Accessibilité

retour en haut

Fonctionnement du CND et des autres instances de concertation

Le fonctionnement du CND est décrit dans des textes réglementaires du Code des postes et communications électroniques : articles L34-9-1, R20-44-28-1, R20-44-28-2, arrêtés du 20 septembre 2018 relatif à la composition du Comité de dialogue de l’Agence nationale des fréquences, et du 20 septembre 2018 portant nomination au Comité national de dialogue de l’Agence nationale des fréquences.

Des experts ou des personnes ayant une compétence particulière ont été invités par le Président du comité à participer à ses réunions, en particulier des représentants des opérateurs de téléphonie mobile ou d’ENEDIS (pour l’exposition créée par le compteur Linky), ou encore M. Joe Wiart qui préside la chaire C2M à Télécom Paris sur le sujet de l’exposition. 

Le CND n’a pas vocation à aborder les aspects sanitaires de l’exposition aux champs électromagnétiques, ce sujet étant du ressort de l’Anses. Néanmoins, en fonction des demandes émanant des membres, des sujets sanitaires peuvent ponctuellement être abordés. Le CND et les instances de l’ANSES travaillent dans un esprit de complémentarité. Le CND porte sur l’exposition aux ondes électromagnétiques et les conditions de mesure, tandis que les travaux de l’ANSES se concentrent sur les problématiques sanitaires.

L’ANFR assure le secrétariat du CND. Son Président convoque les réunions et en fixe l’ordre du jour, sur proposition de l’Agence nationale des fréquences. Une question peut être inscrite à l’ordre du jour d’une réunion à la demande de l’un de ses membres.

Enfin, le CND peut, sur décision du Président, proposer la réalisation d’études ou d’expérimentations sur des sujets relevant de la compétence du comité.

Les membres du CND sont détaillés en annexe 1, deux nouveaux membres ayant rejoint le CND en 2019 : le Conseil national des associations familiales laïques et Familles de France.

Le CND a-t-il atteint les objectifs de sa feuille de route ?

En 2019, les membres du CND se sont déclarés satisfaits de la qualité des travaux et les objectifs de la feuille de route ont été atteints.

Il est prévu par les textes que le CND se réunisse au moins deux fois par an. En pratique, le comité s’est jusqu’alors réuni à un rythme trimestriel, ce qui convient aux membres du CND compte tenu de l’actualité très dense dans le domaine des ondes.

Priartem souhaite néanmoins que les informations nécessaires à l’étude des points de l’ordre du jour soient disponibles plus précocement afin de mieux préparer les différentes réunions.

Les instances de concertation départementales et locales

Le CND complète un dispositif plus large car une concertation et un dialogue s’établissent également au niveau local. Ce niveau local joue un rôle très important puisque c’est à ce niveau que se cristallisent la plupart des situations de tension, notamment lors du projet d’une nouvelle installation radioélectrique. L’échelle est dans ce cas celui d’un quartier ou d’une commune.

Pour la concertation et le dialogue au niveau local, plusieurs types de réunions peuvent avoir lieu :

ICD (instance de concertation départementale), généralement créée à l’occasion d’un conflit sur un projet d’antenne-relais sur demande du maire (médiation). Son fonctionnement est décrit dans le décret n° 2016- 1106 du 11 août 2016. L’article D.102 du Code des postes et des communications électroniques en précise la composition : services déconcentrés de l’État chargés de l’aménagement du territoire et de l’environnement ; Agence régionale de santé ; collectivités territoriales concernées ; représentants de l’exploitant ; ANFR ; diverses associations représentatives (environnement, santé, ondes électromagnétiques, représentants de bailleurs et propriétaires).

L’ICD prend en compte toutes les sources d’information publique en rapport avec les ondes électromagnétiques :

  • L’évaluation de l’insertion de l’installation dans son environnement ; l’état des connaissances sanitaires sur les radiofréquences établi par l’Anses ;
  • Les mesures de niveaux de champs électromagnétiques mises à disposition du public par l’ANFR ;
  • Les informations rendues publiques par le CND de l’ANFR ;
  • Le recensement national des points atypiques du territoire établi chaque année par l’ANFR.


Les instances de concertation départementales (ICD) sont déclenchées par le préfet de département sur demande d’un maire mais ne sont pas systématiques, ce qui peut nuire à leur lisibilité. PRIARTEM estime notamment que les ICD illustrent parfois l’impasse du dialogue local et précise que l’association a elle-même connu des déceptions en la matière.

Une tendance à l’augmentation de ces réunions est néanmoins constatée, environ une dizaine d’ICD s’étant constituées en 2018 et 2019.

  • Réunion publique sur projet(s) d’antenne-relais, ou sur Linky : en 2018, plus de 30 réunions publiques ont été organisées, généralement par des mairies. Une tendance nette à la baisse a depuis été constatée par l’ANFR.
  • Réunion de concertation communale ou intercommunale sur des projets d’antennes-relais : ce sont des réunions de suivi des déploiements d’opérateurs, réunion sur un projet précis, etc.
  • Réunion de suivi de chartes d’implantation d’antennes-relais (niveau communal, intercommunal ou métropole) : plus de 50 chartes existent et des réunions se déroulent périodiquement comme à Paris avec la Commission de Concertation de la Téléphonie Mobile (CCTM).
  • Réunions concernant des expérimentations ou pilotes 5G.


Sollicitée par les mairies, l’ANFR a, jusqu’à présent, répondu favorablement aux sollicitations mais cela pourrait ne plus être en adéquation avec ses moyens si leur nombre venait à augmenter.

Comment améliorer l’action d’information du Comité vis-à-vis des usagers ?

Outre la publication de la feuille de route, des documents examinés lors des réunions du CND sont publiés a posteriori.

Dans la plupart des cas, ces documents issus des travaux de l’ANFR font ensuite l’objet d’une communication par communiqué de presse et publication sur le site internet de l’ANFR.

Les informations sont également publiées à l’initiative des membres du CND, également sur le site de l’ANFR ou encore sur le portail de l’État sur l’exposition aux ondes www.radiofrequences.gouv.fr.

La 5G a été identifiée en 2019 au sein du CND comme un axe de communication qu’il conviendra de renforcer.

Le rôle du Comité national de dialogue reste néanmoins avant tout d’apporter tous les éléments d’information disponibles sans enfermer ses membres dans une communication commune, chacun demeurant un acteur de sa propre communication.

La question de la communication commune devra néanmoins être approfondie, comme le suggèrent l’AMF ou la Confédération nationale du logement.

[#chiffresclés2020]#Focus sur l’exposition du public aux ondes.1. L’@anfr gère le dispositif nat. de surveillance et de mesures de l’exposition. Il permet aux particuliers et aux collectivités de demander des mesures à son dom. ou dans des lieux publics ℹ️ https://t.co/wkOGjZryTa https://t.co/Ch7rk9jVwd

Le saviez-vous ? Afin de faciliter les secours en mer, l'@anfr met à disposition des centres de surveillance maritimes (CROSS) les informations de sa base radiomaritime, qu’il ne faut surtout pas négliger de renseigner, elles peuvent sauver ! @bateaux_com https://t.co/sWFUcfq5aK

Lancement réussi du nanosatellite français UVSQ-SAT hier, depuis Cap Canaveral ! Ce CubeSat, conçu par l’Université de Versailles / St Quentin, à peine plus gros qu’un Rubik’s Cube, utilise les fréquences du service amateur par satellite ▶️https://t.co/nDRJZ1N5er
@uvsqsat https://t.co/JpLZgTMqa4

[#chiffresclés2020] #Focus sur les implantations de sites : l’@ANFR autorise l’ensemble des sites radioélectriques en France – sites radios, télés, réseaux mobiles…- ce qui permet de garantir leur compatibilité électromagnétique et d’éviter des brouillages. https://t.co/FrJmbkrJvB

ANFR a Retweeté

La France compte parmi les pays où l’exposition aux ondes est la plus encadrée. Entre 2019 et 2021, nous multiplions le nombre de contrôles par l’@anfr par 3, dont la moitié dédiés à la #5G.
Plus de détails 👉 https://t.co/iRWU8eRaFp

Pour contrôler l’exposition aux ondes, l’@anfr a installé des capteurs à proximité d’antennes #5G. Notre ingénieure I. Sefsouf et G. Astre d'@exemlab expliquent en quoi ces capteurs vont permettre de suivre, en transparence, l’évolution de l’exposition avec l'arrivée de la #5G ⤵️ https://t.co/pHfLNpTHYu

[#chiffreclés2020] Aujourd’hui, #focus sur l’activité internationale de l'@anfr : 1. En 2020, elle a préparé et défendu les positions françaises dans le domaine du spectre des fréquences, dans diverses entités où s’élaborent les cadres européens et internationaux. https://t.co/CY2s0oy6xi

Avec l’arrivée de la #5G et à la demande de @Cedric_O, l'@ANFR effectuera + de 10 000 contrôles de l'exposition aux ondes en 2021, dont près de 5000 avant et après déploiement d’antennes 5G. Reportage du @le_Parisien avec des ingénieurs ANFR sur le terrain.https://t.co/OC0ipo9KAR

ANFR a Retweeté

RADIO | Le @CSAudiovisuel fixe au 15 juillet 2021 l’entrée en vigueur des autorisations en #DABplus métropolitaines : https://t.co/PHF5vrc6cU https://t.co/fj0HDlxzls

ANFR a Retweeté

Wi-Fi 6E : la future norme sans-fil pourrait être approuvée en France dès le printemps 2021 https://t.co/uYTMEPljjf

Aux Etats-Unis, les enchères #5G ont débuté le 8 décembre dernier et se sont terminées vendredi. La bande de fréquences intermédiaire (3,7–3,98 GHz) a été adjugée pour environ 80 milliards de dollars. ▶️https://t.co/ZAiKo3hziA https://t.co/L96wsyCmaS

#recrutement 🧐
L'@anfr recrute :

▶️ Un(e) coordinateur(trice) de contrôles radiofréquences

📍 Maisons Alfort

🆕 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/W3AivgJc54

[#Fréquence5G] Avec l'arrivée de la #5G, l'@ANFR renforce ses travaux sur le contrôle du #DAS des téléphones portables : l’acquisition d’un nouveau banc de mesure conçu par la start-up 🇫🇷 @SARtesting
permettra à l’ANFR de conforter son rôle d’acteur de référence dans le domaine. https://t.co/94HBbtzUIP

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur