménagements s’inscrivent dans le cadre du transfert des fréquences de la TNT vers le très haut débit mobile (4G et 5G à l’avenir) au niveau européen. Cette opération permettra d’éviter des brouillages liés à l’évolution des fréquences utilisées au Royaume-Uni. 

Elles concerneront une population totale d’environ 32 000 téléspectateurs dépendants de la TNT par voie hertzienne terrestre, qui risquent de perdre une partie de leurs chaînes et devront donc, ce même jour, procéder à une recherche des chaînes pour continuer à recevoir l’intégralité des programmes de la TNT après le 18 juillet.
En savoir plus >
Contrôle des fréquences en temps réel par l’ANFR pendant les 24 heures du Mans 

Les 16 & 17 juin, l’ANFR a participé à la 86 ème édition des 24H du Mans pour mener des opérations de contrôle et de coordination des fréquences. Au total, 1300 fréquences temporaires ont permis d’assurer les communications entre les pilotes et leurs écuries, les retransmissions télés ou encore les communications des réseaux de sécurité.
L’ANFR a déployé pour cette édition huit équipements transportables innovants pour la réception et la localisation hyperbolique d’émissions radioélectriques. Ces matériels sont capables d’identifier instantanément l’ensemble des fréquences allouées et ainsi de repérer d’un seul coup d’oeil les émissions non autorisées ou d’éventuels brouilleurs sur le circuit.
L’hélicoptère filmant la course était ainsi localisé en temps réel par le matériel de localisation hyperbolique de l’ANFR, à la croisée de deux tracés d’hyperboles.
Lire la suite >

NOUVEAUX TEXTES ET PUBLICATIONS  
 
Brouillages : un décret renforce les compétences de l'ANFR

Le décret 2018-508 du 21 juin 2018 (JO du 24 juin 2018) renforce les compétences et pouvoirs de l'ANFR dans le cadre de sa mission de contrôle des fréquences en matière d'instruction des cas de brouillages. L’ANFR pourra ainsi, après procédure contradictoire, suspendre l'accord d'implantation de la station responsable de la perturbation si son gestionnaire ne se conforme pas aux préconisations de l’Agence.
En savoir plus >
Le Gouvernement a publié un 1er point d'étape sur la couverture numérique du territoire

485 sites prioritaires ont été identifiés pour résorber les zones blanches et seront prochainement couverts par les opérateurs mobiles.
Le dossier de presse >
 

L'AGENDA ANFR

3-6 juillet : réunion de l’ECC (CEPT) à Rome, avec notamment l’adoption prévue de la décision CEPT d’harmonisation de la bande 26 GHz pour la 5G et des rapports au mandat de la Commission proposant une harmonisation communautaire des bandes 3,6 GHz et 26 GHz.
6-29 juillet : participation de l'ANFR au Tour de France pour le contrôle et la coordination des fréquences temporaires autorisées pour l'événement
9-11 juillet : coopération institutionnelle avec une délégation de l’Agence nationale de réglementation des télécommunications (ANRT) du Maroc sur la mise en œuvre réglementaire et technique des radars, en collaboration avec les différents affectataires concernés (Météo France, CEREMA, Aviation civile, ministère des Armées).
11 juillet : visite du porte-avions Charles de Gaulle
11-12 juillet : réunion du comité spectre radio électrique, RSCom, composé des 28 Etats membres de l’UE, qui assiste la Commission dans l’application des décisions d’harmonisation communautaires relatives au spectre, avec notamment l’adoption prévue de la décision UE sur les appareils de faible portée dans les bandes 800/900 MHz et un mandat à la CEPT sur les conditions techniques harmonisées pour le futur système de communications ferroviaire (FRMCS)
18 juillet : changements de fréquences de la TNT en Seine-Maritime
 
LE TWEET DU MOIS
Je retweete !
L’ANFR met en œuvre un traitement de données à caractère personnel vous concernant ayant pour finalité un service de communication au public en ligne qui propose notamment l’envoi périodique d’une lettre d’information et l’envoi d’informations concernant les activités de l’ANFR. Le responsable de ce traitement est l’ANFR, 78 avenue du général de Gaulle 94700 Maisons-Alfort cedex, représenté par son Directeur général.
Les données personnelles collectées sont communiquées uniquement aux personnes habilitées relevant du service de la communication de l’ANFR.  
Les données sont conservées 2 ans. Ce traitement repose sur votre consentement.
Conformément au règlement européen 2016/679 du 27 avril 2016 et à la loi pour une république numérique, vous bénéficiez du droit de retirer votre consentement à tout moment, du droit d’accès, de rectification, d’effacement et d’opposition, du droit à la limitation du traitement, du droit à la portabilité des données, du droit de ne pas faire l’objet d’une décision individuelle automatisée (y compris le profilage), du droit à la mort numérique, en contactant le délégué à la protection des données à l’adresse suivante : dpo@anfr.fr et vous pouvez introduire une réclamation auprès de la CNIL.

 
Copyright © 2018 ANFR, Tous droits réservés.