Accessibilité

retour en haut

Actualité

26 GHz : brouillages 5G sur les prévisions météorologiques, l’Union européenne actualise sa position

31/03/2020

Le risque de brouillage par la 5G de la bande passive 23,6-24 GHz, utilisée par les satellites d’exploration de la Terre et indispensable pour les prévisions météorologiques, fut l’un des débats les plus houleux et les plus médiatisés de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2019 ( CMR -19).  L’ANFR avait d’ailleurs consacré un article à  ce sujet dans sa newsletter de décembre .,

 

Depuis la fin de la CMR -19, l’Europe devait préciser sa position. En effet, la situation était la suivante :

  • Les conditions techniques européennes prévoyaient avant la CMR une limite de -42 dBW/200 MHz pour les rayonnements non essentiels dans la bande à protéger ;
  • mais le Règlement des radiocommunications révisé par la CMR -19 prévoit désormais des restrictions moins exigeantes, en deux phases :
    · -33 dBW/200 MHz jusqu’au 1er septembre 2027, soit un niveau 8 fois moins protecteur que l’objectif européen ;
    · puis -39 dBW/200 MHz ensuite, ce qui reste 2 fois moins protecteur que les conditions européennes.


L’Union européenne a donc ajusté sa position lors de la réunion du RSCOM du 12 mars dernier.

Plusieurs États membres, soutenus par l’industrie de la 5G, proposaient un simple alignement de l’Europe sur les décisions de la CMR -19. Ils invoquaient le risque d’un manque de disponibilité en Europe d’équipements 5G dans cette bande en cas de réglementation européenne plus contraignante, et du peu d’intérêt d’une protection vis-à-vis des seules stations européennes, puisque les satellites observent l’ensemble du globe, dont l’Europe n’est qu’une petite partie.

D’autres États membres, en particulier la France, souhaitaient que l’Europe conserve des limites plus ambitieuses afin d’amener les industriels à concevoir des équipements plus performants, qui seront également disponibles pour le marché mondial et pourront donc contribuer à rehausser le niveau de protection global. La décision de la CMR -19 soulevait néanmoins deux problèmes :

  • L’échéance de 2027 apparaissait éloignée, alors que la Commission prévoit un marché de masse de la 5G dans cette bande dès 2025.
  • La limite « 2e phase », -39 dBW/200 MHz, reste proche des -42 dBW/200 MHz, et des paramètres des études ayant conduit au compromis européen peuvent encore être remis en question.

Le nouveau compromis européen a apporté des réponses à ces deux inquiétudes :

  • La nouvelle décision communautaire raccourcit la première phase de presque 4 ans : elle impose le passage à la protection « 2e phase » dès le 1er janvier 2024 ; de 2020 et 2023, le risque d’une forte densité de déploiement de stations 5G « 1e phase » devient donc peu probable ;
  • Le niveau « 2e phase » a finalement été aligné sur la décision de la CMR -19 (-39 dBW/200 MHz) ; mais une contrepartie sera imposée : les États membres s’interdiront de déployer des réseaux d’accès haut débit dans la bande immédiatement au-dessous de 23,6-24 GHz. Cela permettra de supprimer un effet cumulatif qui, pris en compte dans les calculs, avait abouti à la valeur de -42 dBW/200 MHz.


Il est ainsi demandé aux industriels d’accélérer le développement des technologies 5G qui permettront une meilleure protection de la bande passive 23,6-24 GHz, dans un calendrier bien plus ambitieux que celui de la CMR -19. Enfin, pour prévenir tout risque de brouillage des satellites d’exploration de la Terre sur le long terme, il s’agira dans les prochaines années de surveiller :

  • les déploiements dans la bande 26 GHz : densité de stations, type de déploiement, etc. ;
  • les caractéristiques des stations 5G : niveaux réels de rayonnement non essentiel, diagramme des antennes actives, etc.  


Ce principe, qui figurait dans la Résolution de la CMR -19 sur cette bande, a été repris dans la décision de l’ECC. L’ANFR pourra y prendre appui, en cas de  divergence toujours possible entre les hypothèses prises pour établir les niveaux limites et la réalité du terrain.

En savoir plus

La protection de la bande passive 23,6-24 GHz : après la décision de la CMR-19, des choix européens s’imposent

 

 

[#chiffresclés2020]#Focus sur l’exposition du public aux ondes.1. L’@anfr gère le dispositif nat. de surveillance et de mesures de l’exposition. Il permet aux particuliers et aux collectivités de demander des mesures à son dom. ou dans des lieux publics ℹ️ https://t.co/wkOGjZryTa https://t.co/Ch7rk9jVwd

Le saviez-vous ? Afin de faciliter les secours en mer, l'@anfr met à disposition des centres de surveillance maritimes (CROSS) les informations de sa base radiomaritime, qu’il ne faut surtout pas négliger de renseigner, elles peuvent sauver ! @bateaux_com https://t.co/sWFUcfq5aK

Lancement réussi du nanosatellite français UVSQ-SAT hier, depuis Cap Canaveral ! Ce CubeSat, conçu par l’Université de Versailles / St Quentin, à peine plus gros qu’un Rubik’s Cube, utilise les fréquences du service amateur par satellite ▶️https://t.co/nDRJZ1N5er
@uvsqsat https://t.co/JpLZgTMqa4

[#chiffresclés2020] #Focus sur les implantations de sites : l’@ANFR autorise l’ensemble des sites radioélectriques en France – sites radios, télés, réseaux mobiles…- ce qui permet de garantir leur compatibilité électromagnétique et d’éviter des brouillages. https://t.co/FrJmbkrJvB

ANFR a Retweeté

La France compte parmi les pays où l’exposition aux ondes est la plus encadrée. Entre 2019 et 2021, nous multiplions le nombre de contrôles par l’@anfr par 3, dont la moitié dédiés à la #5G.
Plus de détails 👉 https://t.co/iRWU8eRaFp

Pour contrôler l’exposition aux ondes, l’@anfr a installé des capteurs à proximité d’antennes #5G. Notre ingénieure I. Sefsouf et G. Astre d'@exemlab expliquent en quoi ces capteurs vont permettre de suivre, en transparence, l’évolution de l’exposition avec l'arrivée de la #5G ⤵️ https://t.co/pHfLNpTHYu

[#chiffreclés2020] Aujourd’hui, #focus sur l’activité internationale de l'@anfr : 1. En 2020, elle a préparé et défendu les positions françaises dans le domaine du spectre des fréquences, dans diverses entités où s’élaborent les cadres européens et internationaux. https://t.co/CY2s0oy6xi

Avec l’arrivée de la #5G et à la demande de @Cedric_O, l'@ANFR effectuera + de 10 000 contrôles de l'exposition aux ondes en 2021, dont près de 5000 avant et après déploiement d’antennes 5G. Reportage du @le_Parisien avec des ingénieurs ANFR sur le terrain.https://t.co/OC0ipo9KAR

ANFR a Retweeté

RADIO | Le @CSAudiovisuel fixe au 15 juillet 2021 l’entrée en vigueur des autorisations en #DABplus métropolitaines : https://t.co/PHF5vrc6cU https://t.co/fj0HDlxzls

ANFR a Retweeté

Wi-Fi 6E : la future norme sans-fil pourrait être approuvée en France dès le printemps 2021 https://t.co/uYTMEPljjf

Aux Etats-Unis, les enchères #5G ont débuté le 8 décembre dernier et se sont terminées vendredi. La bande de fréquences intermédiaire (3,7–3,98 GHz) a été adjugée pour environ 80 milliards de dollars. ▶️https://t.co/ZAiKo3hziA https://t.co/L96wsyCmaS

#recrutement 🧐
L'@anfr recrute :

▶️ Un(e) coordinateur(trice) de contrôles radiofréquences

📍 Maisons Alfort

🆕 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/W3AivgJc54

[#Fréquence5G] Avec l'arrivée de la #5G, l'@ANFR renforce ses travaux sur le contrôle du #DAS des téléphones portables : l’acquisition d’un nouveau banc de mesure conçu par la start-up 🇫🇷 @SARtesting
permettra à l’ANFR de conforter son rôle d’acteur de référence dans le domaine. https://t.co/94HBbtzUIP

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil