Accessibilité

retour en haut

Wifi 5GHz

Etude d'une nouvelle bande

Chacun sait l’importance du WiFi dans nos vies quotidiennes : la plupart des équipements connectés à domicile, ordinateurs, tablettes, portables, l’utilisent. Les fréquences du WiFi sont les bandes 2,45 GHz (2 400-2 483,5 MHz) et 5 GHz (5 150-5 350 MHz et 5 470-5 725 MHz). Dans la bande 2,45 GHz, le WiFi est en partage avec d’autres technologies pour les appareils de faible portée (par exemple, le Bluetooth). Dans la bande 5 GHz, le WiFi doit cohabiter avec des utilisateurs primaires, qui imposent des contraintes de partage. En particulier, les radars exploités dans ces bandes doivent être protégés par le mécanisme de Dynamic Frequency Selection (DFS) qui oblige l’équipement WiFi à écouter la bande avant d’émettre et à changer de canal lorsqu’il détecte un signal radar. Ce type de partage du spectre ne va pas toujours de soi : la newsletter du mois dernier décrivait les brouillages des radars de la météorologie du fait de difficultés dans la mise en œuvre du DFS. 

 

Ces 500 MHz de spectre disponibles pour le WiFi apparaissent néanmoins insuffisants au regard des débits apportés par la fibre et pouvant atteindre 1 Gbit/s. En effet, la ressource est partagée entre tous les utilisateurs WiFi. Or, dans une zone dense, cela peut atteindre plusieurs dizaines de réseaux, chacun avec plusieurs utilisateurs ! En outre, pour atteindre des débits suffisants, il est nécessaire d’élargir les canaux WiFi, en passant de 20 à 80 MHz, voire 160 MHz. De ce fait, le découpage actuel des fréquences WiFi en trois sous-bandes devient peu optimal. 

Des travaux ont été engagés depuis cinq ans pour élargir le spectre WiFi 5 GHz, en visant la bande 5 350-5 470 MHz et les fréquences au-dessus de 5 725 MHz. Ce sujet est inscrit à l’ordre du jour de la CMR-19. Mais les études concernant la bande 5 350-5 470 MHz ont montré que l’introduction du WiFi brouillerait des satellites d’exploration de la Terre, dont ceux du programme européen Copernicus. La situation au-dessus de 5 725 MHz n’est guère plus favorable : pour protéger les radars à saut de fréquences exploités dans cette bande en France, il faudrait renforcer le DFS, ce qui ne permettrait pas le bon fonctionnement du WiFi.

Face à ces difficultés, une autre piste est à l’étude : l’usage de la bande des 6 GHz. Le feu vert pour lancer des « études de faisabilité » a été donné lors d’une réunion de la CEPT en mars 2017. La Commission européenne a souhaité encadrer ces études par un mandat à la CEPT, se réservant ainsi la possibilité d’une future harmonisation de cette bande à partir de 2020. 

Ces études visent à évaluer les possibilités de partage avec les deux principaux utilisateurs de la bande, les liaisons montantes du service fixe par satellite et les faisceaux hertziens. Comme cela se fait déjà pour d’autres bandes, le partage avec les satellites conduira à limiter la puissance et la nature du déploiement du WiFi de façon à éviter que le satellite ne soit brouillé par le cumul des milliers d’équipements WiFi qu’il pourra « voir » dans son faisceau. Le partage avec les faisceaux hertziens sera plus complexe, nécessitant la mise en œuvre de solutions actives, par exemple en utilisant géolocalisation et bases de données pour empêcher qu’un émetteur WiFi n’utilise un canal pouvant brouiller un faisceau hertzien. Par ailleurs, dans le bas de la bande 6 GHz, des systèmes de communication pour le contrôle et la commande des réseaux ferroviaires urbains devront, eux aussi, être protégés. 

Un débat difficile, à la CEPT, à l’ETSI et dans les instances communautaires, a porté sur le choix précis de la bande : 5 925-6 425 MHz, 5 925-6 725 MHz ou bien 5 925-7 125 MHz. Bien que les situations de partage soient similaires dans ces trois bandes, l’ouverture de l’ensemble de la bande 5 925-7 125 MHz présentait l’inconvénient d’organiser un partage avec le service fixe dans deux sous-bandes : 5 925-6 425 MHz et 6 425-7 125 MHz. Or, l’expérience des radars dans la bande 5 GHz a montré que des solutions théoriques n’étaient pas toujours aussi efficaces qu’anticipé dans les conditions réelles d’utilisation. Les Etats membres ont souhaité dans un premier temps limiter les études dans la bande 6 GHz à un bloc de 500 MHz, ce qui doublerait les bandes attribuées au Wifi. Une extension éventuelle ultérieure vers le haut dépendra du succès de la mise en œuvre du partage.

A l’issue des études, une ouverture de la bande 6 GHz ne pourra se faire, comme pour les autres bandes Wifi, que dans le respect du principe de neutralité technologique. Les technologies LTE développées pour la bande 5 GHz (LTE-LAA) pourront ainsi utiliser cette bande si les équipements se conforment aux conditions techniques de partage. 

 

Etudes de partage

Concernant les travaux de la CEPT en réponse au mandat 5 GHz de la Commission Européenne, les études sur la coexistence avec les satellites d’exploration de la Terre dans la bande 5350-5470 MHz ont conclu qu’aucun des mécanismes de partage proposés à ce stade n’était satisfaisant. Les études se concentrent donc désormais essentiellement sur la bande haute, 5725-5925 MHz, en visant une conclusion sur leur utilisation éventuelle par le WiFi dans le rapport final qui devrait faire l’objet d’une consultation publique en mars 2016. 

 

Les études de coexistence suivantes sont en cours :

  • Le risque de brouillage du service fixe par satellite (montant), notamment pour la bande 5850-5925 MHz utilisée assez largement en Europe et dans le monde
  • Les équipements de télépéage (DSRC) dans la bande 5795-5815 MHz pour lequel aucune solution satisfaisante n’a encore été trouvée.
  • Le cas des ITS (Intelligent Transport System) pour lesquelles la bande 5850-5925 MHz avait été réservée par le cadre communautaire. Une solution de type DFS est à l’étude.
  • Certaines applications nationales, comme les « systèmes de télécommande » de métro en France,  sont également à l’étude.

 

Le premier rapport transmis à la Commission dans le cadre de ce mandat, rapport CEPT 57 , dresse l’état des lieux des études. 

 

ETSI normalisation

Par ailleurs, des travaux sont également engagés au niveau de la normalisation afin de préciser les solutions techniques qui pourraient mises en œuvre dans les futurs équipements Wifi afin de faciliter le partage des bandes à l’étude avec les applications existantes.

Enfin, depuis un an, un sujet d’étude est ouvert au 3GPP visant à analyser l’opportunité d’introduire une technologie basée sur le LTE dans les bandes 5150-5350 MHz et 5470-5725 MHz pour des usages actuellement couverts par la technologie WiFi. Cette nouvelle technologie est en cours de spécification par le 3GPP et fait également l’objet de discussions à l’ETSI sur les aspects de coexistence avec le WiFi. Elle sera prise en considération dans les études de la CEPT.

 

Si vous souhaitez en savoir plus sur les actions en cours, ou participer aux travaux français sur ce sujet, n'hésitez pas à nous contacter.

Saviez-vous qu’un répéteur de téléphonie mobile permet de renforcer le signal téléphonique et améliore la réception à l’intérieur d’un bâtiment ? Il doit comporter un marquage CE et doit être autorisé par l’opérateur mobile, au risque de ...
👉 https://t.co/JDucgk0atg https://t.co/XzGuWIWy6a

#Recrutement 🧐

L'@anfr recrute un(e): 👩‍💼👨‍💼

▶️ Gestionnaire administratif et financier

🔎 https://t.co/C1dCF1YYsW https://t.co/wP5MYH7Rja

#LesEnquêtesANFR 🕵️
Retour sur l’intervention de nos agents de terrain qui ont mis fin, au brouillage d’un réseau mobile #3G dans le Gers. La cause : un répéteur de téléphonie mobile installé sans autorisation ! Retrouvez notre enquête ici 👇
https://t.co/Lqtz42QWol https://t.co/wLdNKK95Wu

L’@anfr vous invite à son premier atelier des #frequences en visio!
Échangez avec des experts sur « les usages émergents du spectre dans le secteur des transports : transports intelligents, futur système ferroviaire et drones ». Infos et inscription 👇
https://t.co/kPDMfsXA4Y https://t.co/oSz49e4cSh

[#ObservatoireANFR] 📱 📊

En mai, 2 nouvelles stations #5G ont été autorisées par l’@anfr dans le cadre des expérimentations organisées par l’ @Arcep : 490 #stations #5G en France sont en test dans la bande 3,5 GHz au 1er juin.
▶️ https://t.co/1bgv17j2HJ https://t.co/SZeUTnboqb

[#ObservatoireANFR] 📱 📊

Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er juin :
@orange (22 184 sites, + 154 en mai 2020)
@SFR (19 314 sites, + 153)
@bouyguestelecom (18 449 sites, + 155)
@free (16 086 sites, + 230)

▶️ https://t.co/LBSSMCk6On https://t.co/V9FMzCuCwW

[#ObservatoireANFR] 📱 📊

Au 1er juin 2020, 52 654 sites #4G sont autorisés par l'@anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.
▶️ https://t.co/6LOwZaBhEv https://t.co/DaS571D1Zb

[#Newsletter] 🗞️🗞️
🆕 Découvrez notre dernière lettre d'information !
👉 https://t.co/RPyfNYce86 https://t.co/I8V3P20MNi

ANFR a Retweeté

Janvier 2018: l'@ANFR présentait #Framily, le jeu des fréquences à jouer en famille
Juin 2020: usé par mes filles!
Un jeu conçu par des lauréats du hackathon #FrHack 2017, le thème: "rendre visible l'invisible!"
Idée géniale! Divertissement immuable pendant et post confinement https://t.co/iKqC46gaJ1

🗣️📻#podcast
.@GillesBregant, DG de l’@anfr, est intervenu ce week-end dans l'émission "Votre vie numérique" sur @RMCinfo. Ecoutez le podcast avec au programme : #ondes, #DAS, #LINKY, #reseauxmobiles 👇https://t.co/aDI39NpJWZ https://t.co/JYVP7lHaed

📢.@GillesBregant, DG de l’ANFR, intervient ce matin sur @RMCinfo dans « Votre vie numérique » consacrée aux #ondes électromagnétiques #4G #5G #linky https://t.co/TSu2zBFlpe

En ces temps de #Covid-19, la technologie #Bluetooth est soudain revenue sur le devant de la scène. Comment est-elle devenue, en peu de temps, une technologie radio pouvant devenir notre alliée contre la contagion, en étant associée à l’appli #StopCovid ? https://t.co/D8NQ4mPdLf https://t.co/aqcAkqRbdr

L'@ANFR publie un rapport sur les niveaux d’exposition du public aux #ondes créés par les compteurs intelligents Saur qui permettent la télé-relève des consommations d’#eau. Les résultats montrent que les niveaux relevés lors de ces émissions sont faibles👉https://t.co/wiOuFJS2oF https://t.co/hQ9Z53EQDA

ANFR a Retweeté

Vous avez un problème de réception de la #TNT 📺 et vous ne savez pas quoi faire ? Dans cette vidéo📽️, nous vous expliquons les différentes causes de perturbations et toutes les étapes à suivre pour remédier aux dysfonctionnements.

▶️ https://t.co/CzBB10NRry https://t.co/77sGcoMKBX

L'ANFR invite les propriétaires du Razer Phone 2 à contacter le fabricant pour un échange ou un remboursement du téléphone
https://t.co/qIofeUU1rP

New on the PT site: French #spectrum agency @anfr has released details of the exposure values measured during 5G pilot deployments in the country. DG @GillesBregant says 5G MIMO systems are safe because they operate like waiters in Parisian brasseries https://t.co/WBsg66sj2u

Les RDV Individuels avec les services publics de
@FrenchTechCtral continuent à distance💻 #Startups, des questions sur le fonctionnement et l’accès à certains domaines ? L'@anfr et l'@Arcep vous éclairent sur leurs réglementations spécifiques
Prenez RDV➡️https://t.co/3noH8nr6Qb https://t.co/n8zzjJcapW

Suite à des mesures de #DAS non conformes réalisées par l’@anfr dans le cadre de la surveillance du marché des terminaux, la société RAZER procède au retrait du marché et au rappel du téléphone RAZER PHONE 2.
📱 https://t.co/JE1vwWZ1rF https://t.co/JwRk9tz2hC

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil