Accessibilité

retour en haut

Actualité

Essor du DAB+ en France : l’enjeu de la coordination des fréquences aux frontières

12/11/2020

Le DAB+ prend son envol en France ! Depuis le 5 novembre, la radio numérique est officiellement lancée à Bordeaux et Toulouse et compléte l’offre de multiplex locaux et régionaux déjà existants dans huit régions en France et accessibles désormais par près de 30% de la population. Quant aux deux multiplex nationaux, ils démarreront dès l’été prochain sur une zone restreinte et diffuseront 25 stations dont la plupart des grands programmes nationaux publics et privés.

C’est l’occasion de faire le point sur l’action de l’ANFR concernant les négociations aux frontières pour garantir la qualité de service attendue de ce nouveau mode de diffusion.

Le contexte

Le déploiement de la radio numérique en France connait une accélération remarquable depuis fin 2017. A cette date, une nouvelle feuille de route ambitieuse du CSA a fixé un calendrier de déclenchement d’appels à candidatures pour de nombreux multiplex locaux et régionaux et initié la mise en œuvre des deux multiplex nationaux.

Complétant la couverture DAB+ existante depuis 2014 de Paris, Nice et Marseille, la diffusion de la radio numérique pour des multiplex régionaux a ainsi démarré en 2018 et 2019 dans les bassins de vie de Lille, Strasbourg, Lyon, Rouen et Nantes et est suivie cette année par le démarrage de ceux de Bordeaux et Toulouse depuis le 5 novembre :

Situation du déploiement DAB+ fin 2020

La liste des programmes disponibles pour chacune des régions est consultable sur le site https://www.dabplus.fr/. Par ailleurs, des informations complémentaires sur l’évolution et la stratégie du déploiement du DAB+ sont disponibles sur la page dédiée du CSA.

Les bénéfices de la radiodiffusion DAB+ par rapport à la FM sont principalement :

  • une qualité d’écoute améliorée, robustesse en utilisation mobile : pas d’interférences ou de grésillements ;
  • un coût de diffusion réduits : un seul multiplex diffuse jusqu’à 13 radios ; la puissance d’émission par radio est réduite ;
  • une meilleure efficacité spectrale : planification des réseaux en SFN (Single Frequency Network ;
  • une diffusion de contenu additionnel : des informations sur le programme (pochette d’album, logo de la radio), etc.


La bande de fréquences DAB+ dédiée

En France, la diffusion hertzienne en mode numérique du média radio recourt au standard DAB+, norme largement adoptée en Europe pour ce type de diffusion.

En termes de ressource spectrale, le DAB+ fait usage de la bande de radiodiffusion dite « bande III » s’échelonnant entre 174 et 230 MHz et autrefois utilisée pour la télévision analogique :

Harmonisée à l’échelle internationale, cette bande est découpée en Europe en 32 canaux de 1,75 MHz appelés « blocs », un bloc permettant la diffusion d’un multiplex de radio numérique composé au plus de 13 radios.

En France métropolitaine, il est à noter que l’usage des blocs 12B, 12C et 12D (224 à 230 MHz) reste affecté au ministère des Armées, conformément au TNRBF.

Le cadre réglementaire international applicable en Europe

Les règles de coordination et de partage de la bande III pour la radio numérique ont été définies et consignées lors d’une Conférence régionale des radiocommunications  de l’UIT qui s’est déroulée à Genève en 2006 (CRR 06).

L’exploitation de la ressource spectrale du DAB en Bande III repose ainsi sur une approche planifiée d’accès au spectre. Les droits et conditions d’émissions sont officiellement enregistrés au Plan de Genève 2006 élaboré lors de cette conférence et mis à jour régulièrement. Plusieurs accords bi/multilatéraux viennent compléter ces dispositions, permettant de spécifier des conditions particulières de coexistence avec les pays voisins. Ces accords sont consultables sur la page dédiée de l’ANFR.

La coordination et la négociation aux frontières

Sur la base de ce cadre réglementaire et à l’instar de ce qui est effectué pour la TNT, l’activité de l’ANFR comporte deux volets pour assurer la bonne coexistence de la ressource DAB avec les administrations frontalières :

  1. Une négociation en amont pour défendre, en lien avec le CSA, la planification des futures couches de radiodiffusion DAB françaises en négociant l’obtention de droits supplémentaires adaptés à son implémentation. Les accords résultant de cette négociation incluent ces droits et déterminent les critères techniques de coordination.
  2. Une coordination au fil de l’eau, avec l’analyse, l’envoi et le suivi des demandes de coordination françaises du CSA vers les administrations concernées et, dans l’autre sens, l’analyse des demandes de modifications du Plan de GE06 d’autres administrations en veillant à la protection des droits français.


La situation actuelle des négociations

Les travaux de négociation s’inscrivent dans un contexte où le DAB est déjà largement présent, depuis plusieurs années, voire décennies, dans la plupart des pays limitrophes à l’image du Royaume-Uni, de l’Allemagne ou encore de la Suisse :

Déploiements DAB en Europe (Source : worlddab.org)

 

Les avancées suivantes avec nos voisins ont pu être obtenues ces derniers mois pour obtenir les droits d’émission nécessaires à la mise en œuvre de la planification française :

  • Italie : Quatre réunions de coordination entre avril 2019 et janvier 2020 ont abouti à la signature d’un accord multilatéral avec Monaco et le Vatican.  En consignant jusqu’à 16 blocs en Côte d’Azur (dont 6 à titre exclusif) et 9 en Corse, la France accroit ses droits initiaux du Plan de Genève 2006.
  • Royaume-Uni : Un accord provisoire de l’administration britannique a été obtenu en juillet 2019 sur les niveaux de champ interférents maximum du réseau cible défini par le CSA. Les discussions se poursuivent désormais sur le réseau britannique de couvertures locales nommées « Small-scale DAB » (SSDAB)  utilisant des fréquences non inscrites au Plan GE06. De nouvelles contreparties seront défendues côté français pour garantir une flexibilité d’implémentation aux diffuseurs.
  • Belgique : L’élaboration d’un accord global comportant l’ensemble des assignations et des relations entre allotissements a été engagé. L’exercice s’avère délicat: pour chaque relation étudiée l’accord des trois communautés linguistiques est nécessaire, ce qui rend la négociation complexe. De nombreuses relations ont pu néanmoins être consignées à titre provisoire.
  • Pays-Bas : Des relations d’utilisations co-canal entre nos deux administrations ont été discutées et sont en cours d’étude. Celles-ci s’inscrivent notamment sur le réaménagement complet du réseau DAB néerlandais et de propositions d’optimisation en découlant.

 

Signature de l’accord avec l’administration Italienne le 31/01/2020

Consécutivement aux difficultés rencontrées dans les négociations avec l’administration allemande, l’ANFR a engagé avec le CSA au printemps 2020 une refonte complète du réseau cible dans une grande partie du Grand Est et de la Franche-Comté. Celle-ci a impliqué de nombreux changements de fréquences et induit des répercussions sur les négociations en cours  avec les administrations suisse, belge, néerlandaise et luxembourgeoise.

Cette approche, visant à construire une issue de négociation satisfaisante avec l’Allemagne pour garantir l’implémentation de l’ensemble des couches françaises, a été validée par le Collège du CSA en juillet 2020. La planification cible du CSA est principalement constituée des deux couches nationales, une ou deux couches régionales (appelées intermédiaires ou étendues) ainsi que, le cas échéant, une ou deux couches locales. Il est à noter que ces couches locales de taille réduite peuvent nécessiter un nombre important de blocs sur une même zone géographique complexifiant ainsi la coordination. Par conséquent, certaines ressources fréquences ciblées ne relèvent pas des droits français au Plan de Genève 2006 (GE06).

La crise sanitaire ayant eu pour conséquence d’ajourner toutes les réunions bilatérales prévues en 2020, les négociations se sont trouvées légèrement ralenties. Des avancées significatives sont néanmoins espérées dans les prochains mois, suite à cet exercice de replanification.

Le compteur électrique #Linky verra la fin de son déploiement cette année. Dans le cadre de ce déploiement, l’@anfr a mené des études pour mesurer l’exposition aux ondes de ces compteurs. Retrouvez tous les documents ici :⤵️
https://t.co/EGT22DSqol https://t.co/EJg9ozD43u

Conférence-débat sur la 5G, jeudi 28/01 à 20h, à @Ville_de_Sceaux en visio sur https://t.co/FFgGiFopZX

L’@anfr & @FFTelecoms seront là pour répondre à toutes vos questions

Dès aujourd’hui, vous pouvez poser vos questions à parlonsensemble@sceaux.fr https://t.co/Zgk2E3yyHX

[#chiffresclés2020]#Focus sur l’exposition du public aux ondes.1. L’@anfr gère le dispositif nat. de surveillance et de mesures de l’exposition. Il permet aux particuliers et aux collectivités de demander des mesures à son dom. ou dans des lieux publics ℹ️ https://t.co/wkOGjZryTa https://t.co/Ch7rk9jVwd

Le saviez-vous ? Afin de faciliter les secours en mer, l'@anfr met à disposition des centres de surveillance maritimes (CROSS) les informations de sa base radiomaritime, qu’il ne faut surtout pas négliger de renseigner, elles peuvent sauver ! @bateaux_com https://t.co/sWFUcfq5aK

Lancement réussi du nanosatellite français UVSQ-SAT hier, depuis Cap Canaveral ! Ce CubeSat, conçu par l’Université de Versailles / St Quentin, à peine plus gros qu’un Rubik’s Cube, utilise les fréquences du service amateur par satellite ▶️https://t.co/nDRJZ1N5er
@uvsqsat https://t.co/JpLZgTMqa4

[#chiffresclés2020] #Focus sur les implantations de sites : l’@ANFR autorise l’ensemble des sites radioélectriques en France – sites radios, télés, réseaux mobiles…- ce qui permet de garantir leur compatibilité électromagnétique et d’éviter des brouillages. https://t.co/FrJmbkrJvB

ANFR a Retweeté

La France compte parmi les pays où l’exposition aux ondes est la plus encadrée. Entre 2019 et 2021, nous multiplions le nombre de contrôles par l’@anfr par 3, dont la moitié dédiés à la #5G.
Plus de détails 👉 https://t.co/iRWU8eRaFp

Pour contrôler l’exposition aux ondes, l’@anfr a installé des capteurs à proximité d’antennes #5G. Notre ingénieure I. Sefsouf et G. Astre d'@exemlab expliquent en quoi ces capteurs vont permettre de suivre, en transparence, l’évolution de l’exposition avec l'arrivée de la #5G ⤵️ https://t.co/pHfLNpTHYu

[#chiffreclés2020] Aujourd’hui, #focus sur l’activité internationale de l'@anfr : 1. En 2020, elle a préparé et défendu les positions françaises dans le domaine du spectre des fréquences, dans diverses entités où s’élaborent les cadres européens et internationaux. https://t.co/CY2s0oy6xi

Avec l’arrivée de la #5G et à la demande de @Cedric_O, l'@ANFR effectuera + de 10 000 contrôles de l'exposition aux ondes en 2021, dont près de 5000 avant et après déploiement d’antennes 5G. Reportage du @le_Parisien avec des ingénieurs ANFR sur le terrain.https://t.co/OC0ipo9KAR

ANFR a Retweeté

RADIO | Le @CSAudiovisuel fixe au 15 juillet 2021 l’entrée en vigueur des autorisations en #DABplus métropolitaines : https://t.co/PHF5vrc6cU https://t.co/fj0HDlxzls

ANFR a Retweeté

Wi-Fi 6E : la future norme sans-fil pourrait être approuvée en France dès le printemps 2021 https://t.co/uYTMEPljjf

Aux Etats-Unis, les enchères #5G ont débuté le 8 décembre dernier et se sont terminées vendredi. La bande de fréquences intermédiaire (3,7–3,98 GHz) a été adjugée pour environ 80 milliards de dollars. ▶️https://t.co/ZAiKo3hziA https://t.co/L96wsyCmaS

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil