retour en haut

Actualité

Adoption du cadre d’harmonisation européenne de la bande 6 GHz pour le WiFi

17/12/2020

Dans le délicat contexte sanitaire actuel, le WiFi figure parmi les technologies essentielles pour faciliter le télétravail, l’enseignement à distance, les consultations médicales... Justement, la CEPT vient d’approuver, après plus de trois ans de travaux, la désignation de 480 MHz supplémentaires pour les réseaux locaux et technologies d’accès sans-fil (WAS/RLAN) dans la bande 6 GHz (5 945-6 425 MHz). Bientôt, ce sont 3 nouveaux canaux de 160 MHz (ou 6 canaux de 80 MHz) qui viendront accroître le spectre déjà disponible sous autorisation générale en Europe pour le WiFi, déjà présent dans les bandes 2,4 GHz et 5 GHz : une ressource additionnelle, au moment même où la norme WiFi 6E se généralise.

La première étape avait été franchie en 2019 avec l’adoption du rapport CEPT 73, concluant l’évaluation technique initiale. Le second jalon  a abouti  en novembre 2020 avec l’adoption par l’ECC de deux documents :

  • la Décision ECC (20)01 : elle définit les conditions d’utilisation harmonisée de la bande 6 GHz par des systèmes WAS/RLAN en Europe, qui reste néanmoins d’application volontaire par les administrations européennes de la CEPT ;
  • le Rapport CEPT 75 : envoyé à la Commission, il recommande ces mêmes conditions techniques. Une décision d’harmonisation au niveau de l’Union Européenne et d’application obligatoire par les Etats membres devrait être rapidement adoptée.


Le cadre réglementaire adopté permet deux types de dispositifs : les LPI (Low Power Indoor) et les VLP (Very Low Power).

  • Les LPI couvrent la demande pour les points d’accès WiFi et les box des opérateurs. Ils peuvent émettre avec une puissance de 200 mW. Leur utilisation est limitée à l’intérieur des bâtiments, afin que les signaux soient atténués et ne brouillent ni les faisceaux hertziens utilisant la même bande, ni, par l’effet cumulé d’un grand nombre d’équipements, les satellites recevant dans cette bande, ni enfin les systèmes de rail urbain opérant en bande adjacente. Les installations LPI ne sont pas permises à bord des véhicules.
  • Les VLP sont des dispositifs portables (smartphones, objets connectés tels que montres, lunettes, etc.) qui peuvent émettre avec une puissance de 25 mW. Leur portabilité les destine en revanche à être utilisés aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur des bâtiments.                         


La négociation finale de ce cadre réglementaire européen à 6 GHz a soulevé plusieurs défis.

Le premier consistait à démontrer la possibilité de partage du spectre entre LPI et faisceaux hertziens (FH).  L’ANFR avait préconisé d’utiliser une base de données pour réduire les risques. Cette approche visait à assurer la coordination géographique automatique des points d’accès Wi-Fi avec les FH. Cependant, ce mécanisme a finalement été écarté au vu du caractère très limité du risque de brouillage. En effet, cette bande dispose d’une bonne harmonisation européenne et les opérateurs ont privilégié une disponibilité rapide de la bande.

Le deuxième défi était de protéger le système de signalisation CBTC. Ce système pour les transports ferroviaires urbains exploite la bande adjacente. L’Allemagne et la France, en dépit des réserves du Royaume-Uni, ont soutenu une proposition de plan de canalisation pour le Wi-Fi commençant à 5 945 MHz au lieu de 5 925 MHz initialement demandé.  Ces 10 MHz de bande de garde maintient la possibilité de disposer de trois canaux Wi-Fi de 160 MHz dans la bande 5 945-6 425 MHz. Cependant elle ne suffit pas à assurer la protection du rail urbain. Une limite a donc été appliquée aux émissions Wi-Fi hors bande en-dessous de 5 935 MHz.


Contours indiquant le dépassement du critère de protection du CBTC en fonction de la position de l'utilisateur du Wi-Fi

La réglementation européenne pour les systèmes Wi-Fi à 6 GHz impose ainsi, pour la protection du rail urbain (CBTC), des niveaux d’émission hors-bande suffisamment bas, soit -22 dBm/MHz pour les LPI et  -45 dBm/MHz pour les VLP. Les VLP restent néanmoins à l’étude : cette valeur fera l’objet d’une révision à partir d’expérimentations de terrain. Si les expérimentations ne donnent pas de résultats, la limite sera relevée à -37 dBm/MHz à partir du 01/01/2025.

L’adoption par la CEPT du cadre réglementaire pour les équipements Wi-Fi à 6 GHz confirme la position de l’Europe comme un acteur clef pour le développement de réseaux locaux sans fil, favorables à l’innovation et à l’investissement. 

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er août :
@orange (28 403 sites, + 166 en juillet)
@SFR (23 631 sites, + 135)
@bouyguestelecom (23 413 sites, + 96)
@free (22 262 sites, + 115)

🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/s6m0E8Ogd2

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Au 1er août, 61 131 sites #4G sont autorisés par l' @anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.

🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/vThOwiSN85

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Les déploiements #5G en bande 3,5 GHz continuent leur ⬆️ soutenue et rejoignent ceux en bande 700 MHz, qui étaient jusque-là plus importants en terme de sites autorisés.
🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/LwtyQx9UKr

[#ObservatoireANFR] 📊📱
Au 1er août, 35 311 sites #5G sont autorisés en France par l’ANFR tous opérateurs confondus, soit une ⬆️ de 2.2 % par rapport au 1er juillet. Découvrez les analyses d’évolution des sites 5G par opérateur et bande de fréquences
🆕 https://t.co/Cf0Dc2900S https://t.co/00SwC59tAb

Pour fêter ses 25 ans, l'@anfr publie un passionnant recueil de 146 pages détaillant « 25 de ses enquêtes les plus marquantes menées en ville, en montagne, à la campagne et même en pleine mer » en matière de brouillages d'ondes.
Petit florilège @nextinpact
https://t.co/DYkLn6FVTR

Encore une belle enquête de l' @anfr à lire absolument ! https://t.co/FVe2k7yHig

#LesenquêtesANFR
Les brouillages ont plus d’un tour dans leur sac 👜 !
Nouvelle enquête de l’ANFR : cette fois-ci, elle nous transporte à Albertville où nos experts ont mis fin au brouillage d’un réseau mobile par un accessoire au premier abord totalement inoffensif...⤵️ https://t.co/zxIbE8HwL6

ANFR a Retweeté

En collaboration avec @anfr, l'attaché technique a contrôlé la bonne diffusion des médias 📻 et 📺 diffusés à partir du site de la Croix de Beauregard, qui dessert #LaClusaz https://t.co/TOvVcnyjwJ

[#PODCAST] La #5G va-t-elle faire exploser notre exposition aux ondes ? Qu'est-ce-que le débit d’absorption spécifique #DAS d'un téléphone ? Réponses avec les experts de l' @anfr ➡️ https://t.co/Jx8tDgFMxN #CODESCONSO https://t.co/UksR1TeRPp

📶📱 L’@anfr prend acte de la mise à jour, par la société @Xiaomi du téléphone Redmi Note 9 Pro, à la suite d’un dépassement de la valeur limite de #DAS « membre »

🆕 https://t.co/0b7QKv1lWD https://t.co/nzpzISqQlO

ANFR a Retweeté

Complémentaire de l'Observatoire des Ondes 〰️ découvrez comment utiliser #Cartoradio, l’outil de l'@anfr qui permet de connaitre l’emplacement exact des antennes en #France 🇫🇷 et les mesures d'exposition aux #ondes ⤵️ https://t.co/rwOlR4TCaj

L’ANFR a reçu 2 nouvelles demandes d’autorisation d’exploitation d’assignations de fréquence. Elles ont été déposées par la société @Eutelsat_SA pour des systèmes satellitaires aux positions orbitales 70,5° EST et 65° OUEST. Des commentaires peuvent être envoyés jusqu’aux 2-3/09 https://t.co/pSknexHa1M

L’@anfr était représentée au groupe de travail 5B (GT-5B) de l’@ITU pour défendre les positions françaises lors des discussions de préparation de la Conférence mondiale des radiocommunications (CMR-23) qui aura lieu à Dubaï en novembre 2023 #WRC23

https://t.co/4PH8GREAOp https://t.co/0X5N8mcd6e

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil