Accessibilité

retour en haut

Point 1.16 : l'accès à la bande 5 GHz pour le WiFi

Le point 1.16 de l’ordre du jour de la CMR -19 traite de l’extension des bandes Wifi déjà autorisées dans la bande 5 GHz et d’un allègement des conditions techniques associées. Ce point faisait suite à des travaux préparatoires à la CMR -15 en vue d’une éventuelle attribution au service mobile dans la bande 5 GHz. Ces études n’ont pu aboutir, des doutes étant apparus sur les possibilités de partage avec les services préexistants (exploration de la Terre par satellite, radars, ITS) : l’attribution mobile a finalement été écartée par la CMR -15. 

La réalité du besoin de nouvelles bandes pour le Wifi n’est pas contestée. En effet, la capacité des fibres optiques oblige désormais bornes et boxes Wifi à offrir à leur tour des débits très élevés. Cela suppose de recourir à des canaux de transmission plus larges (80 MHz voire 160 MHz) et accroît d’autant les besoins en spectre pour le Wifi. Les difficultés à identifier des solutions viables dans les bandes 5 GHz ont d’ailleurs conduit à ouvrir un nouveau chantier dans les bandes 6 GHz, objet de l’article suivant.

Après 7 années d’études (en préparation des CMR -15 puis CMR -19), les avis convergent désormais sur l’impossibilité pour le Wifi d’utiliser la bande 5 350 - 5 470 MHz, compte tenu de l’impossibilité d’y protéger les satellites d’exploration de la Terre. La bande 5 850 – 5 925 MHz n’est pas plus propice à l’arrivée du Wifi : les ITS, dont les performances (latence, disponibilité, fiabilité) sont essentielles pour la sécurité des futurs véhicules autonomes, n’autorisent pas cette coexistence.  De même, les conditions techniques définies dans la bande 5 250 – 5 350 MHz ne seront pas revues car le partage avec le service d’exploration de la Terre s’avère déjà difficile à assurer. En revanche, les bandes 5 150 – 5 250 MHz et 5 725 – 5 850 MHz restent envisageables et font l’objet de vifs débats. 

La bande 5 150 – 5 250 MHz est déjà ouverte au Wifi avec une puissance limitée à 200 mW, à l’intérieur des bâtiments. Les études préparatoires à la CMR -19 s’intéressaient surtout à une extension de l’utilisation en extérieur, qui suppose de protéger les liaisons montantes du mobile par satellite, utilisées dans le monde entier par la constellation Globalstar, mais aussi la télémesure aéronautique, utilisée par Airbus en France dans le bas de la bande, et quelques applications aéronautiques, notamment en Russie. Les études menées par l’ANFR ont montré dans un premier temps, qu’une utilisation dans les voitures (40 mW) et dans les trains (200 mW) ne changerait pas les conditions de partage actuelles. Une deuxième série d’études a ouvert d’autres possibilités d’exploitation en extérieur, c’est-à-dire protégeant les satellites Globalstar, à condition que le nombre de dispositifs concernés reste limité.  Cette possibilité pourrait convenir à des besoins exprimés pour une utilisation en extérieur de Wifi à 5 GHz pour des applications très spécifiques, par exemple les communications avec les drones. Ces extensions seraient utiles car la portion de la bande 5 GHz déjà disponible pour les applications en extérieur (5 470   -5725 MHz), utilisée en partage avec des radars, repose sur un dispositif appelé DFS (Dynamic Frequency Selection) inopérant pour des mobiles rapides (voitures, trains ou drones).

La position française pour le point 1.16 visait donc à étendre les possibilités d’utilisation en extérieur, tout en limitant à 200 mW la puissance isotropique rayonnée équivalente (pire) ainsi que le type d’application visée, pour éviter toute prolifération de ces dispositifs. La proposition européenne commune proposée a été conforme à cette position. Les négociation lors de la CMR -19 ont notamment porté sur l’hypothèse d’une utilisation en extérieur sans contrainte jusqu’à 4 W de puissance, malgré les risques de brouillage de Globalstar. 

Quant à la bande 5725 – 5 850 MHz, aucune nouvelle technique de réduction de brouillage n’a été proposée. Il s’agit en effet de protéger des radars à sauts de fréquences rapides. Les études montrent aussi les difficultés de protection systèmes de télépéage et tachygraphes dans la bande 5 795 – 5 815 MHz, harmonisée au niveau européen. La position française, qui privilégie la protection des services existants, s’opposait donc à l’attribution de cette bande en faveur du service mobile pour le Wifi. Mais, en parallèle, des études complémentaires ont été lancées au sein de la CEPT pour répondre à la demande de certains pays n’ayant pas fait ces choix pour les radars et le télépéage. La solution de partage à l’étude devait permettre l’utilisation nationale du Wifi dans cette bande – tout en tenant compte des exigences de protection des télépéages, des tachygraphes et des radars dans d’autres pays et de la libre circulation des Wifi sous la directive RED. Ces travaux examineront par exemple comment mettre en œuvre une exclusion géographique soit locale, soit nationale, par exemple à l’aide d’une base de données.

What new frequencies could offer connectivity for 5G and beyond? Our final panel at #EU5GConf includes Rob Yates @LYAcAhead, Branimir Stantchev @EU_Commission, Eric Fournier @anfr, Mohaned Juwad @ESOA_SAT, Lars Backlund @BNEurope & @CamargosLuciana @gsma https://t.co/NPv3pGHMy7

Savez-vous ce qu’est un réseau local sans fil (RLAN) ? Utilisé notamment par des collectivités locales ou des entreprises dans la bande de fréquences 5 GHz, il doit répondre à un certain nombre de règles pour ne pas brouiller d’autres usages. + d'infos⤵️ https://t.co/fonJkBsF8C https://t.co/tULS1Q5QXA

Eric Fournier, directeur de la Direction de la planification et des affaires internationales de l'@anfr, interviendra jeudi après-midi à la Conférence Européenne sur la #5G organisée par le @ForumEurope. Infos et inscription :⤵️
https://t.co/GvaZOE1gxl #EU5GConf https://t.co/lUE3n2yuGl

Qu’est-ce qu’un brouilleur radioélectrique ? Il s'agit d'un émetteur📻conçu pour brouiller les services de radiocom:📱,💻, wifi, RLAN, Wimax...
La loi interdit cet équipement en 🇫🇷 car il porte atteinte aux droits d’utilisation des détenteurs de fréquences https://t.co/q6CDahvoHp https://t.co/EDf8FDwJu1

Savez-vous que l'ANFR réalise des enquêtes pour localiser et identifier l'origine des brouillages qui empêchent l’utilisation d’équipements connectés grâce aux fréquences ? Pour en savoir + sur les interventions terrain de l’@anfr ⤵️
https://t.co/i7tMySwcOF https://t.co/ZoJ4hlK7wX

Quel rôle joue le Fonds de réaménagement du spectre (FRS) dans le déploiement de la #5G ? Outil qui s’est avéré indispensable pour la mise à disposition rapide de la bande 3,5 GHz, voici comment il fonctionne ⤵️
https://t.co/dymVSdeS9t https://t.co/mSaisFfjjf

📶 INAUGURATION 🤳
Demain 👉 Inauguration des deux premiers sites #4G multi-opérateurs #NewDealMobile dans les @hautesalpes avec @JoelGiraud05, la @Prefet05, @ClaireBouchet05, @Arnaud_jm, le Maire des Orres, les opérateurs et les élus locaux ➡️ https://t.co/6Uipl4Srjx https://t.co/nG1Gc2Y82m

🔊📻🎙Pourquoi capte-t-on aussi bien les radios suisses côté Français ? Comme @Couleur3 ? Derrière votre poste se joue une véritable diplomatie des ondes, où chaque fréquence est négociée entre la Suisse et la France pour éviter les embouteillages. #Genève
https://t.co/F0aP4ZQyah

🔍Comment mesurer le taux d'exposition d'un logement aux ondes électromagnétiques ? Dossier Familial explique la démarche à faire auprès de nos services 👇 https://t.co/UogHa6UWp5

ANFR a Retweeté

📻 #JourneeMondialedelaRadio | Où en est le déploiement de la radio numérique #DabPlus en France ? Réponse dans notre carte interactive : https://t.co/3CT3S8cWfQ https://t.co/hgPYS5PF1d

#recrutement 🧐
L'@anfr recrute :
▶️ Un(e) Technicien(ne) chargé(e) du contrôle et des mesures in situ.
🆕 https://t.co/8LrPRIJfwh https://t.co/kMxTbcEP4H

#recrutement 🧐

L'ANFR recrute :
▶️ Un(e) technicien(ne) en radiofréquences charg(é)e du contrôle technique

🆕 https://t.co/f41HxA9aAX https://t.co/8un19B9UHh

⛵🚨 Les contrôles maritimes peuvent sauver des vies ! Deux pêcheurs en ont fait l’expérience en #NouvelleCaledonie : ils ont été sauvés par leur balise de détresse qu’ils venaient d’acheter après les conseils donnés lors de l’inspection du bateau https://t.co/9t9uzsJBik https://t.co/3DmffiJ4y6

#recrutement 🧐
L'@anfr recrute :

▶️ Un(e) gestionnaire administratif(ve) en radiofréquences.

🆕https://t.co/rgW1hCVbiZ https://t.co/aeQw8XlVTp

La nouvelle génération de cartes SIM, la #eSIM, offre un parcours client totalement dématérialisé. Quels en seront les cas d'usage avec la #5G ? L'@anfr a interviewé Olivier Leroux, président d'@oasis_smartsim, société française pionnière en la matière ⤵️ https://t.co/0pDiwx0iOP

L'@anfr lance #LesSeriesANFR, sur les radiocommunications. Cette saison, en 4 épisodes, s'intéresse aux équipements à bord des✈️. Vous serez étonnés par l’importance des moyens radio utilisés, et de l’enjeu crucial des fréquences en aéronautique https://t.co/6aKNpAnkt0 https://t.co/0wCcrzqa4K

La radio mobile ferroviaire est en pleine mutation ! Actuellement basée sur la tech. mature GSM-R, une variante du GSM, le réseau se modernisera dans quelques années grâce à une nouv. tech. qui utilisera la #5G. Comment et quand se fera cette mutation ?
📻https://t.co/g46KfpXTjE https://t.co/JnAulsl6yM

ANFR a Retweeté

📢@Exem lance son Observatoire des ondes en région toulousaine !
Un service innovant de supervision de l’évolution électromagnétique utile pour le déploiement de la #5G.
Déjà testé en avant-première avec l’@ANFR à Marseille, Nantes, Paris, Bordeaux.
🖥️👉https://t.co/7Lg86IvwiF

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur