Accessibilité

retour en haut

Déclarer une station - Guide de procédure pour les stations LTE 2,6 GHz

Nous contacter

  • Si après avoir lu cette rubrique vous n'avez pas trouvé de réponse à votre question sur l'implantation des stations ou sur Cartoradio, vous pouvez contacter l'ANFR.

A consulter sur le web

  • www.cartoradio.fr : sur un même fond de carte, une représentation de l'implantation des stations radioélectriques et des sites de mesure de champs

Déploiement en métropole

Ce dispositif vise à protéger le radiotélescope de l’observatoire de radioastronomie de Nançay de brouillages préjudiciables causés par les émissions non désirées des stations de base opérant dans la bande 2500-2690 MHz. Il pourra, le cas échéant, être amendée en fonction de l’expérience acquise lors de sa mise en œuvre et à l’issue d’une consultation des parties prenantes.

 

Le principe général est l’application d’un niveau maximal de rayonnement non désiré à respecter de façon pérenne au niveau du radiotélescope de Nançay dans la bande 2690-2700 MHz par chaque station de base LTE opérant dans la bande 2,6 GHz. Ce niveau maximal à ne pas dépasser est défini conformément aux caractéristiques du radiotélescope précisées dans le rapport de la CCE relatif à la coexistence entre les stations LTE opérant dans la bande 2500-2690 MHz et les stations du site de radioastronomie de Nançay dans les bandes 2655-2690 MHz et 2690-2700 MHz ; il dépend de la position des stations de base par rapport au radiotélescope compte-tenu du diagramme de rayonnement de celui-ci dans le plan horizontal.

 

A cet égard l’opérateur communiquera à l’agence le niveau maximum d’émissions non désirées dans la bande 2690-2700 MHz garanti par les constructeurs des équipements LTE 2,6 GHz qu’il prévoit de déployer. Les émissions non désirées, comprennent les émissions hors bande et les rayonnements non essentiels (spurious). Par défaut, les niveaux garantis sont définis dans la norme ETSI-TS-136.104.

 

Dans sa demande d’autorisation d’installation d’une station LTE 2,6 GHz, l’opérateur confirmera le respect du niveau maximal de rayonnement en indiquant dans son dossier COMSIS la mention «LTE 2600-RST : installation respectant les niveaux de champs au niveau du radiotélescope de Nancay comme défini par la CCE d’octobre 2013». En cas de doute, sur une installation, quant au respect du seuil à respecter au niveau au niveau du radiotélescope de Nançay , l’opérateur du réseau mobile évaluera, préalablement au dépôt de sa demande d’autorisation,  le niveau de puissance rayonné par la station de base dans la bande 2690-2700 MHz au niveau du radiotélescope, en utilisant les outils de planification dont il dispose, incluant au besoin relief, sursol ou obstacles éventuels. Les modèles de propagation à utiliser sont laissés au choix de l’opérateur. L’opérateur devra être attentif dans l’utilisation éventuelle du sursol et des obstacles à la pérennité de l’atténuation apportée afin que le niveau de rayonnement demeure inférieur au niveau maximal autorisé et ce, sans limitation de durée.

 

 Il renseignera, par ailleurs, dans le champ contrainte du dossier de demande, les données complémentaires de tilt global et de référence constructeur des antennes (idem procédure LTE 800). La valeur globale d’atténuation résultant de la mise en œuvre d’un éventuel filtrage complémentaire sera renseignée  dans le champ contrainte du dossier ou dans un document annexe à la demande.

 

Dès lors, l’installation pourra être autorisée par l’agence, dans le cadre de la procédure COMSIS, dans le délai normal de quatre semaines. Afin d’optimiser la planification des réseaux mobiles et que cette procédure puisse être mise en œuvre, l’affectataire Recherche fournit aux opérateurs mobiles, dans les pages suivantes, les informations relatives à la station de radioastronomie de Nançay pertinentes pour la protection de l’observation dans la bande 2690-2700 MHz. 

 

Pour en savoir plus : Procédure complète de protection de la bande radioastronomie (2690-2700 MHz) vis-à-vis des émissions des systèmes du service mobile (2500-2690 MHz)

.@GillesBregant conclut ce deuxième atelier des fréquences très productif en remerciant tous les conférenciers, intervenants et participants .
Encore merci à tous pour votre participation et rdv au prochain atelier des #fréquences de l’@anfr ! https://t.co/unwI6iYVfo

Mobiles, aéronautique, espace, et nous terminons par la Science, qui transcende tous ces sujets, puisqu'elle utilise les fréquences aussi bien pour sonder la Terre que l'espace lointain. #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/jCqWnTTl8m

Ce qu’il faut retenir sur la session « les #fréquences pour les réseaux mobile » :
🔵Point 1.2 #CMR23 Bande 6 GHz : l’attention focalisée sur la coexistence avec les systèmes satellitaires #LesAteliersDesFrequences https://t.co/mcfpDIfgas

Protéger les systèmes de géolocalisation, et en particulier Galileo et son dispositif de positionnement de haute précision #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/IwPUErsSYc

Nous continuons à prendre de l'altitude : nous voici dans l'espace ! #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/cDk2FO3Tl7

La nouvelle complexité issue de l'essor des constellations #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/PzSDJBDnjm

"Un enjeu important est que l’@OACI accepte l’usage de drones en espace non réservé, en tenant compte de toutes les exigences de la sécurité aéronautique" 🗣️Jérôme André, chef du dép. DPSAI à Brest, fait un point sur les fréquences pour le transport, l’aéronautique et la défense. https://t.co/TcdiC2TFEm

La bande 6 GHz sous pression : WiFi, satellites, mobiles... Un enjeu-clé pour la #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/xBSggxSguF

#LesAteliersDesFrequences Nous quittons les mobiles et nous nous envolons vers l'aéronautique, les transports et la Défense... https://t.co/vRi7xUXDd4

.@gillesbregant introduit ce matin le 2e atelier des fréquences ! De nombreux échanges autour d’un atelier virtuel rassemblant une centaine de personnes, pour débattre des sujets de la prochaine #CMR23 ! #WRC23 #lesateliersdesfrequences https://t.co/op2CkxTsWB

🌐🗣️« Le haut débit mobile connecte maintenant 4 milliards de personnes à internet » @LBodusseau, directeur du spectre à la @GSMA s’exprime au 2e atelier des fréquences de l’@anfr. #lesateliersdesfrequences #CMR23

Les réseaux mobiles déployés en 🇪🇺 et dans le monde reposent sur des technologies spécifiées par le 3rd Generation Partnership Project (3GPP). Les spécifications du 3GPP sont regroupées en « releases". Que dit la release 16, qui concerne la #5G ?
https://t.co/iTyqdh2J3i https://t.co/JmH495B5d4

#LesMetiersANFR
Quelles sont les missions d’un contrôleur de conformité au service régional de l’@anfr à #Toulouse ? L’ITW d’Hervé Chailloux, contrôleur : https://t.co/MrL5dB90La ⤵️ https://t.co/z7M3i77eXq

ANFR a Retweeté

Réunion avec l’@Arcep, les associations de consommateurs et les opérateurs sur les offres commerciales #5G. Le @gouvernementFR sera vigilant à la transparence de l’information aux consommateurs sur la qualité et la couverture des offres #5G. https://t.co/XrehhzMMBb

🛰️⌛🌐En offrant plus de débit, moins de latence et une meilleure densité, la #5G facilitera l'apparition de nouveaux services à destination des entreprises et du grand public : transports, santé, industrie, medias, gaming… de nombreux secteurs seront concernés ! #Fréquence5G https://t.co/wTMukXlzBw

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil