Accessibilité

retour en haut

Harmonisation européenne des bandes 3,4-3,8 et 26 GHz pour la 5G

Les administrations européennes ont finalisé, lors de la réunion ECC du 27 février au 2 mars, les projets d’harmonisation européenne des bandes 3,4-3,8 et 26 GHz en faveur de la 5G. En pratique, cela s’est traduit par l’adoption de rapports de la CEPT en réponse au mandat 5G de la Commission européenne. Ils décrivent les conditions techniques que devront respecter les Etats membres lorsqu’ils octroient des autorisations dans ces bandes. Par ailleurs, un projet de décision ECC, texte d’application volontaire pour les 48 pays de la CEPT, a aussi été adopté pour la bande 26 GHz.

De nombreuses contributions ont été faites par les administrations et l’industrie 5G, compte tenu des nombreux points qui étaient soumis à l’arbitrage de l’ECC.

Ainsi, l’utilisation de systèmes d’antennes actives, qui permet de concentrer l’énergie de l’antenne dans la direction de l’utilisateur, ne permet plus de protéger les bandes adjacentes par une simple insertion de filtre : l’ECC a dû établir un nouvel équilibre pour protéger ces usages tout en évitant toute contrainte indue sur la 5G. Dans la bande 3,4-3,8 GHz, la protection des radars fonctionnant en-dessous de 3,4 GHz sera assurée par une limite de rayonnement non désiré proposée par la France, sur la base des études de l’Agence et de la Défense. Dans la bande 26 GHz, les limites pour protéger la réception des satellites d’observation de la Terre dans la bande passive 23,6-24 GHz restent à confirmer. Mais des valeurs, dans une fourchette allant de 1 à 1,6 (2 dB), sont désormais incluses dans le projet de décision ECC et de rapport CEPT. La question de cette limite était si sensible que l’écart entre les contributions reçues pour la fixer avait atteint un ratio de 1 à 1 000 (30 dB) ! Une contribution commune entre France, Allemagne, Royaume-Uni et Suisse a finalement imposé une approche technique et des conclusions permettant de stabiliser les limites. Si ces valeurs sont confirmées dans les conditions techniques, des études restant en cours, elles auront néanmoins pour conséquence de rendre difficile, pour la première génération de stations de base 5G à 26 GHz, l’utilisation de la partie basse de la bande. Néanmoins, l’évolution prévisible des technologies de filtrage dans les antennes actives devrait permettre ultérieurement d’alléger ces contraintes.

La protection des autres services dans la bande 26 GHz est aussi traitée dans le cadre de la préparation de la CMR -19. Il convient en effet d’éviter toute situation où les décisions de la CMR -19 pourraient contredire les choix européens. La protection des satellites recevant dans la bande 26 GHz (service fixe par satellite ou inter-satellite) semble ainsi assurée avec une marge suffisante, compte tenu des hypothèses sur les caractéristiques techniques et opérationnelles de la 5G. Mais, comment garantir que ces hypothèses resteront valables à l’avenir, compte tenu de l’évolution des technologies et des besoins de déploiement ? L’ECC propose de répondre à cette question en mettant en place une veille sur ces caractéristiques, dans le cadre du processus de revue des décisions ECC, prévu tous les 5 ans. Elle envisage aussi d’encadrer réglementairement les risques de pointage des faisceaux des stations de base vers le ciel (par exemple pour des communications avec des drones, ou pour couvrir un immeuble à partir d’une station au sol). Un autre sujet, identifié avant même la CMR -15, concerne la question de la coexistence avec les stations terriennes d’exploration de la Terre par satellite et de service fixe par satellite. La solution est plutôt d’ordre réglementaire que technique, car le nombre de ces stations terriennes restera très faible : elle consistera à éviter qu’une attribution de spectre aux opérateurs mobiles à titre exclusif puisse se traduire par l’impossibilité d’installation de nouvelles stations. 

La 5G pose d’autres défis réglementaires inédits. Un exemple emblématique est la question de la synchronisation entre réseaux dans le mode « Time Division Duplex » (TDD) de la 5G, afin d’éviter des intervalles de temps où les stations de base se brouilleraient entre elles. Le projet de rapport CEPT dans la bande 3,4-3,8 GHz impose des limites si contraignantes en cas d’absence de synchronisation qu’elles obligeront en pratique les opérateurs à se synchroniser. Mais les conditions techniques offrent aux administrations et régulateurs la possibilité d’imposer au niveau national des conditions plus souples, par exemple pour prendre en compte le cas de déploiement à l’intérieur des bâtiments et la possibilité de synchronisation partielle protégeant les échanges de signalisation. Si la synchronisation devait aussi se faire avec les réseaux 4G, par exemple pour l’accès fixe THD, l’alignement des trames sur celles des réseaux 4G aurait aussi pour conséquence de réduire les performances des réseaux 5G.

Ces documents sont désormais en consultation publique : vous êtes cordialement invités à y contribuer !

🌐 N'oubliez pas de vous inscrire à la 5G Conférence organisée en partenariat avec l'@anfr !
Rendez le 13 Octobre prochain pour une discussion autour de l'arrivée de la 5G !

👉Informations et inscription gratuite : https://t.co/zSziII198n #5GConference https://t.co/7Y7hibZB74

📺 Retour sur le 19/20 de @France3tv hier avec un reportage sur la #5G et les ingénieurs de l’@anfr qui réalisent des contrôles d’exposition aux #ondes : près d’une antenne en test à Paris, les niveaux mesurés pour la #5G sont comparables à ceux de la #4G. https://t.co/UWCA6PNNfa

📶 INAUGURATION 🤳
Demain 👉 Inauguration du premier site #4G multi-opérateurs #NewDealMobile en #Ariège en présence de @Prefet09, de la Présidente de @ariegeledpt, de Jean Idarreta, le maire de Niaux, des opérateurs et des élus locaux ➡️ https://t.co/nVZIX4MRq5 https://t.co/oTUGAj4yKo

🎾L’@anfr est présente chaque année à @rolandgarros pour détecter et résoudre les brouillages de fréquences radio qui peuvent perturber le bon déroulement de l’événement . https://t.co/MFDa4g4bh4

ANFR a Retweeté

Le coup d'envoi des enchères pour l'obtention des fréquences de la 5G est donné aujourd'hui

Même « sans la #5G, l'exposition du public aux ondes devrait continuer de s'accroître », selon une étude de
@anfr et du @cstb_fr

➡️https://t.co/FHz0LEZkaw
#numerique

ANFR a Retweeté

Les #enchères5G démarrent aujourd'hui.
🧐Pour tout connaître du mécanisme d'attribution et des obligations des opérateurs : https://t.co/fEqdzYaAXn
⏳Pour suivre au jour le jour : rdv à 17h40, l'@arcep publiera un communiqué chaque jour d'enchère : https://t.co/aNuQgdFFK9

Sur @Europe1, @cedric_o annonce qu’il présentera dans les prochaines semaines « un plan de contrôle dédié à la #5G à la fois pour mesurer l’exposition aux #ondes dans la rue ou dans les écoles, mais également pour les téléphones » https://t.co/paMMJoiPYj

« Les maires vont avoir la possibilité de demander davantage de mesures concernant l’exposition aux ondes » @cedric_o @anfr #Parlons5G https://t.co/mj0vjMzIgG

ANFR a Retweeté

L'@anfr fait près de 4000 contrôles d'exposition aux ondes chaque année partout en 🇫🇷, notamment à la demande des maires. Je présenterai prochainement un plan de contrôle spécifique dédié à la #5G. Chaque maire sera informé des installations d'antennes dans sa ville. https://t.co/tsrcoNbsCm

ANFR a Retweeté

⏰J-1 avant le début des #enchères5G ⏰Tout savoir sur l'introduction en France de la #5G avec l'analyse de nos experts @f_erpelding @bfibre 👉 https://t.co/jKdm6rn1O9 @Arcep @sorianotech @anfr https://t.co/4kK2OAK3zi

📢 Ils interviendront lors de la conférence sur la 5G ! Rendez-vous le 13 Octobre prochain pour une discussion autour de l'arrivée de la 5G et ses enjeux.

N'hésitez pas à vous inscrire : https://t.co/zSziII198n
#5GConference #5G https://t.co/BGRw13ldJ6

Contrairement aux 🇺🇸, la #5G n’arrivera pas en 🇫🇷 par les ondes millimétriques mais sur une bande de 3,5 GHz beaucoup plus adaptée à la téléphonie et très proche des bandes aujourd’hui utilisées par la #4G. 🗣️@gillesbregant sur @RMCinfo
📻https://t.co/G3ONhgOYYZ

"Nous avons fait des simulations à Paris 14e et nous avons remarqué que, sans 5G, dans les prochaines années, il aurait une⬆️d’exposition du public aux 🔊de 70 %. Mais avec la 5G l'⬆️d’exposition sera⬇️(30%).+de débit et - d’accroissement d’exposition avec la 5G!" @GillesBregant

ANFR a Retweeté

Le #replay de notre spéciale #5G sur @RMCinfo de ce matin est dispo !
40’ pour tout comprendre sur les enjeux du futur réseau mobile. À quoi sert la 5G ? Quelles différences avec la 4G ?
C’est ici ⬇️
https://t.co/mHpuqDNpnn https://t.co/AzSHvaOFqg

Les nouvelles fréquences #5G devraient moins interagir avec le corps humain. L’@ANFR c’est la seule agence en 🇪🇺 qui contrôle autant le niveau d’exposition et qui peut agir de manière préventive dès que l’exposition dépasse 6V/m. 🗣@gillesbregant sur @rmcinfo

« La #5G c’est d’abord une évolution technologique : elle est plus efficace que la 4G et peut utiliser les fréquences déjà existantes de la 2G , 3G et 4G, plus la nouvelle bande 3, 5 GHz» 🗣@gillesbregant pour votre vie numérique sur @rmcinfo

« Les besoins augmentent chaque année en France, les fréquences 4G  vont être saturées d’ici 2022-2023  dans les zones les plus denses » , 🗣 @nicolasguerin68 pour votre vie numérique sur @rmcinfo

ANFR a Retweeté

Émission spéciale 5G demain à 9h sur @RMCinfo: avec @Fsorel, nous répondrons à toutes les questions des auditeurs. Nous recevrons pour l’occasion @nicolasguerin68 (@FFTelecoms) et @GillesBregant (@anfr). https://t.co/QUrnxdZLSF

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil