Accessibilité

retour en haut

Formuler une demande d’autorisation

Comme pour l'ensemble des usages de communications électroniques, l'utilisation de fréquences par des réseaux PMR est soumise à autorisation qui fait l’objet d’une décision de l’ARCEP.

  • Dans la majorité des cas, cet acte prend la forme d’une autorisation attribuée à l’utilisateur à titre individuel, à la suite de sa demande.
  • Dans certaines parties de bandes, l’utilisation de fréquences est soumise à un régime d’autorisation générale et ne nécessite pas une autorisation individuelle.

1. Autorisation d’utilisation de fréquences attribuée à l’utilisateur à titre individuel, à la suite de sa demande

Une telle autorisation est généralement attribuée pour une durée de cinq ans.

Le titulaire d'une autorisation d'utilisation de fréquences attribuée à titre individuel, par décision de l'ARCEP, est assujetti au paiement d'une redevance annuelle domaniale de mise à disposition de fréquences et d'une redevance annuelle de gestion dont les montants sont déterminés en application des dispositions prévues par le décret n°2007-1532 modifié du 24 octobre 2007 et son arrêté d'application arrêté du 24 octobre 2007 modifié.

Sous ce régime d'autorisation individuelle, l'ARCEP met en œuvre trois schémas distincts, adaptés aux besoins différents des réseaux PMR.


Demande d’autorisation d’utilisation de fréquences alloties

Une autorisation par allotissement est attribuée pour l'utilisation d'une fréquence ou d'un bloc de fréquences déterminé sur une zone géographique spécifiée, avec une protection contre les brouillages préjudiciables.

Une telle autorisation ne spécifie pas l'implantation exacte des stations radioélectriques utilisées mais uniquement la zone géographique à l'intérieur de laquelle celles-ci peuvent être implantées. En outre, elle précise le niveau maximal de champ radioélectrique en limite de la zone d'allotissement.

Ainsi, le titulaire est autorisé à utiliser la ou les fréquences qui lui sont attribuées sur cette zone comme il le souhaite, dans les limites prévues par son autorisation. Il n'a ainsi pas à demander une modification de son autorisation s'il souhaite modifier l'ingénierie technique de son installation, dès lors qu'il reste dans les limites prévues par son autorisation.

De plus, en complément de l’autorisation d’utilisation de fréquences alloties, le titulaire devra, préalablement à l’implantation de chaque base ou relais qu’il établira, compléter et fournir un formulaire de "déclaration d’une installation radioélectrique fixe et des assignations de fréquences associées". Les données renseignées dans ce formulaire sont nécessaires pour l’ANFR dans le cadre de ses missions liées à la coordination de l’implantation des stations radioélectriques et des assignations de fréquences, ainsi que ses missions liées à la tenue à jour des bases notariales au niveau national, en application des dispositions prévues par les articles  art. R. 20-44-11 (4° et 5°) du code des postes et des communications électroniques.


Demande d’autorisation d’utilisation de fréquences assignées

Une autorisation par assignation est attribuée pour l'utilisation d'une fréquence sur un emplacement donné et dans les conditions techniques précisément identifiées dans l'autorisation, avec une protection contre les brouillages préjudiciables.

Une telle autorisation spécifie notamment l'emplacement exact des stations radioélectriques fixes utilisées (la zone d'utilisation pour les stations mobiles) ainsi que les caractéristiques techniques des installations. L'attribution d'une telle autorisation implique au préalable une coordination des fréquences site par site.

Ainsi, le titulaire est autorisé à utiliser les fréquences qui lui sont attribuées dans les conditions techniques spécifiées par son autorisation. S'il souhaite modifier l’emplacement des stations ou les conditions techniques attachées à son autorisation, il doit demander une modification dans ce sens.

De plus, conjointement avec le formulaire de "demande d’autorisation d’utilisation de fréquences assignées", le demandeur doit, pour chaque base ou relais dont l’implantation est envisagée, compléter et fournir un formulaire de "déclaration d’une installation radioélectrique fixe et des assignations de fréquences associées".

Les données renseignées dans ce formulaire sont nécessaires :

  • pour l’ARCEP dans le cadre de ses missions liées à l’instruction de la demande, qui implique une coordination des fréquences site par site, avant attribution éventuelle d’une autorisation ;
  • pour l’ANFR dans le cadre de ses missions liées à la coordination de l’implantation des stations radioélectriques et des assignations de fréquences, ainsi que ses missions liées à la tenue à jour des bases notariales au niveau national, en application des dispositions prévues par les art. R. 20-44-11 (4° et 5°) du code des postes et des communications électroniques.


Demande d’autorisation d’utilisation de fréquences attribuée pour un usage partagé, sans garantie de protection

Une telle autorisation est attribuée à l’utilisateur à titre individuel mais non exclusif, pour une utilisation de fréquences sans garantie de protection vis-à-vis des autres utilisateurs.

Ce schéma d'autorisation permet au titulaire d'utiliser les fréquences qui lui sont attribuées dans les conditions techniques identifiées dans l’autorisation, à l'intérieur d'une zone géographique donnée sans que soit spécifié l'emplacement des stations radioélectriques. En outre, sur les canaux ouverts à ce mode d'autorisation et en fonction du type d'utilisation, le titulaire peut être tenu de limiter l'utilisation de chacune des fréquences qui lui sont attribuées à un seul site, à un moment donné, à l'intérieur de la zone géographique.

Ce mode d'autorisation permet de répondre à des besoins en fréquences pour des utilisateurs itinérants, comme par exemple les personnels de chantiers, les géomètres et les clubs sportifs.

Dans le cadre des missions qui lui sont confiées par l’art. R. 20-44-11 (4°) du code des postes et des communications électroniques, l’ANFR établit et tient à jour l'ensemble des documents relatifs à l'emploi des fréquences, notamment le fichier national des fréquences qui récapitule les assignations de fréquences. L’Agence procède également à la notification des assignations nationales au fichier international des fréquences de l'Union internationale des télécommunications dont elle est, pour ce domaine, l'interlocuteur unique.

En outre, l’art. R. 20-44-11 (5°) du même code confie à l’ANFR la compétence liée à la coordination de l’implantation sur le territoire national des stations radioélectriques de toute nature afin d’assurer la meilleure utilisation des sites disponibles.

Vous pouvez consulter notre rubrique Sites


2. Utilisation de fréquences soumise à un régime d’autorisation générale

Dans certaines parties de bandes et pour certaines installations radioélectriques identifiées, l’utilisation de fréquences est soumise à un régime d’autorisation générale, qui fait l’objet d’une décision de l’ARCEP.

Celle-ci fixe les conditions auxquelles est soumise l’utilisation des fréquences par les installations radioélectriques concernées, en vue notamment d’éviter tout brouillage préjudiciable aux systèmes utilisant des fréquences spécifiquement assignées à leur utilisateur.

L'utilisation des fréquences par les installations radioélectriques concernées n'est soumise ni à autorisation individuelle ni au paiement d'une redevance. Ces installations radioélectriques ne bénéficient d'aucune protection contre les brouillages préjudiciables.

A titre d'exemple, l'utilisation de fréquences dans la bande 446-446,2 MHz par des équipements de PMR 446 n’est pas soumise à autorisation individuelle, sous réserve du respect de conditions techniques spécifiées par décision de l’ARCEP.

  • Les conditions d’utilisation des fréquences dans la bande 446-446,1 MHz sont fixées par les décisions n° 2001-1147 et n° 2001-1148 de l’ARCEP du 7 décembre 2001.
  • Les conditions d’utilisation des fréquences dans la bande 446,1-446,2 MHz sont fixées par les décisions n° 2010-0925 et n° 2010-0926 de l’ARCEP du 2 septembre 2010.

D'autres fréquences peuvent être utilisées dans le cadre d'une autorisation générale pour déployer des applications de type PMR sans être toutefois dédiées à ce type d'usage.
On peut citer à titre d'exemple :

  • les fréquences dans les bandes dites Wi-Fi (2400-2483,5 MHz, 5150-5350 MHz et 5470-5725 MHz), utilisables par des systèmes de transmission de données à large bande, sous réserve du respect des conditions fixées par les décisions n° 2005-1080 de l’ARCEP du 13 décembre 2005 et n° 2012-1669 du 18 décembre 2012 ;
  • les fréquences dans la bande 869,4-869,65 MHz, utilisable par des équipements de faible portée non spécifiques, sous réserve du respect des conditions fixées par par la décision n° 2012-0612 de l’ARCEP du 15 mai 2012.

Ces décisions sont disponibles sur le site de l’ARCEP.

Saviez-vous que certaines conditions climatiques peuvent perturber la réception de la TNT, dont le signal est véhiculé par les ondes ? L'@anfr vous explique comment se produisent ces phénomènes que l’on appelle les « propagations exceptionnelles » https://t.co/Q7GrpCLnji https://t.co/IkT03PIUfQ

L'@Anses_fr vient de publier son rapport sur l’impact de la #5G sur la #santé. A #Mulhouse, ds le cadre de son déploiement, l’@anfr a installé 3 capteurs pour recueillir des données sur l’exposition aux ondes électromagnétiques, consultables en tps réel
➡️ https://t.co/ZzgLI4gY7i https://t.co/OHt3FxMH1i

ANFR a Retweeté

L’@Anses_fr publie son rapport sur les risques sanitaires liés à la #5G. Cette étude :
✅ Confirme l’absence d’impact sanitaire avéré de la 3,5 GHz
✅ Conforte les choix du Gouvernement sur le lancement de la 5G
📑 Le rapport : https://t.co/wYpJcoDSOg https://t.co/Mlgl7m3VyH

ANFR a Retweeté

Quels effets pourraient avoir la #5G sur la santé de la population ?

Nous publions aujourd’hui nos travaux d’expertise sur le sujet.
Présentation de nos résultats ⬇️ #Thread (1/10) https://t.co/9pH3aOHXpL

La #TNT se modernise ! Les téléspectateurs équipés d'un téléviseur connecté à internet conforme à la norme #HbbTV peuvent profiter des plateformes : @Salto_fr (canaux 50 et 51 de la #TNT) et https://t.co/VTpGgjCqKe (canal 77).
🆕https://t.co/vqy1XIIkJD https://t.co/pctaEKJRGw

Faux❌ : le répéteur WiFi émet 0,89 V/m alors que le transmetteur CPL émet à hauteur de 0,06 V/m.
Le CPL établit une liaison filaire entre les appareils du foyer, en passant par le réseau électrique. Il est par ex. utilisé pour le compteur #Linky ou pour connecter une box #WiFi. https://t.co/GokRnL5BqB

#Quizz #MaisonANFR
Selon vous, un transmetteur CPL (Courant porteur en ligne) émet-il plus d’ondes qu’un répéteur WiFi ? 🤔Réponse demain matin !

Le saviez-vous ❓ Le 1er « satellite de télécommunications » Echo I, simple réflecteur, a été lancé en 1960. Découvrez dans cet article l’histoire des constellations de satellites, de l’origine à nos jours
✈️https://t.co/h9xUvEAa8A https://t.co/QACXb9PhE6

📡 Ils squattent les ondes mais ce ne sont pas des radios. Voici 5 anecdotes sur les #radioamateurs qui célèbrent leur journée mondiale le 18 avril. #Fetedelaradio cc @anfr https://t.co/b6lYTfnOqs

ANFR a Retweeté

L'équipe d'@Exem a été honorée d'accueillir ce matin @corinnevignon, députée de la 3ème circo de la H-G. qui a manifesté un vif intérêt pr son nouveau service dédié aux mairies "L'Observatoire des ondes", déjà adopté dans 5 villes pilotes par @anfr
@cedric @gillesbregant @l_amf https://t.co/FJaEeEPqYg

MAJ des données #opendata ! Avec le lancement de la #5G sur Ville de Nantes cette semaine, 117 sites 5G sont autorisés dans la capitale des Pays-de-la-Loire, dont 65 déclarés techniquement opérationnels par les opérateurs mobiles
https://t.co/cr2xaQiCM7 - https://t.co/s8clyclD8z https://t.co/yRHZgQrbqw

✈️🆕Episode 3 #LesSeriesANFR sur les équipements à bord des avions. Dans cette édition, découvrez les moyens de surveillance qui permettent de savoir où sont et où vont les aéronefs dans la zone surveillée.
▶️ https://t.co/q5fxW3kH8k https://t.co/kayxfoVosq

#Lesaviezvous ❓ Le Bluetooth est une techno de réseaux sans fil de faible portée permettant de relier des appareils entre eux sans liaison filaire, grâce aux fréquences radioélectriques. Le Bluetooth et le WiFi utilisent la même bande de fréquences : la bande 2,4 GHz #MaisonANFR https://t.co/twwZbO1JGY

We're now hearing from the regulators at our #WRC23Webinars on the C-Band. We're delighted to be joined by Eric Fournier @anfr, Jose Aguilar @jaguirea @MTC_GobPeru, Daniel Obam @NCS_Kenya, and Tariq Al Awadhi, ASMG & @tdrauae https://t.co/8RMvTQBKuT

L’@anfr prend acte de la mise à jour par la société SOURCING ET CREATION du téléphone portable EssentielB HeYou 40, commercialisé par la société
@boulanger afin de respecter les valeurs limites des #DAS localisés « tronc » et « membre ». + d’infos :

https://t.co/qa5iiN1AMH https://t.co/L4RXZ97pLT

📻 L’avenir de la radio, c’est aussi le #DABplus ! Depuis le 13 avril, les Franciliens peuvent écouter jusqu’à 70 radios en numérique. Et l’année 2021 s’annonce riche en déploiements sur tout le territoire. Pour suivre les dernières annonces 👉@DABplusFR #Fetedelaradio https://t.co/5Qovl1t1FP

Venez faire un tour dans la nouvelle #MaisonANFR qui informe sur l’exposition aux ondes générée par 72 objets du quotidien. Retrouvez des quizz et anecdotes sur ces objets !
🏡 https://t.co/Ym62E2YQxo https://t.co/XSyQlRr3EF

#LesMetiersANFR
Découvrez dans cette ITW le rôle et les missions de Thomas Welter à l’@anfr, qui travaille avec son équipe sur la coordination et la notification de l’ensemble des réseaux satellites français à l’@ITU. En savoir plus : https://t.co/oWcNcF5tgj https://t.co/JiZs01b4zV

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil