Accessibilité

retour en haut

Actualité

5G dans les bandes 3,4 - 3,8 GHz et 26 GHz : la Commission européenne demande à la CEPT d’élaborer des conditions techniques harmonisées

28/02/2017

La Commission européenne vient de confier à la CEPT (structure qui regroupe les administrations de 48 pays de l’espace géographique européen) un mandat lui demandant d’élaborer des conditions techniques harmonisées pour l’utilisation des systèmes 5G dans les bandes 3,4-3,8 GHz et 26 GHz. Le calendrier prévoit une remise des résultats au cours du premier semestre 2018. Ce mandat s’inscrit dans le cadre de la coopération UE/CEPT pour l’harmonisation des réglementations en matière de fréquences, instituée par la Décision Spectre Radioélectrique (Décision 676/2002/CE). La Commission européenne propose de laisser ces dispositions inchangées lors de la revue du Paquet Connectivité.Ce mandat a été négocié entre la Commission européenne, force de proposition, et les Etats membres, dans le cadre du comité spectre radioélectrique (RSCOM), présidé par la Commission et qui l’assiste dans la mise en œuvre de la Décision Spectre Radioélectrique. Début octobre, le premier projet a suscité de nombreux commentaires des Etats membres compte tenu, en particulier, de son périmètre initial très étendu, incluant par exemple des travaux sur les bandes 1 427-1 452 MHz, 1 492-1 518 MHz ou 5 GHz, et du lien établi avec la prochaine conférence mondiale des radiocommunications (CMR 19), dépassant le cadre strict de l’harmonisation européenne.  L’ANFR, représentant la France dans cette enceinte, a défendu lors du débat la position française établie par le comité de concertation des affaires européennes (CAE RSCOM).

Par ailleurs, au cours des derniers mois de 2016, les Etats membres ont donné à la Commission européenne plus de visibilité sur les bandes de fréquences susceptibles de répondre aux besoins de la 5G avant 2020. L’avis du RSPG, publié en novembre 2016, a ainsi recommandé la bande 3,4-3,8 GHz, comme première bande pour le déploiement de la 5G, et la bande 26 GHz comme bande pionnière pour le très haut débit 5G au-dessus de 24 GHz. Pour cette dernière bande, l’avis RSPG souligne la nécessité de protéger les stations terriennes du service d’exploration de la Terre par satellite, ainsi que des récepteurs satellites embarqués, objets d’investissements industriels nationaux et européens récents et à venir, notamment à travers le programme conjoint EDRS (European Data Relay Satellites) de l’ESA et d’Airbus D&S. Le RSPG note en outre l’intérêt d’étudier les bandes 32 et 42 GHz pour la 5G, tout en écartant toute harmonisation à court terme. 

Lors du RSCOM de décembre, les Etats membres, unanimes, ont obtenu de la Commission européenne  une révision de son projet de mandat afin qu’il tienne compte des recommandations du RSPG et ne cible que deux bandes de fréquences pour l’introduction de la 5G en Europe. La Commission a ainsi renvoyé vers un mandat ultérieur les études des conditions techniques pour la future harmonisation des bandes 1 427-1 452 MHz et 1 492-1 518 MHz. Ce mandat devrait être adopté lors du prochain comité, à la mi-mars.

En marge de ces discussions, la Commission a souhaité une étude portant sur la « synergie » entre les bandes 26 GHz et 28 GHz. La bande 28 GHz, soutenue par les Etats-Unis et la Corée,  ne fait pas partie des bandes 5G à l’étude pour la CMR 19. Bien que de nombreux Etats membres s’accordent à considérer cette étude comme inopportune, une référence a été maintenue dans le mandat, justifiant dès lors une abstention de la France et de six autres Etats membres lors du vote final. Des échanges ultérieurs avec la Commission européenne ont permis de recueillir l’assurance qu’il n’y aurait pas de voix discordante en Europe sur ce point.

Les propositions qui seront faites dans le cadre du mandat 5G seront exploités par la Commission européenne pour la préparation des mesures techniques d’harmonisation dans les bandes 3,5 GHz et 26 GHz (Décisions UE). Leur mise en œuvre deviendra obligatoire pour tous les Etats membres, à une date qui sera définie après l’adoption et publication de la Décision d’harmonisation. Ces décisions devraient être adoptées au cours de l’année 2018, en cohérence avec l’objectif d’autoriser avant 2020 la 5G dans les bandes 3,4-3, 8 GHz et 26 GHz. 

Qu'est-ce que la #5G ? Quelles évolutions technologiques représente-t-elle ? Quel rôle de l'@ANFR dans le cadre de son déploiement en 🇫🇷 ? Ce mini-site pédagogique répondra sans doute aux❓ que vous vous posez sur l'arrivée de cette nouvelle technologie :➡️https://t.co/1u9aHwe50W

ANFR a Retweeté

Très bien ce minisite web @anfr sur la 5G, sous un angle fréquences bien sûr mais pas que ! 👨‍💻📡 #pedagogie

https://t.co/7fcrV1740N
https://t.co/m4iIDqv8Vm

ANFR a Retweeté

EXCLUSIF. La carte de France de la 5G avec 6.886 communes où elle est autorisée https://t.co/PHNZqvPSKk https://t.co/tGlJPeHt9Y

ANFR a Retweeté

La France est dans le premier wagon des pays qui allument la #5G. Les opérateurs ont déjà la possibilité de l’allumer dans 40 villes de plus de ­100 000 habitants.

Retrouvez mon interview dans @leJDD ⤵️

https://t.co/Pg5oLREEp4

L’ANFR publie une synthèse des premiers sites #5G autorisés : ce sont 15 901 sites implantés dans près de 7 000 communes qui peuvent être activés par les opérateurs mobiles https://t.co/lo1f5n4nGV https://t.co/ygnl9tbJBC

.@gillesbregant , DG de l’ANFR , intervient cet après-midi au @ForumMediasMob pour parler de #5G et du rôle de l’@ANFR avec l’arrivée de cette nouvelle technologie. https://t.co/XqGDmylZjv

« Le déploiement de la #5G ne pourra pas avoir lieu sans le concours des élus locaux » selon @michel_sauvade, référent téléphonie mobile pour @l_amf et président du comité de dialogue de l'@anfr !
https://t.co/ag4ikLwBJB

.@michel_sauvade président du comité national de dialogue (CND) sur l’exposition aux ondes, nous explique son rôle dans cette vidéo 📽️⤵️, essentiel avec l’arrivée de la #5G. #dialogue #transparence
▶️ https://t.co/zSKQXuWmeU

#recrutement 🧐
L'ANFR recrute :

▶️ Un (e) Rédacteur(rice)

🆕 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/X7J3knSgD6

Une #blockchain des #fréquences pour faciliter la gestion dynamique du spectre ? C’est l’objectif des travaux de l’@ANFR et de la start-up française @Droon_io qui ont conduit à la livraison d’un premier démonstrateur prometteur !⤵️

https://t.co/u0w5PULRCW https://t.co/4g18wZyO1h

#5G sous surveillance : À Paris l’ANFR a déployé des capteurs:

✳️ Mesurer l’exposition aux ondes 5G 📡
« Contribuer à la démarche lancée par Paris sur les impacts de la 5G », l’un des objectifs de l’Agence Nationale des Fréquences
@frandroid
https://t.co/CblDadzb91

.@GillesBregant conclut ce deuxième atelier des fréquences très productif en remerciant tous les conférenciers, intervenants et participants .
Encore merci à tous pour votre participation et rdv au prochain atelier des #fréquences de l’@anfr ! https://t.co/unwI6iYVfo

Mobiles, aéronautique, espace, et nous terminons par la Science, qui transcende tous ces sujets, puisqu'elle utilise les fréquences aussi bien pour sonder la Terre que l'espace lointain. #CMR-23 #LesAteliersDesFrequences https://t.co/jCqWnTTl8m

Ce qu’il faut retenir sur la session « les #fréquences pour les réseaux mobile » :
🔵Point 1.2 #CMR23 Bande 6 GHz : l’attention focalisée sur la coexistence avec les systèmes satellitaires #LesAteliersDesFrequences https://t.co/mcfpDIfgas

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil