Accessibilité

FAQ

retour en haut

Harmonisation européenne des bandes 3,4-3,8 et 26 GHz pour la 5G

Les administrations européennes ont finalisé, lors de la réunion ECC du 27 février au 2 mars, les projets d’harmonisation européenne des bandes 3,4-3,8 et 26 GHz en faveur de la 5G. En pratique, cela s’est traduit par l’adoption de rapports de la CEPT en réponse au mandat 5G de la Commission européenne. Ils décrivent les conditions techniques que devront respecter les Etats membres lorsqu’ils octroient des autorisations dans ces bandes. Par ailleurs, un projet de décision ECC, texte d’application volontaire pour les 48 pays de la CEPT, a aussi été adopté pour la bande 26 GHz.

De nombreuses contributions ont été faites par les administrations et l’industrie 5G, compte tenu des nombreux points qui étaient soumis à l’arbitrage de l’ECC.

Ainsi, l’utilisation de systèmes d’antennes actives, qui permet de concentrer l’énergie de l’antenne dans la direction de l’utilisateur, ne permet plus de protéger les bandes adjacentes par une simple insertion de filtre : l’ECC a dû établir un nouvel équilibre pour protéger ces usages tout en évitant toute contrainte indue sur la 5G. Dans la bande 3,4-3,8 GHz, la protection des radars fonctionnant en-dessous de 3,4 GHz sera assurée par une limite de rayonnement non désiré proposée par la France, sur la base des études de l’Agence et de la Défense. Dans la bande 26 GHz, les limites pour protéger la réception des satellites d’observation de la Terre dans la bande passive 23,6-24 GHz restent à confirmer. Mais des valeurs, dans une fourchette allant de 1 à 1,6 (2 dB), sont désormais incluses dans le projet de décision ECC et de rapport CEPT. La question de cette limite était si sensible que l’écart entre les contributions reçues pour la fixer avait atteint un ratio de 1 à 1 000 (30 dB) ! Une contribution commune entre France, Allemagne, Royaume-Uni et Suisse a finalement imposé une approche technique et des conclusions permettant de stabiliser les limites. Si ces valeurs sont confirmées dans les conditions techniques, des études restant en cours, elles auront néanmoins pour conséquence de rendre difficile, pour la première génération de stations de base 5G à 26 GHz, l’utilisation de la partie basse de la bande. Néanmoins, l’évolution prévisible des technologies de filtrage dans les antennes actives devrait permettre ultérieurement d’alléger ces contraintes.

La protection des autres services dans la bande 26 GHz est aussi traitée dans le cadre de la préparation de la CMR -19. Il convient en effet d’éviter toute situation où les décisions de la CMR -19 pourraient contredire les choix européens. La protection des satellites recevant dans la bande 26 GHz (service fixe par satellite ou inter-satellite) semble ainsi assurée avec une marge suffisante, compte tenu des hypothèses sur les caractéristiques techniques et opérationnelles de la 5G. Mais, comment garantir que ces hypothèses resteront valables à l’avenir, compte tenu de l’évolution des technologies et des besoins de déploiement ? L’ECC propose de répondre à cette question en mettant en place une veille sur ces caractéristiques, dans le cadre du processus de revue des décisions ECC, prévu tous les 5 ans. Elle envisage aussi d’encadrer réglementairement les risques de pointage des faisceaux des stations de base vers le ciel (par exemple pour des communications avec des drones, ou pour couvrir un immeuble à partir d’une station au sol). Un autre sujet, identifié avant même la CMR -15, concerne la question de la coexistence avec les stations terriennes d’exploration de la Terre par satellite et de service fixe par satellite. La solution est plutôt d’ordre réglementaire que technique, car le nombre de ces stations terriennes restera très faible : elle consistera à éviter qu’une attribution de spectre aux opérateurs mobiles à titre exclusif puisse se traduire par l’impossibilité d’installation de nouvelles stations. 

La 5G pose d’autres défis réglementaires inédits. Un exemple emblématique est la question de la synchronisation entre réseaux dans le mode « Time Division Duplex » (TDD) de la 5G, afin d’éviter des intervalles de temps où les stations de base se brouilleraient entre elles. Le projet de rapport CEPT dans la bande 3,4-3,8 GHz impose des limites si contraignantes en cas d’absence de synchronisation qu’elles obligeront en pratique les opérateurs à se synchroniser. Mais les conditions techniques offrent aux administrations et régulateurs la possibilité d’imposer au niveau national des conditions plus souples, par exemple pour prendre en compte le cas de déploiement à l’intérieur des bâtiments et la possibilité de synchronisation partielle protégeant les échanges de signalisation. Si la synchronisation devait aussi se faire avec les réseaux 4G, par exemple pour l’accès fixe THD, l’alignement des trames sur celles des réseaux 4G aurait aussi pour conséquence de réduire les performances des réseaux 5G.

Ces documents sont désormais en consultation publique : vous êtes cordialement invités à y contribuer !

📶Inauguration du 1er site #4G
multi-opérateurs d’accès à l'internet mobile dans le #Cantal à Peyrusse.
Le service régional @anfr de Lyon était présent aux côtés de représentants de l’État, des élus et des opérateurs. https://t.co/3vNVhrLEvU

La 4G est arrivée à Peyrusse dans le #Cantal, c'est vous qui en parlez le mieux ▶ André Tronche, Maire de #Peyrusse, nous explique en quoi la #4G contribue à l’attractivité de son village 👉 https://t.co/2Bk4xLX0Yp #newdealmobile #AURA #territoires https://t.co/zB426F9ZQV

NenuFAR, immense radiotélescope de l’@Obs_Paris installé à Nancay dans le Cher, constitué de + de 1800 antennes, permettra d’observer l’intégralité du ciel et d’étudier l’évolution de l’univers 💫 #astronomie @Observ_Nancay https://t.co/k5EEgKaiUm

L’étude de l’@ANFR montre que les niveaux mesurés restent globalement faibles, avec un niveau d’exposition médian à 0,40 V/m et 90 % des niveaux mesurés inférieurs à 1,8 V/m.
+ d'info sur le rapport 👉https://t.co/P19MuFkjfH https://t.co/BaFKlHHuzN

📖L’@anfr publie son étude annuelle portant sur l’analyse de plus de 3 000 mesures d’exposition du public aux #ondes réalisées en 2018.
Télécharger le rapport ici 👉 https://t.co/clC1GgcL4K https://t.co/ROGmJFBtON

Dr. Van Deventer from @who introducing the international technical workshop on #5G and EMF exposure for administrations at @anfr. https://t.co/TA3kB8FS1U

L’@anfr organise aujourd’hui le séminaire dédié à la 5G et sur les questions d’expositions aux public des ondes. 11 pays représentés https://t.co/xuYCvhRA9R

Retrouvez le discours de @cedric_o pour la Paris #Blockchain Conference. Parmi les cas d’usages cités dans la sphère publique par le ministre, la blockchain des fréquences de l’@anfr, qui permet d’expérimenter un mode innovant de gestion des fréquences!👇🏽 https://t.co/3L0Htexrw0

#TNRBF Nouvelle répartition des bandes de #fréquences arrêtée par le 1er ministre : des modifications notamment prévues pour permettre l’arrivée de la #5G dans la bande 26 GHz 👉 https://t.co/fq2PshleXb https://t.co/Z33xmtQXuk

ANFR a Retweeté

C'est parti pour cette nouvelle session d'examens radioamateur organisée à Saratech @anfr @ref Nos candidats planchent sous la protection du Bouclier de Brennus. Bonne chance https://t.co/OY5ewa38zU

L’@ANFR a reçu M. Patrick Masambu, directeur général de l’Organisation
Internationale des Télécommunications par Satellites (ITSO).
Echanges sur le plan stratégique de l’ITSO et la gestion du Patrimoine commun : les positions orbitales et fréquences. https://t.co/NXvKahJd8y

ANFR a Retweeté

Avec l'@anfr et l'@ETSI_STANDARDS, on a besoin de vous pour que le spectre des radiofréquences n'arrive pas à saturation ! Fabricants d'#objetsconnectés, opérateurs de téléphonie... rejoignez notre plateforme ➡️ https://t.co/26PGhZBMzk #IoT https://t.co/oEEn6yPMC0

🤓Vous exercez une activité qui sollicite des fréquences radioélectriques ? Vous craignez l’embouteillage sur le spectre ? Rejoignez la plateforme AFNOR-ANFR pour échanger sur les règles du jeu et les normes de demain. 🔗

👉https://t.co/lpG6X1o6fo

@anfr @afnor https://t.co/vbBWWjZekv

Commission numérique de @l_amf : intervention de Jean-Pierre LUGUERN au titre de l’ @ANFR sur l’exposition du public aux ondes et à la 5G. https://t.co/YL90qc84CU

@GillesBregant rappelle les rôles respectifs @anfr et @arcep pour la couverture des entreprises : l’ANFR assure la disponibilité des fréquences, les règles de couverture et leur respect relèvent de l’ARCEP. Travail collégial à mener @egabla @CSNUMPOST @Ch_Hennion https://t.co/LcHOaam2zg

L’@anfr présente ce matin à @l_amf ses actions dans le cadre des expérimentations #5G pour accompagner les élus dans le déploiement et l’exposition du public aux #ondes https://t.co/VA0QNS2mkG

#Mobility Startups, vous avez accès à @FrenchTechCtral à des expertises sur la mobilité : accompagnement pour utiliser Galileo (@CNES ) , des experts sur l'utilisation de la 5G (@Arcep @anfr ), des données géographiques (@ign).Office hours chaque semaine : https://t.co/J0zfLa5P8m https://t.co/DOeZabg085

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil