Accessibilité

retour en haut

Actualité

Publication du rapport de la CCE relatif à l’étude de coexistence entre les faisceaux hertziens (FH) et la station de radioastronomie de Bure entre 22 et 24 GHz

12/11/2020

Le Comité de la compatibilité électromagnétique (CCE) a adopté le 05 octobre 2020 le rapport relatif à l’étude de coexistence entre les faisceaux hertziens (FH) et la station de radioastronomie de Bure entre 22 et 24 GHz, établissant en conclusion un ensemble de recommandations  destinées à faciliter cette coexistence.

Le service fixe, sous lequel les FH sont exploités, est attribué à titre primaire sur l’ensemble de la bande 22-23,6 GHz. La bande de fréquence adjacente 23,6-24 GHz est une bande dite passive dans laquelle toutes les émissions sont prohibées. De plus, dans la bande 22-23,6 GHz, le service de radioastronomie (RAS) dispose d’une attribution primaire (22,21-22,5 GHz) et d’une autre  secondaire (22-22,21GHz). La figure 1 donne la représentation des droits du TNRBF pour ces deux services autour de 23 GHz.

Les droits du service fixe et de la radioastronomie autour de 23 GHz

L’utilisation de ces bandes par la radioastronomie

La lettre d’information de juin 2019, expliquait en détail les types de mesures opérés dans ces bandes par le service d’exploration de la Terre par satellite (SETS). Les bandes 22,5 GHz et 23,8 GHz sont utilisées pour caractériser et quantifier la vapeur d’eau dans l’atmosphère. Il existe aussi dans la bande 22,5 GHz une raie spectrale de la molécule d’eau (H2O) et trois raies spectrales de l’ammoniac (NH3) dans la bande 23,8 GHz, correspondant à trois transitions quantiques (inversion – rotation). Ces fréquences intéressent à la fois la radioastronomie, pour des observations interstellaires, et l’aéronomie, science d’étude des propriétés physiques et chimiques de l’atmosphère.

Pour la radioastronomie, la bande 23,8 GHz est communément employée car la molécule NH3 permet de tracer les gaz moléculaires denses, souvent associés à la phase de noyau moléculaire chaud de la formation d’étoiles de masse élevée. La bande permet notamment de déterminer les températures du milieu interstellaire observé et aussi, indirectement, de déduire la concentration et l’abondance de la molécule de dihydrogène (H2) qui ne présente aucune ligne spectrale.

L’utilisation de la bande 22,5 GHz par la radioastronomie est rendue complexe par l’atmosphère qui présente une grande dynamique de signaux dans la bande 22,5 GHz pouvant perturber des observations faites au-delà de cette couche. Cette bande est beaucoup plus adaptée à l’aéronomie pour faire des profils de vapeur d’eau dans l’atmosphère. Ces mesures permettent généralement de calibrer les mesures des antennes qui observent dans d’autres bandes les objets célestes éloignés, à travers cette couche de vapeur d’eau.

En France métropolitaine, les deux bandes de fréquences ne sont plus utilisées que par le site de radioastronomie de Bure. Le site du Pic de Maïdo à La Réunion, opère aussi des mesures d’aéronomie dans ces bandes de fréquences.  Le site de radioastronomie de Bure est situé à 2553 m d’altitude et accueille un interféromètre composé de 6 antennes mobiles, de 15 mètres de diamètre, installées sur rail le long des lignes de base. Le projet final devrait en accueillir 6 de plus d’ici la fin de l’année. Ce site a rejoint récemment le réseau global EHT (Even Horizon Telescope) qui contenait déjà un radiotélescope de l’IRAM (L’institut de radioastronomie millimétrique) situé près de Grenade en Espagne. Le Réseau EHT comprend 8 télescopes répartis sur l’ensemble du globe. Ce sont les mesures opérés simultanément autour de 1.3 mm (@230 GHz) par l’ensemble des antennes de ce réseau qui ont permis en 2019 de faire la première image d’un trou noir massif dans la galaxie M87. L’insertion de l’interféromètre NOEMA du plateau Bure devrait permettre de considérablement accroitre la sensibilité  et la qualité des images du réseau. 

L'interféromètre NOEMA sur le plateau de Bure, dans les Alpes françaises. (DiVertiCimes/DiVertiCimes)

L’utilisation de la bande par le service fixe

La bande 22/23 GHz permet d’établir des liaisons hertziennes avec des bonds de longueur moyenne (5 à 15 km), des largeurs de canaux allant jusqu’à 56 MHz et des débits relativement importants (2 à quelques centaines de Mbps).

A ce jour cette bande est majoritairement utilisée par les opérateurs mobiles de réseaux ouverts au public (ROP), notamment pour la mise en œuvre de leurs réseaux capillaires. La bande est moins utilisée par les opérateurs de réseaux indépendants (RI). On compte plus de 13 000 faisceaux hertziens enregistrés dans cette bande (la figure 3 donne un aperçu des liaisons actuelles qui entourent le site de Bure).

Dans un avenir proche, un grand nombre de FH opérant dans la bande 26 GHz devraient migrer dans les bandes 22/23 GHz pour libérer la bande en faveur des usages 5G.

Représentation d‘un partie des liaisons du service fixe actuel autour du site de Bure

Le compteur électrique #Linky verra la fin de son déploiement cette année. Dans le cadre de ce déploiement, l’@anfr a mené des études pour mesurer l’exposition aux ondes de ces compteurs. Retrouvez tous les documents ici :⤵️
https://t.co/EGT22DSqol https://t.co/EJg9ozD43u

Conférence-débat sur la 5G, jeudi 28/01 à 20h, à @Ville_de_Sceaux en visio sur https://t.co/FFgGiFopZX

L’@anfr & @FFTelecoms seront là pour répondre à toutes vos questions

Dès aujourd’hui, vous pouvez poser vos questions à parlonsensemble@sceaux.fr https://t.co/Zgk2E3yyHX

[#chiffresclés2020]#Focus sur l’exposition du public aux ondes.1. L’@anfr gère le dispositif nat. de surveillance et de mesures de l’exposition. Il permet aux particuliers et aux collectivités de demander des mesures à son dom. ou dans des lieux publics ℹ️ https://t.co/wkOGjZryTa https://t.co/Ch7rk9jVwd

Le saviez-vous ? Afin de faciliter les secours en mer, l'@anfr met à disposition des centres de surveillance maritimes (CROSS) les informations de sa base radiomaritime, qu’il ne faut surtout pas négliger de renseigner, elles peuvent sauver ! @bateaux_com https://t.co/sWFUcfq5aK

Lancement réussi du nanosatellite français UVSQ-SAT hier, depuis Cap Canaveral ! Ce CubeSat, conçu par l’Université de Versailles / St Quentin, à peine plus gros qu’un Rubik’s Cube, utilise les fréquences du service amateur par satellite ▶️https://t.co/nDRJZ1N5er
@uvsqsat https://t.co/JpLZgTMqa4

[#chiffresclés2020] #Focus sur les implantations de sites : l’@ANFR autorise l’ensemble des sites radioélectriques en France – sites radios, télés, réseaux mobiles…- ce qui permet de garantir leur compatibilité électromagnétique et d’éviter des brouillages. https://t.co/FrJmbkrJvB

ANFR a Retweeté

La France compte parmi les pays où l’exposition aux ondes est la plus encadrée. Entre 2019 et 2021, nous multiplions le nombre de contrôles par l’@anfr par 3, dont la moitié dédiés à la #5G.
Plus de détails 👉 https://t.co/iRWU8eRaFp

Pour contrôler l’exposition aux ondes, l’@anfr a installé des capteurs à proximité d’antennes #5G. Notre ingénieure I. Sefsouf et G. Astre d'@exemlab expliquent en quoi ces capteurs vont permettre de suivre, en transparence, l’évolution de l’exposition avec l'arrivée de la #5G ⤵️ https://t.co/pHfLNpTHYu

[#chiffreclés2020] Aujourd’hui, #focus sur l’activité internationale de l'@anfr : 1. En 2020, elle a préparé et défendu les positions françaises dans le domaine du spectre des fréquences, dans diverses entités où s’élaborent les cadres européens et internationaux. https://t.co/CY2s0oy6xi

Avec l’arrivée de la #5G et à la demande de @Cedric_O, l'@ANFR effectuera + de 10 000 contrôles de l'exposition aux ondes en 2021, dont près de 5000 avant et après déploiement d’antennes 5G. Reportage du @le_Parisien avec des ingénieurs ANFR sur le terrain.https://t.co/OC0ipo9KAR

ANFR a Retweeté

RADIO | Le @CSAudiovisuel fixe au 15 juillet 2021 l’entrée en vigueur des autorisations en #DABplus métropolitaines : https://t.co/PHF5vrc6cU https://t.co/fj0HDlxzls

ANFR a Retweeté

Wi-Fi 6E : la future norme sans-fil pourrait être approuvée en France dès le printemps 2021 https://t.co/uYTMEPljjf

Aux Etats-Unis, les enchères #5G ont débuté le 8 décembre dernier et se sont terminées vendredi. La bande de fréquences intermédiaire (3,7–3,98 GHz) a été adjugée pour environ 80 milliards de dollars. ▶️https://t.co/ZAiKo3hziA https://t.co/L96wsyCmaS

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil