Accessibilité

retour en haut

Les femmes et les hommes de l'Agence


Hervé CHAILLOUX

Contrôleur de conformité au service régional de Toulouse

 

Pouvez-vous brièvement raconter votre parcours ?

Je suis rentré dans un lycée militaire à l'âge de 16 ans. Pendant 3 ans, j'ai poursuivi ma scolarité et j’ai ensuite rejoint différents régiments en tant que chef d’atelier radar radio. Dans ce cadre, j’ai réalisé de nombreux séjours outre-mer avec entre autres des missions au Tchad, République Centre Africaine, Somalie et Djibouti. Après 17 ans de service, j’ai décidé de quitter l’armée. C’est donc en 2000 que j’ai passé un concours pour intégrer le service départemental d'incendie et de secours (SDIS) de l'Isère afin de monter un réseau radio alternat bi-fréquence. Une quinzaine d’année plus tard, j’ai été recruté par le centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (CEREMA) de l’Isère pour gérer le réseau radio des routes. En 2016, un agent de l’ANFR était venu effectuer un contrôle des équipements radioélectriques. Nous avions discuté et je me suis rendu compte que l’ANFR traitait tout un aspect radio que je ne connaissais pas, notamment le contrôle maritime. J’ai finalement postulé au service régional de Toulouse afin de l’intégrer en tant que contrôleur de conformité en 2017.

En tant que contrôleur de conformité, quel est votre rôle ?

Mon rôle est de contrôler l’utilisation des fréquences radioélectriques, c’est-à-dire de vérifier que les stations radio et les réseaux des exploitants sont conformes aux déclarations effectuées et à la réglementation. Cette démarche permet de s’assurer que les bases nationales que l’ANFR met à jour correspondent avec les installations et les utilisations de fréquences sur le terrain. Cela permet aussi de prévenir les risques de brouillages et participe donc de la sécurisation du spectre des radiofréquences.

Afin de remplir cet objectif, quelles sont vos missions ?

D’une part il y a le contrôle terrestre. Je réalise des inspections sur un rayon donné où il y a plusieurs supports et donc beaucoup d’émetteurs, c’est ce qu’on appelle des inspections de sites radioélectriques (ISR). On fait d’abord une pré-visite « incognito », puis on envoie une convocation un mois avant la visite officielle. On va alors comparer ce que nous avons mesuré et visualisé lors de la pré-visite et ce que l’exploitant a déclaré. On peut trouver des émissions sans autorisation, des émetteurs pas déclarés, des stations déclarées qui n’existent plus, etc. En fonction de la gravité des faits, la non-conformité peut être taxée. Sur des sites plus petits, les contrôles sont inopinés, il n’y a pas de convocation, je réalise seul les mesures  si je détecte un gros problème.je peux être amené à convoquer les propriétaires  Je contrôle aussi des réseaux radio indépendants : police municipale, bus, taxi, etc.

D’autre part, je fais du contrôle maritime pour lequel j’ai dû passer le certificat général d’opérateur (CGO). Il s’agit de vérifier sur les navires tout ce qui est relatif au système mondial de détresse et de sécurité en mer (SMDSM), on vérifie la présence et  par la mesure que le bateau dispose du matériel radioélectrique approprié et en bon état de fonctionnement lui permettant  une navigation en mer sûre .Je peux être amener à contrôler des bateaux à l'étranger

On fait également passer les examens  certificat restreint de radiotéléphoniste (CRR).

La surveillance de marché permet aussi de remplir ma mission via le contrôle dans les magasins des objets utilisant une émission radio : téléphones, objets connectés, jouets... Dans ce cas on ne réalise pas de mesure mais un contrôle administratif où l’on vérifie la normalisation de l’emballage, le marquage de l’appareil, la documentation obligatoire. Cela peut s’accompagner d’un prélèvement de matériel qui sera amené dans un laboratoire accrédité pour des mesures techniques le cas échéant.

J’ai eu l’occasion d’intervenir lors de « grands événements », comme le Tour de France, pour lesquels l'ANFR coordonne l’attribution de fréquences provisoires et met fin aux cas de brouillages. .

Intéressé par les nouvelles technologies, vous utilisez des drones lors de vos missions de contrôle ?

En effet, j’ai passé l’examen de télépilote il y a un an et demi afin de pouvoir utiliser les drones dans le cadre des inspections de sites radioélectriques. Lorsqu’un pylône fait 100 voire 200 mètres de hauteur, il est difficile d’identifier les antennes. Avec le drone, il n’y a plus ce souci car on a une vision claire de ce qui se passe en haut. On gagne en qualité de travail et surtout en précision, il y a beaucoup de choses qu’on ne voyait pas avant. Pour l’instant on utilise le drone pour le repérage photographique des aériens et de l’état de l’infrastructure mais on étudie aussi son utilisation pour faire des mesures techniques en embarquant un analyseur de spectre. Actuellement, nous sommes 3 télépilotes formés au sein de l’ANFR, et deux autres sont en cours de formation.

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier et quelles qualités faut-il ?

Je dispose d’une grande d’autonomie, on me fait confiance. J’aime pouvoir m’organiser. Mon quotidien est extrêmement varié, j’ai plein de missions différentes. Je suis constamment en déplacement. Mais j’aime ce que je fais, les jours ne se ressemblent pas. Il faut pouvoir apprécier de travailler seul, tout en étant en contact avec de nombreux interlocuteurs. A mon avis, il faut avoir le sens du contact, faire preuve de tact mais aussi de fermeté.

[#Fréquence5G] Avec l'arrivée de la #5G, l'@ANFR renforce ses travaux sur le contrôle du #DAS des téléphones portables : l’acquisition d’un nouveau banc de mesure conçu par la start-up 🇫🇷 @SARtesting
permettra à l’ANFR de conforter son rôle d’acteur de référence dans le domaine. https://t.co/94HBbtzUIP

« Savez-vous que l’exposition aux #ondes électromagnétiques de la #5G est très encadrée en France 🇫🇷 ? La limite réglementaire est fixée entre 36 et 61 V/m et l’exposition aux ondes avec la 5G est évaluée à un niveau inférieur à 2,3 V/m ». En savoir +: https://t.co/P5oZmaUJJ9 https://t.co/1ug6LUWJp4

«Réseaux #5G : est-ce vraiment la révolution annoncée ?» @gillesbregant répondait à la question hier soir dans l’émission #TechCO sur @bfmbusiness, avec @Fsorel, @GrablyR et @JeromeColombain
Le replay de l’émission ici⤵️:
🎙️https://t.co/dT2MedXtec https://t.co/yYzfNQP61a

Suivez en direct l’émission #TechCo présentée par @Fsorel sur la #5G avec @gillesbregant, invité en plateau aux côtés de @rgrably et @JeromeColombain. C’est par ici ➡️ https://t.co/pGbAFsKXig

ANFR a Retweeté

Ce soir à 21H dans #techCo sur @bfmbusiness débrief spécial #5G ! Avec @JeromeColombain @GrablyR et @GillesBregant de l'@anfr
Révolution attendue ? Où en est-on en terme de couverture du territoire ? Paris pas encore couverte : est-ce normal ?
Vos questions #TechCo

Les antennes #5G émettant en bande millimétrique (26 GHz) vont-elles brouiller les satellites de prévisions météo ? L'@anfr vous explique en une minute pourquoi ce ne sera pas le cas ⤵️ https://t.co/XETYOtoymm

[#Fréquence5G]❓Vous avez des questions au sujet de la #5G ? Comment fonctionne cette nouvelle technologie, quel est son déploiement en France, comment contrôle-t-on son exposition ?…L’@ANFR vous répond ! Posez vos questions en réponse à ce tweet et nous y répondrons en vidéo👇 https://t.co/MbjHmoqXZb

En prévision de l’ouverture commerciale de la #5G, l’@anfr installe à #Bordeaux des capteurs de mesure afin de mesurer l’évolution de l’exposition du public aux ondes.

https://t.co/4h9LsiaqhV

"Malgré les obstacles, le déploiement de la #5G enregistre des débuts prometteurs" https://t.co/kxk27DQDkm via @zdnetfr

ANFR a Retweeté

Incendie d'un site TDF à Limoges : le feu est maîtrisé, 1,4 million de personnes privées de télévision et de radio

https://t.co/wcqlHHHM1g https://t.co/ANLwGuY4FG

ANFR a Retweeté

Répartition géographique et par bande de fréquences des sites #5G autorisés (données @anfr de janvier 2021) https://t.co/WDbzepKdJH

[ObservatoireANFR] 📱📊
La #5G creuse l’écart au démarrage : voici un graphe de l’observatoire qui compare les dynamiques d’autorisations 4G / 5G.

🆕https://t.co/XpkjLl9Rh7 https://t.co/DDLXVtfT4G

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Le bilan des sites #4G mis en service en métropole :
📶Orange (25 029 sites, + 634 entre le 1er déc. 2020 et le 6 janv. 2021)
📶SFR (21 374 sites, +545)
📶Bouygues Telecom (20 931 sites, +643)
📶Free (18 715 sites, +387)

🆕 https://t.co/vk6DStWUEf https://t.co/PQuwoAXkGt

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 7 janvier 2021, 55 102 sites #4G ont été autorisés par l'ANFR en 🇫🇷, tous opérateurs confondus, soit une ⬆️ de 0,9 % p/r au mois dernier. L’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux mobiles en métrop. et DOM⤵️
https://t.co/YwkI0PnMPH https://t.co/rJ6nA7PISz

Au 7 janvier 2021, 18 039 sites #5G ont été autorisés par l'ANFR , tous opérateurs confondus, soit une augmentation de 16 % par rapport au mois dernier. Découvrez les cartes nationales des sites autorisés par opérateur et bande de fréquences :

🆕https://t.co/Sz2T5pdTMv https://t.co/nocX3SdszW

Le pôle de Brest de l’@anfr était représenté ce matin à l’inauguration du 1er site #4G multi-opérateurs à Botmeur dans le Finistère, aux côtés du Secrétaire d’Etat @cedric_O, des élus locaux, des représentants de l’Etat et des opérateurs @bouyguestelecom, @Orange, @SFR et @free. https://t.co/FrrpLdn2cJ

La lutte c. le changement climatique occupe une place de + en + importante au sein des instances en charge du spectre radioélectrique. La politique 🇪🇺 du spectre a engagé cette année une réflexion sur cette❓et a mis en place un questionnaire. + d'infos ⤵️
https://t.co/PaWJZgH8jV https://t.co/wfbOn9hxno

ANFR a Retweeté

Ce matin avec @RichardFerrand, nous inaugurons le pylône #4G de Botmeur. #Télétravail, #teleconsultation, #agriculture... grâce à l'accord entre l'État et les opérateurs, l'arrivée de la 4G va considérablement améliorer le quotidien des 216 Botmeuriens. https://t.co/uS2GAIk2OQ

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur