retour en haut

Actualité

Le Mobile World Congress de Barcelone : l’industrie mobile en effervescence

28/03/2022

Trois ans, c’est une éternité dans l’échelle de temps de l’industrie mobile où les nouvelles générations apparaissent tous les 10 ans ! Le dernier salon européen de Barcelone, organisé par la GSMA, association des opérateurs mobiles, et qui regroupe l’ensemble des composantes de l’industrie mobile, s’était tenu en février 2019. Les premiers terminaux 5G et stations de base y étaient exposés, laissant déjà entrevoir de nouveaux services de connectivité très haut débit. Il était déjà question des promesses des « verticaux », du temps de latence réduit ou du « slicing » qui autorise des modes d’usage différents dans un même réseau. Le cadre réglementaire européen venait d’être établi pour la bande 3,5 GHz mais restait encore à finaliser pour la bande 26 GHz. Les premières autorisations n’étaient pas encore octroyées en Europe.

Après l’annulation de l’événement en 2020 et la tentative de relance de 2021, 2022 était donc l’année de la renaissance. Autour des stands dont certains rivalisaient en démesure pour mettre en avant le potentiel de la 5G, les débats ont foisonné et les salons affichaient complets : lobbying, networking de rigueur, rencontres bilatérales, conférences, sommets (5G mmW, 5G IoT, 6G, Open Ran, automobiles intelligentes, drones, par exemple). L’ANFR était cette année représentée par son Directeur général, Gilles Brégant, qui s’est immergé dans l’effervescence de l’industrie mobile où la 6G commence à se profiler.

Cette année, la Commission européenne y a dévoilé sa vision de la 6G qu’elle appuie par des financements vers la R&D et des partenariats avec les industriels. Orange, de son côté, a annoncé son calendrier pour l’extinction de la 2G (2025) et de la 3G (2028), tout en multipliant les conférences sur le potentiel de la 5G pour la réalité virtuelle et augmentée.

La GSMA a mis en place dans le cadre du congrès un programme à destination des administrations, le Ministerial Program. C’était l’occasion de découvrir les visions et les attentes des opérateurs. Un débat sur la préparation de la CMR -23 a également été organisé à l’occasion d’une session sur la stratégie des fréquences pour la 4G, la 5G et au-delà. Le Directeur du Bureau des radiocommunications y a exposé les enjeux de cette prochaine conférence mondiale en clôturant son message sur les questions environnementales (consommation d’énergie, émission gaz à effet de serre) qui s’invitent sur certains points d’ordre de jour. La lutte contre le changement climatique s’est d’ailleurs traduite au MWC par une présence croissante, sur certains stands, de solutions basse consommation (stations de base 5G).

La 5G en bande C s’affichait chez tous les équipementiers, confirmant la pertinence de la stratégie de bande pionnière 3.4-3.8 GHz promue par l’Union européenne. Lors d’une conférence, un opérateur mobile russe a d’ailleurs questionné la stratégie soutenue par son gouvernement en faveur de la bande 4,8-4,99 GHz, alors que la bande 3,4-3,8 GHz se déploie avec des économies d’échelle supérieures et des investissements moins élevés.

La tension sur la bande 6 GHz haute, qui sera au cœur des débats de la CMR -23 (point 1.2 de l’ordre du jour), était également palpable : d’un côté, des arguments en faveur d’une attribution de cette bande aux technologies mobiles « IMT » pour les déploiements dans tous les environnements ; de l’autre, les exposés des acteurs du WiFi sur le potentiel que peuvent présenter des canaux très larges (jusqu’à 320 MHz) et des bandes gratuites pour les applications industrielles ou de réalité virtuelle.

Enfin, les nombreux exemples d’applications dans différents univers industriels, notamment pour l’automatisation et les capteurs, ont confirmé le lien entre la 5G et les verticaux. Les usages de la 5G pour les loisirs et les médias ont également été illustrés avec, par exemple, la possibilité pour un spectateur dans un stade d’avoir accès à des vidéos sous différents angles de vues, pour une plus grande immersion dans l’évènement. 

Toute la chaîne de valeur était présente à Barcelone. Les fournisseurs d’équipements de mesures affichaient leurs derniers instruments, adaptés aux nouvelles bandes de fréquences et à la mesure de l’exposition en tout lieu, sur terre ou dans les airs. Et la French tech n’était pas en reste : 47 PME ont exposé leurs solutions dont la société RED technologies, qui était intervenue lors de l’atelier « partage des fréquences » organisé par l’ANFR.

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er août :
@orange (28 403 sites, + 166 en juillet)
@SFR (23 631 sites, + 135)
@bouyguestelecom (23 413 sites, + 96)
@free (22 262 sites, + 115)

🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/s6m0E8Ogd2

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Au 1er août, 61 131 sites #4G sont autorisés par l' @anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.

🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/vThOwiSN85

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Les déploiements #5G en bande 3,5 GHz continuent leur ⬆️ soutenue et rejoignent ceux en bande 700 MHz, qui étaient jusque-là plus importants en terme de sites autorisés.
🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/LwtyQx9UKr

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Au 1er août, 35 311 sites #5G sont autorisés en France par l’ANFR tous opérateurs confondus, soit une ⬆️ de 2.2 % par rapport au 1er juillet. Découvrez les analyses d’évolution des sites 5G par opérateur et bande de fréquences
🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/00SwC59tAb

Pour fêter ses 25 ans, l'@anfr publie un passionnant recueil de 146 pages détaillant « 25 de ses enquêtes les plus marquantes menées en ville, en montagne, à la campagne et même en pleine mer » en matière de brouillages d'ondes.
Petit florilège @nextinpact
https://t.co/DYkLn6FVTR

Encore une belle enquête de l' @anfr à lire absolument ! https://t.co/FVe2k7yHig

#LesenquêtesANFR
Les brouillages ont plus d’un tour dans leur sac 👜 !
Nouvelle enquête de l’ANFR : cette fois-ci, elle nous transporte à Albertville où nos experts ont mis fin au brouillage d’un réseau mobile par un accessoire au premier abord totalement inoffensif...⤵️ https://t.co/zxIbE8HwL6

ANFR a Retweeté

En collaboration avec @anfr, l'attaché technique a contrôlé la bonne diffusion des médias 📻 et 📺 diffusés à partir du site de la Croix de Beauregard, qui dessert #LaClusaz https://t.co/TOvVcnyjwJ

[#PODCAST] La #5G va-t-elle faire exploser notre exposition aux ondes ? Qu'est-ce-que le débit d’absorption spécifique #DAS d'un téléphone ? Réponses avec les experts de l' @anfr ➡️ https://t.co/Jx8tDgFMxN #CODESCONSO https://t.co/UksR1TeRPp

📶📱 L’@anfr prend acte de la mise à jour, par la société @Xiaomi du téléphone Redmi Note 9 Pro, à la suite d’un dépassement de la valeur limite de #DAS « membre »

🆕 https://t.co/0b7QKv1lWD https://t.co/nzpzISqQlO

ANFR a Retweeté

Complémentaire de l'Observatoire des Ondes 〰️ découvrez comment utiliser #Cartoradio, l’outil de l'@anfr qui permet de connaitre l’emplacement exact des antennes en #France 🇫🇷 et les mesures d'exposition aux #ondes ⤵️ https://t.co/rwOlR4TCaj

L’ANFR a reçu 2 nouvelles demandes d’autorisation d’exploitation d’assignations de fréquence. Elles ont été déposées par la société @Eutelsat_SA pour des systèmes satellitaires aux positions orbitales 70,5° EST et 65° OUEST. Des commentaires peuvent être envoyés jusqu’aux 2-3/09 https://t.co/pSknexHa1M

L’@anfr était représentée au groupe de travail 5B (GT-5B) de l’@ITU pour défendre les positions françaises lors des discussions de préparation de la Conférence mondiale des radiocommunications (CMR-23) qui aura lieu à Dubaï en novembre 2023 #WRC23

https://t.co/4PH8GREAOp https://t.co/0X5N8mcd6e

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil