retour en haut

Actualité

La 5G avance à grands pas : les bandes 26 GHz et 3,4-3,8 GHz harmonisées en Europe

30/07/2018

La bande 3,4-3,8 GHz est considérée en Europe, depuis le premier avis RSPG sur la 5G en 2016, comme la principale bande pour le lancement de la 5G. Cela a été confirmé par de nombreux pays en dehors de l’Europe et les enchères récentes au Royaume-Uni ou en Corée ont montré la valeur de ces fréquences (environ 300 millions de livres pour 40 MHz au Royaume-Uni, 1 milliard d’euros pour 100 MHz en Corée).

Par ailleurs, l’utilisation par la 5G des bandes millimétriques permettra d’atteindre des débits allant jusqu’à 10 Gbit/s mais représente un saut technologique important que les opérateurs n’introduiront que de manière progressive sur certains « hot spots ». Les enchères en Corée ont montré que la valeur des bandes millimétriques était bien plus faible que la bande 3,5 GHz : environ 150 millions d’euros pour 800 MHz. L’avis du RSPG utilisait d’ailleurs le terme de « bande pionnière 5G » pour le 26 GHz (24,25-27,5 GHz).

Lors d’une réunion de l’ECC début juillet, la CEPT a harmonisé les conditions techniques d’utilisation de ces deux bandes afin qu’elles soient adaptées à la 5G. Cela s’est traduit par des décisions ECC et des rapports de la CEPT à la Commission européenne. La Commission souhaite désormais rendre obligatoire l’utilisation de ces conditions techniques harmonisées en adoptant des décisions d’harmonisation de l’Union européenne avant la fin de l’année.

La bande 3,4-3,8 GHz était déjà harmonisée en Europe pour les réseaux 4G même si, en France par exemple, les déploiements ont été limités à des réseaux d’accès fixe. L’harmonisation pour la 5G a donc consisté à prescrire le mode « TDD » (multiplexage temporel), à prendre en compte les problématiques de synchronisation (voir newsletter de juin 2018) et à établir des contraintes techniques compatibles avec l’utilisation d’antennes actives, composants essentiels de la 5G et dans lesquelles amplificateurs et filtres sont directement intégrés aux antennes.

Ce dernier point implique que la protection des services en bande adjacente devient plus délicate avec la 5G : il n’est en effet plus possible d’ajouter un filtre externe à une antenne standard livrée par un constructeur. Dans la bande 3,4-3,8 GHz, la CEPT a donc dû étudier avec attention la question de la protection des bandes radars en-dessous de 3,4 GHz. Par rapport aux conditions techniques qui prévalent pour la 4G, un relâchement de près de 20 dB a été apporté, ce qui est considérable. Cela a été obtenu grâce à une coopération étroite entre l’ANFR et le ministère de la Défense, qui a permis de prendre en compte l’aspect statistique du brouillage afin d’ajuster les contraintes sur les stations de base aux besoins de protection des différents types de radars utilisés par la Défense.

L’utilisation d’antennes actives a soulevé un problème similaire pour la définition des conditions techniques applicables à la bande 26 GHz. En effet, cette bande est presque mitoyenne de la bande passive 23,6-24 GHz utilisée par quasiment tous les satellites d’observation de la Terre, indispensables pour la prévision météorologique et l’étude du changement climatique. Compte tenu des décisions attendues de la CMR -19 sur l’identification des bandes 5G au-dessus de 24 GHz, les études sur ce point ont été principalement menées au sein de l’ UIT -R, avec une modélisation détaillée du risque de brouillage des satellites d’exploration de la Terre et des simulations développées par de nombreux acteurs européens tels que l’ANFR, l’OFCOM, l’ESA, Ericsson ou Nokia. Les résultats de ces simulations convergent et les industriels ont fait valoir les difficultés qu’ils auront à assurer la protection des satellites d’exploration de la Terre. Des discussions extrêmement difficiles se sont alors engagées sur les hypothèses à prendre en compte et sur le juste niveau de protection. Le compromis obtenu lors de la réunion de la CEPT début juillet devrait conduire à réduire la bande de travail des premiers équipements 5G disponibles, mais le maintien de la capacité des satellites à observer la Terre est à ce prix.

Par ailleurs, la 5G dans la bande 26 GHz sera en partage avec des services spatiaux tels que le système EDRS de collecte de données, développé conjointement par l’ESA et Airbus D&S, et le service fixe par satellite. Sur la base des hypothèses actuelles sur les caractéristiques des stations 5G, ce partage ne poserait pas de difficulté. Néanmoins, la communauté spatiale s’est inquiétée des risques d’évolution de la 5G qui pourraient conduire à plus long terme à brouiller les satellites. Bien que cela ne réponde pas entièrement aux inquiétudes du secteur spatial, la CEPT a introduit dans la réglementation des conditions encadrant le pointage des antennes de stations de base (pour éviter qu’elles n’émettent vers le ciel). Elle conduira une revue tous les 5 ans des caractéristiques réelles de la 5G afin d’identifier toute évolution susceptible de présenter un risque de brouillage des satellites.

Enfin, des travaux restent en cours, au sein de la CEPT, pour aider les administrations à assurer la coexistence entre la 5G et les stations terriennes qui utiliseront la bande 26 GHz, notamment celles qui vont recueillir les données des satellites d’observation de la Terre ou encore pour organiser un partage, au moins dans une phase transitoire, avec les faisceaux hertziens présents dans la bande. D’autres travaux, dans la bande 26 GHz comme dans la bande 3,4-3,8 GHz, portent sur les mesures que pourront prendre les administrations pour faire coexister des réseaux 5G non synchronisés ou les coordonner aux frontières.

Quel est le point commun entre le Global Citizen live, le sommet Afrique-France et le Qatar Prix Arc de Triomphe? Ils ont tous fait appel à l'@anfr pour planifier les fréquences temporaires nécessaires à ces événements et garantir l'absence de brouillage ! https://t.co/SSi16zxadb https://t.co/CWZngdFLpQ

🛰️ Dans ce 4eme et dernier épisode de la revue scientifique de l'@anfr sur la recherche spatiale et les communications avec Mars, découvrez comment se font les communications entre la planète rouge et la Terre
🪐 https://t.co/j6a3reUXh1 https://t.co/0E2UapcIsK

L’@anfr vous présente sa nouvelle brochure pédagogique « Tout comprendre sur la mesure d’exposition aux ondes ». Comment se déroule une mesure ? Que mesure-t-on ? Quelles conclusions tirer des niveaux mesurés ? A télécharger ici : ⤵️
https://t.co/u045ebi6mp https://t.co/fsPrn7Qc47

Participez au 4e atelier des #fréquences de l’@anfr « Le partage du spectre, où en sommes-nous ? Comment changer de paradigme ? ». Cet atelier sera l’occasion de faire un état des lieux et d’identifier les actions pour encourager le partage. https://t.co/9FzpDpqCa1 https://t.co/6vkZaKjFFU

Le #RSPG met en consultation son programme de travail pour 2022-2023 Principaux thèmes : #6G , #UHF, extinction #2G et #3G, CMR-23, lutte contre le changement climatique, coordination aux frontières et revue des pairs⤵️
https://t.co/h8oigVG0uG https://t.co/4Pfyr3Oavt

Les résultats de la consultation publique du RSPG sur les politiques du spectre pour répondre aux défis du changement climatique sont désormais disponibles. Prochaine étape : des recommandations du groupe d’experts à la @EU_Commission. Pour en savoir + :
https://t.co/vKnVCxNb3Y https://t.co/4NcF37Am30

Félicitations à Eric Fournier, directeur des affaires internationales à l’@anfr, nouveau président à partir du Ier/01/22 du Radio Spectrum Policy Group (RSPG), le groupe consultatif
européen qui assiste la Commission européenne sur la politique du spectre des #fréquences. https://t.co/ABLfUSMlyy

#recrutement 💼

L'@anfr recrute :
▶️ Un(e) technicien(ne) en radiofréquences au département " contrôle de conformité "

📍Donges

🆕 https://t.co/sqP2CMTHoy https://t.co/jO0AeYDrg1

Vous souhaitez savoir si la 5G est bien reçue par votre smartphone sur un parcours donné ? L’appli #Openbarres de l'@anfr permet désormais cette fonctionnalité avec l’affichage et l’enregistrement de la puissance du signal 5G ! https://t.co/kqBcSZDZkM

Perturbation des chaînes de la #TNT dans les @DeuxSevres et les départements alentours suite à une panne électrique sur l’émetteur de Parthenay Amailloux. Des interventions des diffuseurs sont en cours pour résoudre l’incident au + vite. + d’infos : https://t.co/xmbgCTvDYF https://t.co/sEpW34Gku6

Où en est le futur système de communications mobiles ferroviaires ? La @EU_Commission vient d'adopter une décision en faveur de la migration du système actuel, le GSM-R, devenu obsolète, vers la nouvelle génération de la radio mobile ferroviaire. ⤵️https://t.co/5C7hJ1zL6P https://t.co/GUAfLB72ZS

« La CMR, à quoi ça sert ? » - C’est la nouvelle série de l’ANFR qui explique chaque mois, dans sa newsletter, les grands enjeux de demain sur les communications sans fil, qui seront abordés lors de la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2023 (CMR-23) https://t.co/4GrQvluwHF

🇫🇷 C'est la #JournéeMondialeDeLaTélévision ! La première diffusion d'une émission de télévision depuis mon sommet a été réalisée en 1935. En 2021, 48 antennes permettent aux parisiens et franciliens de recevoir 46 chaînes de la TNT.
@TDFgroupe #tourEiffel https://t.co/XSaSFWY2Kn

Chaque vendredi, retrouvez la MAJ de nos données #opendata sur https://t.co/cr2xaQiCM7 ! Aujourd’hui, focus sur
@ClermontFd et l'arrivée de la #5G : 100 sites #5G sont autorisés par l’@anfr dont 88 sont déclarés techniquement opérationnels (activés) par les opérateurs mobiles. https://t.co/wC1v46U3Wx

Retrouvez l’intervention de @GillesBregant dans la matinale de @SudRadio ce matin, sur le brouilleur d’ondes à Clermont-Ferrand. Chaque année, l’ANFR traite environ 2000 cas de brouillages de fréquences sur le territoire.
Pour 🎧l'ITW complète c'est ici ⤵️
https://t.co/0RZLq6d9IC https://t.co/Zn4BRN0w9a

ANFR a Retweeté

[#SudRadio] @GillesBregant, DG de l'@ANFR

🗣️ "Un habitant de #Clermont avait installé un brouilleur assez puissant pour perturber 1/4 de la ville ! Soit disant, il voulait perturber le wi-fi de son voisin. Rappelons tout de même qu'un brouilleur est interdit en France" https://t.co/wPdnUenDIL

Un mystérieux brouillage détecté et neutralisé à Clermont-Ferrand https://t.co/vHIeivaA4p

Vrai sujet. On voit fleurir de plus en plus ce type de d’équipements dans des zones réputées pour servir de lieu de répartition d’une grosse livraison, afin de faire tomber les réseaux (et donc rendre inexploitables les données de localisation) le temps de l’opération. https://t.co/FMDZZDWws4

#lesEnquêtesANFR
L’@anfr a été saisie par 2 opérateurs de téléphonie mobile pour résoudre un cas de brouillage particulièrement sensible au vu de son ampleur à Clermont-Ferrand et ses environs : 24 sites mobiles étaient perturbés ! En savoir plus⤵️
https://t.co/HAJmtzy6sZ https://t.co/OuFKPQMbY3

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil