retour en haut

Bande 2,7 GHz

Procédure relative à la protection des radars opérant dans la bande 2700-2900 MHz vis-à-vis des émissions des stations de bases des réseaux mobiles 4G de la bande 2500-2690 MHz

L’Agence a conduit en 2011 une étude technique sur la compatibilité entre systèmes mobiles 4G dans la bande 2500-2690 MHz et les radars dans la bande 2700-2900 MHz en lien avec des travaux menés dans le cadre de la CEPT. Ces radars sont utilisés en France par l’aviation civile (contrôle du trafic aérien), la météorologie et la défense.

Cette étude théorique montre qu'afin d'éviter les brouillages de ces radars, il sera nécessaire d’une part d’améliorer le filtrage de certains récepteurs radars pour atteindre un niveau de sélectivité spécifié dans l’étude et d’autre part de protéger les radars vis-à-vis des rayonnements non désirés des stations de base du service mobile.

Concernant la première mesure, la météorologie et l'aviation civile ont informé les opérateurs du calendrier prévisionnel de mise à niveau de la sélectivité de leurs radars prenant en compte les délais de définition, d'implémentation, de qualification et de certification de cette mise à niveau. Pour sa part, l'administration de la défense a indiqué que la sélectivité de ses radars est suffisante et ne nécessite donc pas de mise à niveau spécifique.

Du fait de l'impossibilité d'avoir une mise à niveau de l'ensemble des radars en adéquation avec les calendriers de déploiement fournis par les opérateurs, l'ANFR, en concertation avec les parties prenantes (opérateurs autorisés à 2,6 GHz, ARCEP, les administrations de la météorologie et de l'aviation civile) a mis au point une procédure dite intermédiaire pour prendre en compte les délais de mise à niveau des radars. Dans cette procédure, il était demandé aux opérateurs de s'engager, lors de la demande d'accord ANFR via la procédure COMSIS, à ce que la puissance agrégée des rayonnements des stations de base situées au voisinage de chaque radar, reçue au niveau de l'antenne de ces radars, soit inférieure à un seuil requis fixé par les affectataires radars.

Cette procédure intermédiaire , qui a permis le déploiement des réseaux des opérateurs mobiles dans la bande 2,6 GHz tout en protégeant les radars de l'aviation civile et de la météorologie, a pris fin  à l'issue de la mise à niveau de l'ensemble desdits radars.

Compte tenu des missions liées à la sécurité des biens et des personnes de ces radars, il est toujours demandé aux opérateurs mobiles de s’engager, lors de la demande d’accord COMSIS pour l’implantation d’une station, à ce que les rayonnements non désirés des stations de base soient inférieurs à un niveau requis au niveau de l’antenne de ces radars.

Les éléments ci-dessus sont sans préjudice des servitudes d’état contre les perturbations électromagnétiques dont bénéficient ces radars.

La MAJ des données #opendata est en ligne ! Cette semaine, focus sur @marseille et le déploiement du réseau #5G : 438 sites 5G sont autorisés par l’@anfr dans la Cité Phocéenne, dont 160 sont techniquement opérationnels.
https://t.co/cr2xaQiCM7 - https://t.co/s8clyclD8z https://t.co/GrpJEsHjo3

#Quizz 📝❓ A quoi sert cette antenne gigantesque qui atteint les 9 mètres de hauteur ? https://t.co/KyUB4keDAk

Connaissez- vous les 4 grandes missions de l'@anfr à l'international ?
1⃣Elle prépare et défend les positions 🇫🇷 lors des négociations multilatérales : pour connaître les études initiées en vue de la Conférence mondiale des radiocommunications de 2023.➡️https://t.co/cBXTk7XsdT https://t.co/IJfLJMfD9m

Il s’agit d’un scanner TSME. Cet appareil permet de localiser précisément les antennes relais des opérateurs de téléphonie mobile. Il permet notamment le contrôle sur site des données indiquées dans les bases de l’Agence. https://t.co/KAi9p2kUCh

#Quizz 📝❓ Aujourd’hui nous vous proposons de deviner ce qu’est ce petit appareil qui ressemble à un disque dur, mais qui va servir à nos agents sur le terrain pour réaliser leurs contrôles. De quoi s’agit-il ? https://t.co/msq2v7b60C

Il s’agit d’équipements que l’@ANFR utilise pour contrôler les bandes millimétriques. En #5G, ces bandes permettront à terme de renforcer la couverture mais surtout l’offre en débit en zone très dense. https://t.co/81qBJoHv07

#Quizz 📝❓ Savez-vous à quoi servent ces petites antennes ? https://t.co/hPTKVBWksB

#LEMANS24
Les équipes de l’@anfr ont terminé d’installer leurs équipements : tout est prêt pour contrôler la bonne utilisation des fréquences qui vont permettre les retransmissions et la sécurité de la 89e édition des @24heuresdumans. https://t.co/8d6boXE3hq

C’est une sonde permettant de réaliser une mesure d’exposition du public aux ondes, sélective en fréquence pour la #5G. En 2021, l’ @anfr va réaliser
10 000 mesures pour surveiller les niveaux d’exposition aux ondes avec l’arrivée de la #5G. https://t.co/FRBxdP6wo2

C’est un analyseur du spectre, il permet d’afficher les différentes fréquences contenues dans un signal ainsi que leurs amplitudes respectives. https://t.co/0OvmBMeqRJ

#Quizz 📝❓ Non, ce n’est pas une boule de cristal… Mais qu’est-ce donc que ce drôle de matériel ? https://t.co/IClq0R97KM

#Quizz 📝❓ Comment s’appelle cet appareil et que mesure-t-on avec ? https://t.co/UdhAb5QOju

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil