Accessibilité

retour en haut

Véhicules suborbitaux

Serons-nous bientôt survolés par une multitude de véhicules suborbitaux ?

En 2004, SpaceShipOne réalisait le premier vol d’un aéronef privé à une altitude supérieure à 100 km. 

SpaceShipOne
Crédit photo : http://www.intelligence-creative.com/0161_special_sso_innov.html
Il.

 

Ce succès a ouvert la voie à plusieurs projets de développement de véhicules suborbitaux, dont le plus connu est celui porté par Richard Branson qui a lancé la compagnie Virgin Galactic dans le but de pouvoir transporter des passagers dans l’espace pendant quelques minutes.

D’autres acteurs se sont lancés dans la course des vols suborbitaux : XCOR aerospace avec son avion-fusée dénommé Lynx ou encore Blue origin avec son lanceur réutilisable New Shepard, comparable en bien des point avec le 1er étage réutilisable de la fusée Space X Falcon 9.

Initialement destinée au transport de touristes fortunés souhaitant connaître les sensations d’un vol dans l’espace en apesanteur, les applications envisagées se sont depuis diversifiées avec le lancement de satellites, le transport de passagers pour de longues distances ou le fret.

Mais qu’est-ce qu’au juste un vol suborbital ? L’altitude de 100 km (ligne de Kármán) est considérée généralement comme la frontière entre l’atmosphère et l’espace. A cette altitude, la portance aérodynamique n’est plus suffisante pour le vol d’un avion. Un vol devient suborbital lorsqu’il franchit cette limite, sans pour autant aller jusqu’à la mise en orbite de l’appareil.

Au sein de l’Union internationale des Radiocommunications, un ensemble de définitions est en cours d’élaboration. Un vol suborbital est ainsi défini à ce stade comme « un vol contrôlé d’un véhicule qui atteint l’espace depuis la surface de la Terre et y retourne sans avoir accompli une orbite » et un véhicule suborbital comme « un véhicule destiné à réaliser un vol suborbital, pour lequel tout ou partie des éléments le constituant peuvent être réutilisables ou non ». 

 

La figure ci-dessous représente un exemple des différentes phases d’un vol suborbital:

(cliquez pour agrandir)

 

Le développement des vols suborbitaux pose des questions nouvelles en matière de réglementation des radiocommunications, compte tenu de la séparation traditionnelle entre ce qui relève du spatial et ce qui relève de l’aéronautique. Par exemple :

  • Quelle réglementation appliquer pour un aéronef qui n’est plus dans l’atmosphère mais qui ne peut être considéré comme un satellite ou station en orbite ?
  • Comment, compte tenu de la vitesse de l’engin, assurer la séparation avec les vols commerciaux aux altitudes basses ?

 

La Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2019 traitera cette question afin de s’assurer de la mise en cohérence de la réglementation internationale avec la généralisation attendue des vols suborbitaux.

 

Et, lors d’une nuit sans nuage, en levant les yeux, peut-être apprendrez-vous bientôt à discerner – la poésie dût-elle en souffrir – le sillage d’un véhicule suborbital parmi une pluie d’étoiles filantes ?

Le saviez-vous : dans les procédures de l’@uit, la langue française est la seule faisant foi en cas de contestation ou de divergence entre les différentes versions linguistiques https://t.co/N4D1NsfHlr

Début de 3e semaine studieux pour la CMR : le compte à rebours est de plus en plus présent à l'esprit de tous. Les positions communes doivent maintenant remonter vers la plénière ! #ITUWRC https://t.co/qYiPxuZVFx

L'@anfr en pleine action (remerciements au photographe de l'@ITU !) #ITUWRC https://t.co/A6QSIJVy1P

[#ObservatoireANFR]📱📊
En octobre, 24 nouvelles stations #5G ont été autorisées par l'@ANFR dans le cadre des expérimentations organisées par l’@Arcep. 422 #stations 5G en France sont en test dans la bande 3,5 GHz au 1er novembre.

👉 https://t.co/rEoRVoFahS https://t.co/YUN0ugMYYS

[#ObservatoireANFR]📱📊

Le bilan des sites 4G mis en service en métropole au 1er novembre

▶️ @orange (20401 sites, + 347)
▶️ @SFR (18091 sites, + 66)
▶️@bouyguestelecom (17684 sites, + 62)
▶️@Free (13987 sites, + 351)

👉https://t.co/FS1uXnobBt

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Au 1er novembre 2019, 49 047 sites #4G sont autorisés par l'@ANFR, en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.

👉 https://t.co/YnAjaT4rZy https://t.co/qk4J6Xv0OW

Bravo aux deux équipes de l’@anfr qui, bravant les intempéries, ont couru hier le @MAIF #EkidenParis ! https://t.co/CUl5jK37oG

Félicitations à @DoYouDreamUp pour ces succès ! Dès 2015, Cati (grande sœur de Noa ?) avait déjà fait son apparition sur le site de l’@anfr https://t.co/aPyMJEdK5Y https://t.co/mDTLSBcYzk

La délégation française à la CMR-19, en ce premier jour de novembre à Charm el-Cheikh #ITUWRC https://t.co/uKKvawkr1K

[#Newsletter] 🗞️

Découvrez notre dernière lettre d'information! https://t.co/NGqRq0frTW

Un résumé de l'usage de la bande C pour la 4G (LTE) et la 5G dans le monde #ITUWRC @anfr https://t.co/wQJepXht9f

Politique spatiale européenne : un thème au cœur des enjeux de la CMR qui commence aujourd’hui #ITUWRC https://t.co/q1JX1aeKyw

ANFR a Retweeté

ITU World Radiocommunication Conference to forge pathways for future digital communications https://t.co/keFMG5UN1b #ITUWRC to manage scarce radio-frequency #spectrum for rapidly evolving terrestrial + space-based communication technologies https://t.co/cG4C2gBKgo

En route pour la réunion des chefs de délégation... A l’ordre du jour, la plénière inaugurale de demain matin. La CMR-19 est dans les starting-blocks ! #ITUWRC https://t.co/SXYseTadEn

I congratulate the Radiocommunication Assembly participants + team on their contributions! After an intense week of discussions, we have put @ITU_R on a sound footing for the coming study period. I can think of no better way to start #ITUWRC next week! https://t.co/3bJQdOsmr8

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil