retour en haut

Actualité

Le point 1.6 de l’ordre du jour de la CMR-19 : cadre réglementaire pour les constellations dans les bandes 40/50 GHz (bandes Q/V)

01/10/2018

Nous avons eu l’occasion à de nombreuses reprises de parler dans cette newsletter des projets de constellations de satellite, par exemple en novembre 2017 où nous présentions la chaîne de montage Airbus des satellites OneWeb. La multiplication de ces projets de constellations s’accompagne d’une montée en fréquences afin d’y trouver la ressource spectrale nécessaire. Ainsi, même si la plupart des projets prévoient aujourd’hui d’utiliser les bandes 20/30 GHz (bande « Ka »), ou, dans le cas de OneWeb, la bande 11/14 GHz (bande « Ku »), les bandes 40/50 GHz (bandes « Q/V ») sont envisagées par de nombreux projets. En effet plus de ressources pour les liaisons utilisateurs dans les bandes plus basses peuvent être dégagées en recourant à ces hautes fréquences pour les liaisons d’infrastructure.

Un enjeu réglementaire apparaît alors pour les projets de constellations non-géostationnaires : assurer la protection de l’orbite géostationnaire, largement utilisée pour les communications spatiales et la radiodiffusion par satellite. Au début des années 2000, le Règlement des Radiocommunications (RR) proposait un nouveau cadre réglementaire qui plaçait les satellites non-géostationnaires dans un statut secondaire par rapport aux satellites géostationnaires. Ces constellations ne pouvaient pas brouiller les réseaux géostationnaires au-delà d’un niveau fixé à l’avance. Cette limite procurait ainsi une sécurité juridique favorable au développement des constellations.

La fin de la bulle internet en 2001 a tari les sources d’investissement pour ces projets de constellation. Mais, depuis plusieurs années, les nouveaux projets apparaissent, prenant appui sur les développements technologiques en matière de composants spatiaux, sur la réduction des coûts de construction ou de lancement des satellites ainsi que sur les demandes de réduction de la latence dans les communications spatiales.

Les solutions réglementaires des années 2000 restent adaptées à ces nouveaux projets. Néanmoins, celles-ci se limitent aux bandes au-dessous de 30 GHz et ne couvrent pas les bandes Q/V. Anticipant cette montée en fréquences, l’Agence avait porté, lors de la CMR -15, une demande d’inscription à l’ordre du jour de la CMR -19 d’un cadre réglementaire mieux adapté aux constellations de satellite dans ces bandes. 

Initialement, il était prévu de pouvoir utiliser les mêmes mécanismes que ceux retenus par exemple dans les bandes 20/30 GHz (bande Ka), c’est-à-dire des limites de densité surfacique de puissance équivalente (« epfd ») dans l’article 22 du RR. L’epfd, calcul du brouillage agrégé de tous les satellites d’une constellation, tient compte de la discrimination d’antenne par rapport aux différentes directions de brouillage. Comme les satellites en orbite basse défilent par rapport à un point fixe (qu’il soit sur Terre ou sur l’orbite géostationnaire), le niveau de brouillage varie dans le temps. Les limites d’epfd sont donc exprimées en pourcentage du temps pendant lequel un certain niveau de brouillage agrégé ne doit pas être dépassé. Il s’avère que les fréquences hautes sont plus fortement atténuées par la pluie, notamment en bande Q/V, ce qui influe sur les statistiques de brouillage, qui dépendent de la corrélation entre liaison utile et brouilleur. La méthode qui permet au Bureau des radiocommunications de vérifier le respect des limites pour les bandes Q/V, en cours de discussion, reste donc un enjeu de la préparation de la CMR -19. 

Par ailleurs, l’ UIT -R a aussi porté son attention sur la protection de la bande passive 50,2-50,4 GHz vis-à-vis des rayonnements non désirés des satellites. Des limites sont ainsi proposées pour les systèmes non-géostationnaires  pour la protection du service d’exploration de la Terre par satellite (SETS), passif dans la bande, mais les études ont aussi mis en évidence la nécessité de réviser les limites existantes pour les réseaux géostationnaires, insuffisantes pour protéger cette bande passive. Bien que cela ne soit pas formellement à l’ordre du jour de la CMR -19, un ajustement dès 2019 permettrait d’éviter de renvoyer le sujet à la CMR -23.

L’incident de l’émetteur EU/ MERS LES BAINS signalé le 18/06 est terminé ! Toutes vos chaînes #TNT sont à nouveau disponibles. Si vous ne recevez toujours pas l'intégralité des programmes, il est conseillé de lancer une recherche et mémorisation des chaînes⤵️ https://t.co/LUJe2MNIU8

❓Where does the long-term future lie for the sub-700MHz UHF band? Our session 5 panellists now discussing after their introductory presentations #EUSpectrum.

Tune in via our feed 👆 https://t.co/4UvsfYyNnq

ANFR a Retweeté

« Il est paradoxal d’avoir des enfants qui maitrisent le smartphone dans la cour de récréation et qui ignorent comment cela fonctionne. » Gilles Brégant @anfr @GillesBregant #THD2021

ANFR a Retweeté

« Nous travaillons en amont sur la 6G : des fréquences supérieures à 100 gigahertz. » @GillesBregant @anfr #THD2021

ANFR a Retweeté

« #5G : nous pourrions multiplier par 4 ou 5 les capacités des fréquences disponibles pour les opérateurs » @GillesBregant @anfr #THD2021

ANFR a Retweeté

Pour @GillesBregant de l'@anfr : "le rôle du sans fil va croitre pour le THD car nous observons des ruptures dans l'usage du spectre. Nous suivons le déploiement de la #5G, avec 43% des émetteurs en France qui reçoivent des émissions 5G, et nous préparons déjà la suite" #THD2021 https://t.co/G9f9DBmStk

Félicitations à Eric Fournier, directeur des affaires internationales à l’@anfr, nouveau vice-président du Radio Spectrum Policy Group (RSPG), le groupe consultatif
européen qui assiste la Commission Européenne sur la politique du spectre des #fréquences.
@ECC_chair @UEFrance https://t.co/f4q685smuS

#WiFi6 La Commission européenne vient d’adopter les conditions d’utilisation du #WiFi dans la bande 6 GHz (5 945-6 425 MHz), répondant ainsi aux besoins croissants de connectivité et de débit.
Lire la décision CE :
https://t.co/HuvlwdxCvO https://t.co/frtD7Aq2Sb

#recrutement 🧐
L'ANFR recrute :

▶️ Un(e) Gestionnaire de saisie

🆕 https://t.co/LAMNBN8pBB https://t.co/tFklcgXl7x

🗓️Aujourd’hui se tient le 12ème Comité national de dialogue de l'@anfr sur l’exposition du public aux champs électromagnétiques, présidé par @michel_sauvade. https://t.co/Fffb4PpBn1

Retour sur #VivaTech : découvrez dans cette vidéo quelques témoignages de personnes qui ont rendu visite aux équipes de l’@anfr ! Merci de l’intérêt que vous nous avez apporté, l’ANFR vous donne rdv à l’année prochaine 😀
@RatZillaS https://t.co/a4DnOgIh05

#VivaTech2021 Retrouvez-nous sur le stand D33 Hall 1 ! En vidéo, retour sur les 3 premiers jours à #VivaTech, nos actions pour chasser les brouillages et mesurer les ondes 👇 https://t.co/3bXSAheDGg

#VivaTech2021 La start-up @BigDataEzako travaille avec l’@anfr sur une solution innovante pour améliorer ses contrôles. Découvrez dans cette vidéo en quoi l’#IA peut être utile aux missions de l’Agence 👇 https://t.co/QKLmRIyxNA

Petite visite sur le stand de l'@anfr à #VivaTech. L'occasion de parler un peu ondes et #5G ! https://t.co/LiG46yHLiJ

ANFR a Retweeté

Quel est cet étrange pistolet ?
Qui sont ces hommes ? 🤔

Ce sont des chasseurs d'onde de l'@anfr ! 📶

Clubic les a suivis sur le salon #VivaTech ! La vidéo bientôt ! 🎥 https://t.co/nqlQHqyLyU

« Blockchain, #IA : l’@anfr cherche à tirer parti de toutes les nouvelles technologies pour assurer sa mission de gestion des fréquences, utilisées pour une multitude d’usages».Retrouvez sur ⁦@acteurspublics⁩ l’ITW de ⁦@GillesBregant⁩, DG ANFR https://t.co/cCx3Ymvh2Y

L’@ANFR contrôle la bonne utilisation des fréquences au salon de #VivaTech et intervient en cas de brouillages. https://t.co/b2YYbSNS0v

L’@ANFR veille sur les fréquences de @VivaTech : un rassemblement unique de technologies sans fil innovantes, qui doivent fonctionner sans brouillage pendant toute la durée du salon ! https://t.co/GWxb7DMRXf

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil