retour en haut

Actualité

Les technologies mobiles 2G, 3G, 4G à bord des avions… et si on utilisait aussi la 5G ?

02/10/2020

Certaines compagnies aériennes offrent aujourd’hui des services de connectivités à bord des avions en utilisant les mêmes technologies que les opérateurs mobiles : 2G (GSM), 3G (UMTS) et 4G (LTE).  Moyennant facturation, le passager peut connecter son smartphone à une station de base comme s’il activait l’itinérance de données à l’étranger. Néanmoins, seuls les usages data sont autorisés pour le respect de la tranquillité des autres passagers. C’est ce qu’on appelle les réseaux MCA (Mobile Communications Aircraft). 

Cependant, ces services peuvent brouiller les réseaux mobiles terrestres ou d’autres usages dans les bandes adjacentes des réseaux mobiles. C’est pourquoi seules les bandes 1 800 MHz et 2 100 MHz peuvent être utilisées, la première pour la 2G ou la 4G, la seconde étant réservée à la 3G. Symétriquement, les terminaux mobiles utilisés à bord peuvent être perturbés par les réseaux terrestres : un brouilleur embarqué, appelé NCU, les isole donc de la 3G.

Ces dernières années, la réglementation relative à l’installation de ces NCU a été allégée.  Le NCU n’est obligatoire  que dans les bandes où les réseaux mobiles terrestres 3G UMTS sont déployés, c’est-à-dire les bandes 900 MHz et 2 GHz. L’opérateur MCA peut aussi éviter la mise en œuvre d’un NCU s’il démontre que l’atténuation par la carlingue est suffisante pour empêcher la connexion des appareils embarqués aux réseaux mobiles terrestres. En outre, des analyses menées en 2016 avaient conclu que les réseaux terrestres 2G et 4G ne nécessitaient pas de NCU. En effet, les tentatives de connexion intempestives aux réseaux terrestres 2G ou 4G de terminaux 2G ou 4G à bord n’ont pas d’impact significatif sur les réseaux terrestre. En revanche, les tentatives de connexion en 3G peuvent aboutir à des réductions partielles ou temporaires de capacité des réseaux terrestres. La réglementation aéronautique européenne laisse la possibilité aux compagnies aériennes d’autoriser les passagers à utiliser des équipements électroniques sous réserve que l’avion ne soit pas affecté par les transmissions radio de ces équipements. Des tests d’immunités des avions aux transmissions radio provenant des équipements électroniques des passagers, comme les smartphones, sont désormais réalisés. C’est ainsi qu’il a été constaté que les consignes demandant aux passagers de mettre leurs téléphones en « mode avion « lors du décollage et de l’atterrissage n’étaient pas respectées pour environ 20 % des terminaux embarqués dans les vols en Europe !

De nouveaux travaux européens étudient même la possibilité de rendre optionnel l’usage des brouilleurs embarqués en prenant en compte le déclin de la 3G. De fait, des opérateurs mobiles majeurs comme Vodafone ou Deutsche Telecom ont  annoncé l’extinction de leurs réseaux 3G à partir de 2020 – 2021. Quant à Telenor et Telia en Norvège, ils les éteignent dès maintenant. D’autres arguments sont aussi avancés et notamment le fait que les passagers sont équipés à plus de 98 % de terminaux 2G/3G/4G qui recherchent en premier lieu les réseaux 4G largement déployés en Europe. Ces terminaux se connectent donc systématiquement au réseau MCA en 4G sans risque d’accrocher un réseau 3G terrestre. Par ailleurs, la vitesse de déplacement de l’avion rendrait inopérant toute tentative d’enregistrement sur un réseau 3G  terrestre. Pourtant les modalités d’enregistrement automatique du terminal mobile au réseau de l’opérateur domestique ou des opérateurs privilégiés en itinérance pourraient invalider ce raisonnement. Un autre argument a été avancé en faveur de la suppression de l’obligation de NCU : les téléphones embarqués détectent un nombre de stations de base 3G tellement élevé qu’aucune d’entre elles ne serait plus capable qu’une autre de prendre en charge la demande de connexion du terminal 3G à bord. Ces débats se poursuivront cet automne.

Les opérateurs mobiles, qui restent menacés par des brouillages du réseau terrestre, restent attentifs aux conditions de relâchement de ce cadre réglementaire. Une nouvelle préoccupation vient d’ailleurs d’apparaître : les opérateurs MCA souhaitent utiliser sans attendre la 5G à bord des avions. L’utilisation d’antennes passives 1 800 MHz à bord est donc à l’étude, ce qui permettrait d’envisager l’ouverture d’ici mi 2021 de la possibilité d’utiliser la 5G à bord des avions.

Connaissez-vous les différentes causes qui peuvent perturber la bonne réception de la TNT ?
1⃣ Le premier réflexe est de vérifier les branchements de votre téléviseur.
Cette vidéo vous explique comment bien brancher votre câble d'antenne ⤵️ : https://t.co/fpVJvovOyG https://t.co/vTla6E7Y80

Voici le 2e épisode de notre feuilleton de l’été consacré à la recherche spatiale et aux communications avec Mars ! Pour ce nouvel épisode, on parle de radio assistée par satellite au sein des rovers qui font l’actualité sur la planète rouge : #Perseverance #Curiosityhttps://t.co/iKFtH9p5kN

ANFR a Retweeté

Exposition aux ondes : l'ANFR se veut rassurante https://t.co/YpAYLATgG9

#lesenquêtesANFR
Pour cette nouvelle enquête, nos agents du service régional d’Aix / Marseille se sont rendus à proximité de l’aéroport de Marignane et ont découvert…. une clé qui rendait invisible mais qui a ébloui les gardiens du spectre !⤵️

https://t.co/1XK2CpugTo https://t.co/SucLCjr9b4

🚀Envie d'une petite virée dans l'espace ? La médiatisation du vol de Richard Branson suivi de celui de Jeff Bezos pose la question de l’essor des véhicules suborbitaux et de leurs enjeux en matière de gestion du spectre des fréquences.
https://t.co/6atn3jdoRV https://t.co/c7pPVbqv7c

Encore un superbe article sur le site @anfr pour les fans de recherche spatiale et de communications avec Mars : comment les rovers nous envoient leurs images. On attend la suite avec impatience https://t.co/mlGyTk8JAl

MAJ des données #opendata ! Cette semaine, focus sur @TlseMetropole où la #5G est désormais disponible : 297 sites 5G sont autorisés par l’@anfr dans la ville rose, dont 160 sont techniquement opérationnels.
https://t.co/cr2xaQiCM7 - https://t.co/s8clyclD8z https://t.co/3qnjllZeyv

L’@ANFR publie une étude sur les mesures d’exposition du public aux ondes électromagnétiques sur plus de 150 arrêts du métro parisien. L’ensemble des mesures sont disponibles sur : https://t.co/6CgrgPfVVN
👉 https://t.co/neX24aY0Fr https://t.co/3Qh0jzD4KT

Cet été, l’ANFR vous propose un feuilleton sur la recherche spatiale et les communications avec Mars ! Voici le 1er épisode sur le « deep space network » : comment fonctionne ce réseau qui permet des liaisons sur d’énormes distances, entre Mars et la Terre?https://t.co/eq6IZVACat https://t.co/EmdgXPeeZc

#recrutement 💼
L'@anfr recrute :
▶️Un(e) responsable du département assignation et coordination de fréquences
▶️Un(e) gestionnaire des coordinations et des assignations des fréquences
▶️Un(e) responsable département assignation fréquences
🆕https://t.co/sqP2CMTHoy https://t.co/irt3uS4slF

[Prenez RDV] #Fréquences #Startups, des questions sur le fonctionnement et l’accès à certains domaines ? L'@anfr vous éclaire sur leurs réglementations spécifiques.
Prenez RDV (à distance pour le moment) ➡️ https://t.co/z5HPPjD2Tn https://t.co/67sZIxGmse

Avec l’arrivée de la #5G à Lille, l’ANFR, en lien étroit avec la ville, va contrôler l’exposition du public aux ondes grâce à l’installation de sondes de mesures et la mise en œuvre d’une campagne d’une centaine de relevés pour objectiver les niveaux d’exposition 👇 https://t.co/5buIeE3Nuz

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil