retour en haut

Point 1.16 : l'accès à la bande 5 GHz pour le WiFi

Le point 1.16 de l’ordre du jour de la CMR -19 traite de l’extension des bandes Wifi déjà autorisées dans la bande 5 GHz et d’un allègement des conditions techniques associées. Ce point faisait suite à des travaux préparatoires à la CMR -15 en vue d’une éventuelle attribution au service mobile dans la bande 5 GHz. Ces études n’ont pu aboutir, des doutes étant apparus sur les possibilités de partage avec les services préexistants (exploration de la Terre par satellite, radars, ITS) : l’attribution mobile a finalement été écartée par la CMR -15. 

La réalité du besoin de nouvelles bandes pour le Wifi n’est pas contestée. En effet, la capacité des fibres optiques oblige désormais bornes et boxes Wifi à offrir à leur tour des débits très élevés. Cela suppose de recourir à des canaux de transmission plus larges (80 MHz voire 160 MHz) et accroît d’autant les besoins en spectre pour le Wifi. Les difficultés à identifier des solutions viables dans les bandes 5 GHz ont d’ailleurs conduit à ouvrir un nouveau chantier dans les bandes 6 GHz, objet de l’article suivant.

Après 7 années d’études (en préparation des CMR -15 puis CMR -19), les avis convergent désormais sur l’impossibilité pour le Wifi d’utiliser la bande 5 350 - 5 470 MHz, compte tenu de l’impossibilité d’y protéger les satellites d’exploration de la Terre. La bande 5 850 – 5 925 MHz n’est pas plus propice à l’arrivée du Wifi : les ITS, dont les performances (latence, disponibilité, fiabilité) sont essentielles pour la sécurité des futurs véhicules autonomes, n’autorisent pas cette coexistence.  De même, les conditions techniques définies dans la bande 5 250 – 5 350 MHz ne seront pas revues car le partage avec le service d’exploration de la Terre s’avère déjà difficile à assurer. En revanche, les bandes 5 150 – 5 250 MHz et 5 725 – 5 850 MHz restent envisageables et font l’objet de vifs débats. 

La bande 5 150 – 5 250 MHz est déjà ouverte au Wifi avec une puissance limitée à 200 mW, à l’intérieur des bâtiments. Les études préparatoires à la CMR -19 s’intéressaient surtout à une extension de l’utilisation en extérieur, qui suppose de protéger les liaisons montantes du mobile par satellite, utilisées dans le monde entier par la constellation Globalstar, mais aussi la télémesure aéronautique, utilisée par Airbus en France dans le bas de la bande, et quelques applications aéronautiques, notamment en Russie. Les études menées par l’ANFR ont montré dans un premier temps, qu’une utilisation dans les voitures (40 mW) et dans les trains (200 mW) ne changerait pas les conditions de partage actuelles. Une deuxième série d’études a ouvert d’autres possibilités d’exploitation en extérieur, c’est-à-dire protégeant les satellites Globalstar, à condition que le nombre de dispositifs concernés reste limité.  Cette possibilité pourrait convenir à des besoins exprimés pour une utilisation en extérieur de Wifi à 5 GHz pour des applications très spécifiques, par exemple les communications avec les drones. Ces extensions seraient utiles car la portion de la bande 5 GHz déjà disponible pour les applications en extérieur (5 470   -5725 MHz), utilisée en partage avec des radars, repose sur un dispositif appelé DFS (Dynamic Frequency Selection) inopérant pour des mobiles rapides (voitures, trains ou drones).

La position française pour le point 1.16 visait donc à étendre les possibilités d’utilisation en extérieur, tout en limitant à 200 mW la puissance isotropique rayonnée équivalente (pire) ainsi que le type d’application visée, pour éviter toute prolifération de ces dispositifs. La proposition européenne commune proposée a été conforme à cette position. Les négociation lors de la CMR -19 ont notamment porté sur l’hypothèse d’une utilisation en extérieur sans contrainte jusqu’à 4 W de puissance, malgré les risques de brouillage de Globalstar. 

Quant à la bande 5725 – 5 850 MHz, aucune nouvelle technique de réduction de brouillage n’a été proposée. Il s’agit en effet de protéger des radars à sauts de fréquences rapides. Les études montrent aussi les difficultés de protection systèmes de télépéage et tachygraphes dans la bande 5 795 – 5 815 MHz, harmonisée au niveau européen. La position française, qui privilégie la protection des services existants, s’opposait donc à l’attribution de cette bande en faveur du service mobile pour le Wifi. Mais, en parallèle, des études complémentaires ont été lancées au sein de la CEPT pour répondre à la demande de certains pays n’ayant pas fait ces choix pour les radars et le télépéage. La solution de partage à l’étude devait permettre l’utilisation nationale du Wifi dans cette bande – tout en tenant compte des exigences de protection des télépéages, des tachygraphes et des radars dans d’autres pays et de la libre circulation des Wifi sous la directive RED. Ces travaux examineront par exemple comment mettre en œuvre une exclusion géographique soit locale, soit nationale, par exemple à l’aide d’une base de données.

Inspection du site radioélectrique du Château d’Eau de Ponthevrard en présence de la @DGEntreprises. Ces inspections font partie du contrôle préventif réalisé par l’@anfr pour éviter les risques de brouillage de l’espace hertzien #yvelines #drones https://t.co/jBTmW9AJBy

📣 #Recrutement
L'@anfr recrute :

🆕 Un(e) adjoint(e) au chef du service juridique
🆕 Un(e) juriste

💼 https://t.co/LAMNBN8pBB https://t.co/wEPHOF2xjA

ANFR a Retweeté

L’installation de nos capteurs d’exposition aux #ondes se poursuit 📡 Pour mieux comprendre notre mission de contrôle et de #surveillance liée au déploiement de la #5G auprès de l’@anfr, c’est par ici 👉 https://t.co/j5XB1IreJE

#VivaTech Comment s’appelle cet équipement ? Comment permet-il de trouver le brouilleur ? https://t.co/fOSFvRhQE3

Vous êtes nombreux ce matin à venir voir les experts de l’@anfr et @SDR_Radio pour cette dernière journée #Vivatech consacrée au grand public ! 📍Stand L10 #innovation https://t.co/opk9IuxDod

#VivaTech Jour 3 !
Retrouvez les experts @anfr et la société @SDR_Radio, spécialisée dans la Technologie Radio Logicielle. Une démo vous attend sur des capteurs connectés permettant d’améliorer la supervision de la qualité du signal des émetteurs TNT !
📍Stand L10 https://t.co/17nd6dL6KB

Realt time distributed #dvbt monitoring, looking for propagation anomalies
Booth L10 thanks @anfr #VivaTech https://t.co/ynOa7drxmL

Le numérique, c’est souvent sans fil : contrôle permanent du spectre à #Vivatech par l’@anfr https://t.co/NMtUwjI4Sr

#VivaTech Jour2 😄
Retrouvez nos experts au stand L10, ils vous attendent pour discuter #fréquences, #ondes, #5G, #6G, #innovation et de plein d’autres sujets ! https://t.co/vs2uGFqvHb

La « police » du spectre en action à #VivaTech . https://t.co/TvTu8zfK4F

#Vivatech RDV dans 1H, à 15h, sur notre stand L10 pour une démo de notre partenaire @GeomodFR qui présentera son outil de modélisation de l’exposition aux #ondes avec le projet ANFR de simulation sur la France entière ! #innovation https://t.co/0LxO4PlFBg

Venez rencontrer @GeomodFR et l’@anfr sur le stand 10 du salon @VivaTech ! Ils sont beaux nos JB 😍 ! https://t.co/bXf9c1SsdE

.@Gillesbregant , DG de l’@anfr, en visite à #Vivatech : revue des dispositifs de contrôle du spectre dans le camion labo, échanges avec @geomodfr sur la simulation de l’exposition aux #ondeshttps://t.co/bfcOh40BFk

Bonjour #VivaTech👋 ! Comme chaque année, l’@anfr est présente et vous accueille avec des démos sur son stand 🤩. Venez rencontrer non experts des #ondes et notre partenaire @geomodfr 📍Stand L10 https://t.co/iGYHb0sX12

@AFNIC On y parlera également du programme de mesure d'exposition aux ondes de
@anfr
. En plus de son principe de fonctionnement et d'une analyse des résultats, nous avons suivi une équipe sur le terrain !

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur