Accessibilité

retour en haut

Actualité

L’OTAN, un acteur de la gestion du spectre en Europe

24/07/2020

Dans le contexte international actuel, l’OTAN, qui dispose de capacités politique de prévention des conflits et militaire pour des opérations de gestion de crise, contribue depuis sa création à la stabilité de notre continent et permet de projeter des forces dans des opérations extérieures lorsque cela est nécessaire. Cette organisation sous-entend une coopération étroite entre les 30 pays membres et les 20 pays partenaires pour doter l’Alliance des moyens et capacités adaptés à ses ambitions. Cette coopération est réalisée au sein d’une instance interarmées interalliés, le C3Board où siègent les représentants nationaux.

Dans le domaine des fréquences, une structure interne ad hoc (CAP3 fréquences subordonné au C3B) rassemble des représentants militaires et civils afin de contribuer à la définition des orientations politiques de l’Alliance en traitant les questions de gestion du spectre qui en découlent. La coopération active de l’affectataire Ministère des Armées, investi dans les structures militaires, et de l’ANFR, représentant la composante civile au nom de l’ensemble des affectataires, permettent d’y promouvoir les intérêts français. 

Le CAP 3 est la seule structure de l’OTAN qui se réunit en structure civilo-militaire et militaire

Les réaménagements des dernières années ont imposé la réorganisation des utilisations de certaines bandes de fréquences (l’OTAN a ainsi réorganisé des usages dans la bande UHF (225-400 MHz) dont la gestion est déléguée par les nations à la structure permanente fréquences de l’Alliance ou la migration d’applications vers d’autres bandes « refuges ». Les fréquences exploitées pour des usages de la défense sont régulièrement mises sous tension dans le cadre de travaux pour répondre aux nouvelles demandes d’accès aux fréquences liées à l’essor des usages radio. Ce secteur lui-même est également confronté à la dynamique sectorielle stimulée par les développements technologiques et les nouveaux besoins. 

Une contribution à la table européenne des fréquences (table ECA)

Afin de faciliter un déploiement coordonné des moyens radios au bénéfice de l’Alliance, les nations membres se sont accordées sur les bandes de fréquences dont l’usage est harmonisé. Il couvre l’ensemble du spectre radioélectrique, les différentes composantes  (maritime, terrestre, aéronautique, spatiale) et toutes les applications (radars, systèmes de communication, d’observation, d’armes, de commandement et contrôle, etc). Dans une logique de contribution active à la gestion du spectre, une version simplifiée a alimenté la table européenne des usages fréquences (table ECA). Cela permet à ce secteur de bénéficier d’une meilleure visibilité et légitimité dans les débats associés à la planification des fréquences.  Cet accord devra être revu, comme les tables nationales des fréquences, pour y insérer les évolutions du cadre international des fréquences (Règlement des Radiocommunications) révisé lors de la dernière CMR ( CMR 19). 

La préparation d’une position de l’Alliance pour la CMR-23

Compte tenu des usages et de la nécessaire projection à long terme de la planification des fréquences de ce secteur, les perspectives d’évolution du cadre international s’analysent en opportunités et menaces. Le CAP 3 prépare ainsi la position de l’Alliance pour chaque point d’ordre du jour d’une conférence mondiale des radiocommunications ( CMR ) analysant dans un premier temps ceux pour lesquels une position doit être établie. En fonction de l’évolution de la négociation au cours du cycle de préparation, une position peut être précisée sur un point à priori de moindre intérêt. L’Affectataire Défense (Ministère des Armées) et l’ANFR, qui défend la position française dans la préparation de la prochaine conférence ( CMR -23), coopèrent étroitement dans ce contexte afin que les positions de l’Alliance et celles que la France  défendra à la conférence soient cohérentes. Ce processus impose également à l’OTAN de participer à la préparation européenne de la CMR -23 mise en place par la conférence européenne des postes et télécommunications (CEPT). Cela permet aux représentants de l’OTAN de sensibiliser, en amont, les administrations aux enjeux pour l’Alliance mais également de déceler les dynamiques de négociation qui s’y développent. Le CAP 3 se réunira en octobre pour lancer ses travaux de préparation de la CMR -23 avec un léger retard dû à la pandémie COVID 19.           

L’utilisation des fréquences en partage

Le secteur Défense est un acteur familier d’une utilisation des fréquences en partage avec des applications de même nature (par exemple, les radars ou les faisceaux hertziens), des systèmes opérant sur des zones géographiques bien identifiées (par exemple : le GSM-R) ou des applications de faible puissance aux caractéristiques d’utilisation bien identifiées. L’harmonisation européenne permet de doter l’Alliance d’éléments de visibilité structurants pour les usages à long terme. Le partage des fréquences s’intensifiant, le CAP3 facilite le partage d’expérience entre les Nations. Le spectre des fréquences restant une ressource relevant de la souveraineté nationale, certaines nations peuvent prendre des décisions en conflit avec les règles harmonisées mises en place par l’Alliance. Le CAP 3 doit alors mettre en évidence la solution qui permet de préserver à long terme l’utilisation des fréquences dans la bande de fréquences harmonisée par l’OTAN et solliciter une ressource alternative dans les pays où elle n’est plus exploitable. Ces débats sont transposés indirectement dans les travaux CEPT où les mécanismes de partage à mettre en place doivent répondre aux besoins des différents utilisateurs de fréquences.            

La composante civilo-militaire du CAP 3 fréquences peut alors jouer un rôle décisif pour orienter la solution à mettre en place dans un nombre restreint de pays en préservant les usages dans le cadre de l’Alliance (cas de la bande 5,7 GHz actuellement à l’étude à la CEPT pour des usages RLAN) ou, écarter toute harmonisation européenne lorsqu’aucun partage n’est acceptable sauf à remettre en cause les capacités de l’Alliance (cas des microphones sans fil par exemple dans la bande 960 MHz)     

Les résultats du CAP 3 fréquences contribuent au processus de décision du C3 Board qui couvre également les questions de cyber défense, de systèmes d’information et de communication et d’identification et de navigation. 

L’Agence européenne de Défense se focalise principalement  sur le développement des capacités de défense, la coopération en matière d'armement, le marché des équipements de défense, ainsi que la recherche et technologie. L’OTAN bénéficie, quant à elle, d’une reconnaissance sectorielle qui s’illustre en particulier par une participation active dans le cadre des ateliers civilo-militaires co-organisés tous les 18 mois avec la CEPT et aux enceintes majeures de gestion du spectre européenne (CEPT) pour l’harmonisation européenne ou pour la préparation de la conférence mondiale.

ANFR a Retweeté

Wi-Fi 6E : la future norme sans-fil pourrait être approuvée en France dès le printemps 2021 https://t.co/uYTMEPljjf

Aux Etats-Unis, les enchères #5G ont débuté le 8 décembre dernier et se sont terminées vendredi. La bande de fréquences intermédiaire (3,7–3,98 GHz) a été adjugée pour environ 80 milliards de dollars. ▶️https://t.co/ZAiKo3hziA https://t.co/L96wsyCmaS

#recrutement 🧐
L'@anfr recrute :

▶️ Un(e) coordinateur(trice) de contrôles radiofréquences

📍 Maisons Alfort

🆕 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/W3AivgJc54

[#Fréquence5G] Avec l'arrivée de la #5G, l'@ANFR renforce ses travaux sur le contrôle du #DAS des téléphones portables : l’acquisition d’un nouveau banc de mesure conçu par la start-up 🇫🇷 @SARtesting
permettra à l’ANFR de conforter son rôle d’acteur de référence dans le domaine. https://t.co/94HBbtzUIP

« Savez-vous que l’exposition aux #ondes électromagnétiques de la #5G est très encadrée en France 🇫🇷 ? La limite réglementaire est fixée entre 36 et 61 V/m et l’exposition aux ondes avec la 5G est évaluée à un niveau inférieur à 2,3 V/m ». En savoir +: https://t.co/P5oZmaUJJ9 https://t.co/1ug6LUWJp4

«Réseaux #5G : est-ce vraiment la révolution annoncée ?» @gillesbregant répondait à la question hier soir dans l’émission #TechCO sur @bfmbusiness, avec @Fsorel, @GrablyR et @JeromeColombain
Le replay de l’émission ici⤵️:
🎙️https://t.co/dT2MedXtec https://t.co/yYzfNQP61a

Suivez en direct l’émission #TechCo présentée par @Fsorel sur la #5G avec @gillesbregant, invité en plateau aux côtés de @rgrably et @JeromeColombain. C’est par ici ➡️ https://t.co/pGbAFsKXig

ANFR a Retweeté

Ce soir à 21H dans #techCo sur @bfmbusiness débrief spécial #5G ! Avec @JeromeColombain @GrablyR et @GillesBregant de l'@anfr
Révolution attendue ? Où en est-on en terme de couverture du territoire ? Paris pas encore couverte : est-ce normal ?
Vos questions #TechCo

Les antennes #5G émettant en bande millimétrique (26 GHz) vont-elles brouiller les satellites de prévisions météo ? L'@anfr vous explique en une minute pourquoi ce ne sera pas le cas ⤵️ https://t.co/XETYOtoymm

[#Fréquence5G]❓Vous avez des questions au sujet de la #5G ? Comment fonctionne cette nouvelle technologie, quel est son déploiement en France, comment contrôle-t-on son exposition ?…L’@ANFR vous répond ! Posez vos questions en réponse à ce tweet et nous y répondrons en vidéo👇 https://t.co/MbjHmoqXZb

En prévision de l’ouverture commerciale de la #5G, l’@anfr installe à #Bordeaux des capteurs de mesure afin de mesurer l’évolution de l’exposition du public aux ondes.

https://t.co/4h9LsiaqhV

"Malgré les obstacles, le déploiement de la #5G enregistre des débuts prometteurs" https://t.co/kxk27DQDkm via @zdnetfr

ANFR a Retweeté

Incendie d'un site TDF à Limoges : le feu est maîtrisé, 1,4 million de personnes privées de télévision et de radio

https://t.co/wcqlHHHM1g https://t.co/ANLwGuY4FG

ANFR a Retweeté

Répartition géographique et par bande de fréquences des sites #5G autorisés (données @anfr de janvier 2021) https://t.co/WDbzepKdJH

[ObservatoireANFR] 📱📊
La #5G creuse l’écart au démarrage : voici un graphe de l’observatoire qui compare les dynamiques d’autorisations 4G / 5G.

🆕https://t.co/XpkjLl9Rh7 https://t.co/DDLXVtfT4G

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Le bilan des sites #4G mis en service en métropole :
📶Orange (25 029 sites, + 634 entre le 1er déc. 2020 et le 6 janv. 2021)
📶SFR (21 374 sites, +545)
📶Bouygues Telecom (20 931 sites, +643)
📶Free (18 715 sites, +387)

🆕 https://t.co/vk6DStWUEf https://t.co/PQuwoAXkGt

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 7 janvier 2021, 55 102 sites #4G ont été autorisés par l'ANFR en 🇫🇷, tous opérateurs confondus, soit une ⬆️ de 0,9 % p/r au mois dernier. L’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux mobiles en métrop. et DOM⤵️
https://t.co/YwkI0PnMPH https://t.co/rJ6nA7PISz

Au 7 janvier 2021, 18 039 sites #5G ont été autorisés par l'ANFR , tous opérateurs confondus, soit une augmentation de 16 % par rapport au mois dernier. Découvrez les cartes nationales des sites autorisés par opérateur et bande de fréquences :

🆕https://t.co/Sz2T5pdTMv https://t.co/nocX3SdszW

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil