Accessibilité

retour en haut

Actualité

Les technologies mobiles 2G, 3G, 4G à bord des avions… et si on utilisait aussi la 5G ?

02/10/2020

Certaines compagnies aériennes offrent aujourd’hui des services de connectivités à bord des avions en utilisant les mêmes technologies que les opérateurs mobiles : 2G (GSM), 3G (UMTS) et 4G (LTE).  Moyennant facturation, le passager peut connecter son smartphone à une station de base comme s’il activait l’itinérance de données à l’étranger. Néanmoins, seuls les usages data sont autorisés pour le respect de la tranquillité des autres passagers. C’est ce qu’on appelle les réseaux MCA (Mobile Communications Aircraft). 

Cependant, ces services peuvent brouiller les réseaux mobiles terrestres ou d’autres usages dans les bandes adjacentes des réseaux mobiles. C’est pourquoi seules les bandes 1 800 MHz et 2 100 MHz peuvent être utilisées, la première pour la 2G ou la 4G, la seconde étant réservée à la 3G. Symétriquement, les terminaux mobiles utilisés à bord peuvent être perturbés par les réseaux terrestres : un brouilleur embarqué, appelé NCU, les isole donc de la 3G.

Ces dernières années, la réglementation relative à l’installation de ces NCU a été allégée.  Le NCU n’est obligatoire  que dans les bandes où les réseaux mobiles terrestres 3G UMTS sont déployés, c’est-à-dire les bandes 900 MHz et 2 GHz. L’opérateur MCA peut aussi éviter la mise en œuvre d’un NCU s’il démontre que l’atténuation par la carlingue est suffisante pour empêcher la connexion des appareils embarqués aux réseaux mobiles terrestres. En outre, des analyses menées en 2016 avaient conclu que les réseaux terrestres 2G et 4G ne nécessitaient pas de NCU. En effet, les tentatives de connexion intempestives aux réseaux terrestres 2G ou 4G de terminaux 2G ou 4G à bord n’ont pas d’impact significatif sur les réseaux terrestre. En revanche, les tentatives de connexion en 3G peuvent aboutir à des réductions partielles ou temporaires de capacité des réseaux terrestres. La réglementation aéronautique européenne laisse la possibilité aux compagnies aériennes d’autoriser les passagers à utiliser des équipements électroniques sous réserve que l’avion ne soit pas affecté par les transmissions radio de ces équipements. Des tests d’immunités des avions aux transmissions radio provenant des équipements électroniques des passagers, comme les smartphones, sont désormais réalisés. C’est ainsi qu’il a été constaté que les consignes demandant aux passagers de mettre leurs téléphones en « mode avion « lors du décollage et de l’atterrissage n’étaient pas respectées pour environ 20 % des terminaux embarqués dans les vols en Europe !

De nouveaux travaux européens étudient même la possibilité de rendre optionnel l’usage des brouilleurs embarqués en prenant en compte le déclin de la 3G. De fait, des opérateurs mobiles majeurs comme Vodafone ou Deutsche Telecom ont  annoncé l’extinction de leurs réseaux 3G à partir de 2020 – 2021. Quant à Telenor et Telia en Norvège, ils les éteignent dès maintenant. D’autres arguments sont aussi avancés et notamment le fait que les passagers sont équipés à plus de 98 % de terminaux 2G/3G/4G qui recherchent en premier lieu les réseaux 4G largement déployés en Europe. Ces terminaux se connectent donc systématiquement au réseau MCA en 4G sans risque d’accrocher un réseau 3G terrestre. Par ailleurs, la vitesse de déplacement de l’avion rendrait inopérant toute tentative d’enregistrement sur un réseau 3G  terrestre. Pourtant les modalités d’enregistrement automatique du terminal mobile au réseau de l’opérateur domestique ou des opérateurs privilégiés en itinérance pourraient invalider ce raisonnement. Un autre argument a été avancé en faveur de la suppression de l’obligation de NCU : les téléphones embarqués détectent un nombre de stations de base 3G tellement élevé qu’aucune d’entre elles ne serait plus capable qu’une autre de prendre en charge la demande de connexion du terminal 3G à bord. Ces débats se poursuivront cet automne.

Les opérateurs mobiles, qui restent menacés par des brouillages du réseau terrestre, restent attentifs aux conditions de relâchement de ce cadre réglementaire. Une nouvelle préoccupation vient d’ailleurs d’apparaître : les opérateurs MCA souhaitent utiliser sans attendre la 5G à bord des avions. L’utilisation d’antennes passives 1 800 MHz à bord est donc à l’étude, ce qui permettrait d’envisager l’ouverture d’ici mi 2021 de la possibilité d’utiliser la 5G à bord des avions.

[#chiffresclés2020]#Focus sur l’exposition du public aux ondes.1. L’@anfr gère le dispositif nat. de surveillance et de mesures de l’exposition. Il permet aux particuliers et aux collectivités de demander des mesures à son dom. ou dans des lieux publics ℹ️ https://t.co/wkOGjZryTa https://t.co/Ch7rk9jVwd

Le saviez-vous ? Afin de faciliter les secours en mer, l'@anfr met à disposition des centres de surveillance maritimes (CROSS) les informations de sa base radiomaritime, qu’il ne faut surtout pas négliger de renseigner, elles peuvent sauver ! @bateaux_com https://t.co/sWFUcfq5aK

Lancement réussi du nanosatellite français UVSQ-SAT hier, depuis Cap Canaveral ! Ce CubeSat, conçu par l’Université de Versailles / St Quentin, à peine plus gros qu’un Rubik’s Cube, utilise les fréquences du service amateur par satellite ▶️https://t.co/nDRJZ1N5er
@uvsqsat https://t.co/JpLZgTMqa4

[#chiffresclés2020] #Focus sur les implantations de sites : l’@ANFR autorise l’ensemble des sites radioélectriques en France – sites radios, télés, réseaux mobiles…- ce qui permet de garantir leur compatibilité électromagnétique et d’éviter des brouillages. https://t.co/FrJmbkrJvB

ANFR a Retweeté

La France compte parmi les pays où l’exposition aux ondes est la plus encadrée. Entre 2019 et 2021, nous multiplions le nombre de contrôles par l’@anfr par 3, dont la moitié dédiés à la #5G.
Plus de détails 👉 https://t.co/iRWU8eRaFp

Pour contrôler l’exposition aux ondes, l’@anfr a installé des capteurs à proximité d’antennes #5G. Notre ingénieure I. Sefsouf et G. Astre d'@exemlab expliquent en quoi ces capteurs vont permettre de suivre, en transparence, l’évolution de l’exposition avec l'arrivée de la #5G ⤵️ https://t.co/pHfLNpTHYu

[#chiffreclés2020] Aujourd’hui, #focus sur l’activité internationale de l'@anfr : 1. En 2020, elle a préparé et défendu les positions françaises dans le domaine du spectre des fréquences, dans diverses entités où s’élaborent les cadres européens et internationaux. https://t.co/CY2s0oy6xi

Avec l’arrivée de la #5G et à la demande de @Cedric_O, l'@ANFR effectuera + de 10 000 contrôles de l'exposition aux ondes en 2021, dont près de 5000 avant et après déploiement d’antennes 5G. Reportage du @le_Parisien avec des ingénieurs ANFR sur le terrain.https://t.co/OC0ipo9KAR

ANFR a Retweeté

RADIO | Le @CSAudiovisuel fixe au 15 juillet 2021 l’entrée en vigueur des autorisations en #DABplus métropolitaines : https://t.co/PHF5vrc6cU https://t.co/fj0HDlxzls

ANFR a Retweeté

Wi-Fi 6E : la future norme sans-fil pourrait être approuvée en France dès le printemps 2021 https://t.co/uYTMEPljjf

Aux Etats-Unis, les enchères #5G ont débuté le 8 décembre dernier et se sont terminées vendredi. La bande de fréquences intermédiaire (3,7–3,98 GHz) a été adjugée pour environ 80 milliards de dollars. ▶️https://t.co/ZAiKo3hziA https://t.co/L96wsyCmaS

#recrutement 🧐
L'@anfr recrute :

▶️ Un(e) coordinateur(trice) de contrôles radiofréquences

📍 Maisons Alfort

🆕 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/W3AivgJc54

[#Fréquence5G] Avec l'arrivée de la #5G, l'@ANFR renforce ses travaux sur le contrôle du #DAS des téléphones portables : l’acquisition d’un nouveau banc de mesure conçu par la start-up 🇫🇷 @SARtesting
permettra à l’ANFR de conforter son rôle d’acteur de référence dans le domaine. https://t.co/94HBbtzUIP

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil