Accessibilité

retour en haut

Station de Radioastronomie de Nançay

Au cœur de la forêt de Sologne pour être à l’abri des émission radio parasites, se cache la station de radioastronomie de Nançay. Ce site d’observation du ciel est aussi un laboratoire instrumental unique au monde. Créée en 1953, il joue aujourd’hui un rôle de tout premier plan dans le développement de la radioastronomie internationale. Ses instruments traquent de nuit comme de jour le Soleil, les comètes, les pulsars et autres étoiles singulières… Une délégation de l’ANFR s’est rendue sur place, sur invitation de M. Ivan Thomas, représentant du ministère chargé de la Recherche au Conseil d’administration de l’Agence. M. Stéphane Corbel, directeur de Nançay, a présenté la riche histoire de cet observatoire, héritier des observatoires de Paris et de Meudon, son fonctionnement, ainsi que les investissements dans de nombreux programmes scientifiques qui permettent de mieux connaitre l’univers.
 
Une des fonctions historiques du site de Nançay est l’observation de notre Soleil, avec plusieurs instruments dans les bandes de 10 MHz à 1 GHz, qui permettent de surveiller son activité et d’anticiper les éruptions solaires et les émissions de vents solaires qui peuvent perturber les télécommunications.

Cette vidéo montre une éruption mesurée à partir de Nançay.

 

Le radiotéléscope emblématique de Nançay, avec son gigantesque système de double miroirs, l’un, plat, de 200m x 40m et l’autre, sphérique,  de 300m x 35m, permet les observations de 1100 à 3500 MHz et est un observatoire de référence pour la découverte et l’observation des pulsars, ces étoiles à neutron hyperdenses en rotation rapide qui émettent, telles des phares de l’univers, des impulsions radios extrêmement puissantes.
En 2010, une station européenne LOFAR (LOw Frequency ARray) de plus 1600 antennes a été installée à Nançay. Cet élément fait partie du réseau de radiotélescope basses fréquences européens LOFAR, qui contient au total 50 000 antennes déployées par grappes en Europe sur des distances de 100 à 1000 km. Ce réseau permet de scruter un large éventail de phénomènes célestes.
Un nouvel instrument est en développement, le NenuFAR, qui étendra le réseau de radiotéléscopes LOFAR.  Il permet d’étudier l’évolution de l’univers quelques millions d’années après le big bang, la formation des galaxies et des amas de galaxies, les pulsars, le Soleil, les planètes et les exoplanètes. Son aire d’observation est supérieure au km² et offre une excellente sensibilité pour la mesure des rayonnements émis par les gaz froids dans l’univers.

.@michel_sauvade président du comité national de dialogue (CND) sur l’exposition aux ondes, nous explique son rôle dans cette vidéo 📽️⤵️, essentiel avec l’arrivée de la #5G. #dialogue #transparence
▶️ https://t.co/zSKQXuWmeU

#recrutement 🧐
L'ANFR recrute :

▶️ Un (e) Rédacteur(rice)

🆕 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/X7J3knSgD6

Une #blockchain des #fréquences pour faciliter la gestion dynamique du spectre ? C’est l’objectif des travaux de l’@ANFR et de la start-up française @Droon_io qui ont conduit à la livraison d’un premier démonstrateur prometteur !⤵️

https://t.co/u0w5PULRCW https://t.co/4g18wZyO1h

#5G sous surveillance : À Paris l’ANFR a déployé des capteurs:

✳️ Mesurer l’exposition aux ondes 5G 📡
« Contribuer à la démarche lancée par Paris sur les impacts de la 5G », l’un des objectifs de l’Agence Nationale des Fréquences
@frandroid
https://t.co/CblDadzb91

.@GillesBregant conclut ce deuxième atelier des fréquences très productif en remerciant tous les conférenciers, intervenants et participants .
Encore merci à tous pour votre participation et rdv au prochain atelier des #fréquences de l’@anfr ! https://t.co/unwI6iYVfo

Mobiles, aéronautique, espace, et nous terminons par la Science, qui transcende tous ces sujets, puisqu'elle utilise les fréquences aussi bien pour sonder la Terre que l'espace lointain. #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/jCqWnTTl8m

Ce qu’il faut retenir sur la session « les #fréquences pour les réseaux mobile » :
🔵Point 1.2 #CMR23 Bande 6 GHz : l’attention focalisée sur la coexistence avec les systèmes satellitaires #LesAteliersDesFrequences https://t.co/mcfpDIfgas

Protéger les systèmes de géolocalisation, et en particulier Galileo et son dispositif de positionnement de haute précision #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/IwPUErsSYc

Nous continuons à prendre de l'altitude : nous voici dans l'espace ! #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/cDk2FO3Tl7

La nouvelle complexité issue de l'essor des constellations #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/PzSDJBDnjm

"Un enjeu important est que l’@OACI accepte l’usage de drones en espace non réservé, en tenant compte de toutes les exigences de la sécurité aéronautique" 🗣️Jérôme André, chef du dép. DPSAI à Brest, fait un point sur les fréquences pour le transport, l’aéronautique et la défense. https://t.co/TcdiC2TFEm

La bande 6 GHz sous pression : WiFi, satellites, mobiles... Un enjeu-clé pour la #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/xBSggxSguF

#LesAteliersDesFrequences Nous quittons les mobiles et nous nous envolons vers l'aéronautique, les transports et la Défense... https://t.co/vRi7xUXDd4

.@gillesbregant introduit ce matin le 2e atelier des fréquences ! De nombreux échanges autour d’un atelier virtuel rassemblant une centaine de personnes, pour débattre des sujets de la prochaine #CMR23 ! #WRC23 #lesateliersdesfrequences https://t.co/op2CkxTsWB

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil