retour en haut

Point 1.7 : quelles fréquences pour faciliter le déploiement des nano-satellites ?

Les nano-satellites ont la caractéristique d’avoir un poids très léger, compris entre 1 et 10 kg. Environ 1 000 « nanosats » ont déjà été lancés, pour la plupart des « CubeSats » dont le format normalisé a facilité leur emport dans tous les types de lanceurs. Les nanosats ont permis l’accès à l’espace pour des pays qui n’avaient pas encore de politique spatiale, des universités ou de nombreuses startups. Leurs usages sont très variés : observation de la Terre, transferts de données (internet des objets, ou IoT), surveillance.  Ces satellites sont déployés sur des orbites basses (300 à 900 km d’altitude) et utilisent plusieurs bandes pour l’exploitation du satellite comme pour les communications de données : VHF (150 MHz), bande X (8 GHz), mais aussi UHF ou bande S (2 GHz). 

Le point 1.7 de l’ordre du jour de la CMR-19 ne porte pas directement sur les nanosats, mais sur les satellites dont la mission est de courte durée, n’excédant généralement pas trois ans. Partant du constat que les fréquences au-dessous de 1 GHz conviennent bien pour exploiter ces satellites, le point en débat  vise à identifier des bandes disponibles dans cette gamme du spectre, assorties de conditions réglementaires suffisamment simples pour convenir à ce type de mission. Les bandes à l’étude sont 150,05-174 MHz et 400,15-420 MHz pour de nouvelles attributions, aussi bien pour la montée (Terre vers espace) que la descente (espace vers Terre). 

A ce jour, dans le sens descendant, il existe trois bandes de fréquences sous 1 GHz utilisables par l’exploitation spatiale. Deux de ces bandes ont été écartées par les études :

  • La bande 272-273 MHz, largement utilisée par le ministère des Armées et l’OTAN ;
  • La bande 401-402 MHz, du fait d’une incompatibilité avec les usages de la météorologie.


En revanche, les bandes 137-138 MHz (sens descendant) et 148-149,9 MHz (sens montant) sont apparues utilisables pour l’exploitation spatiale à condition de simplifier le cadre réglementaire afférent. 

Dans la bande 137-138 MHz, il est ainsi proposé de simplifier la procédure de coordination applicable à ces satellites s’ils respectent un niveau de pfd au sol protégeant les services de Terre. Cela permettra aussi d’éviter aux opérateurs de ces satellites d’acquitter le coût de la procédure de coordination par le Bureau des radiocommunications. 

Dans la bande 148-149,9 MHz, la simplification proposée consiste à supprimer une procédure obligeant à obtenir l’accord des autres administrations.

Certaines études proposent également d’introduire une nouvelle attribution du service d’exploitation spatiale dans la bande 403-406 MHz pour la montée. Néanmoins, cette évolution mettrait en danger les usages de cette bande par Météo France et la Défense pour des relevés atmosphériques (température, pression, etc.) par l’intermédiaire de radiosondes. Les études de compatibilité entreprises par l’Agence montrent que les distances de séparation (plusieurs centaines de kilomètres) interdisent la coexistence des deux services. Limiter le service d’exploitation spatiale à une partie de  la bande 403-406 MHz imposerait donc de segmenter la bande entre les usages, réduisant ainsi la capacité pour les radiosondes. Or, les attributions existantes à 149 MHz semblent suffire pour répondre aux besoins des nano-satellites.

Le choix des bandes 137-138 MHz et 148-149,9 MHz apparaît d’autant plus pertinent qu’il permettrait l’émission et la réception en bande VHF (montée à 148-149,9 MHz et descente  à 137-138 MHz), réduisant ainsi le nombre d’antennes et allégeant la charge utile des satellites. 

Ce point de la CMR -19 était très ouvert compte tenu des différences de point de vue sur le choix des fréquences et sur la meilleure façon de simplifier l’utilisation des bandes déjà attribuées à l’exploitation spatiale en-dessous de 1 GHz. Par ailleurs, le développement des nano-satellites, ou plus généralement de satellites de courte mission, a fait aussi l’objet d’autres propositions pour la CMR -19 consistant à réduire les contraintes procédurales pour ces satellites, indépendamment des bandes de fréquences envisagées.

ANFR a Retweeté

🚨 Important : les numéros d'urgence fonctionnent toujours via le 1️⃣1️⃣2️⃣ qui transite par les réseaux des autres opérateurs.

ANFR a Retweeté

Les réparations sont en cours par @TDFgroupe, @SFR et @bouyguestelecom. Elles devraient être finalisées en début de semaine. Les services de @prefet81 et @prefet12 sont pleinement mobilisés à leurs côtés.

[OPENDATA] C’est vendredi ! Retrouvez la MAJ de nos données #opendata. Aujourd’hui, focus sur ⁦@Rouen⁩ où 46 sites #5G ont été autorisés, dont 22 sont techniquement opérationnels (activés) #THDmobile https://t.co/cr2xaQiCM7 https://t.co/AwaX3UrYv4

ANFR a Retweeté

Le téléphone portable est de loin l’objet qui nous expose le plus aux ondes. Le débit d'absorption spécifique fixe le niveau d’exposition à ne pas dépasser. De quoi s'agit-il exactement ? @anfr vous éclaire.
#smartphone #réseau #5G #ondes #internet #Consomag https://t.co/7jHhubnP9Y

Grâce à cet appareil avec système de radiogoniométrie, les équipes de l’@anfr garantissent l’absence de brouillage des fréquences utilisées par les services de l’Etat ou par le service public durant les grands évènements.
https://t.co/J3BtyNwCsK

[#CODESCONSO ] 🎧 Prêt(e) pour une plongée au cœur de la #5G ? Fonctionnement et déploiement sur le territoire, exposition aux ondes, #DAS… C’est le sujet de notre nouveau #podcast réalisé en partenariat avec l'@anfr
⬇️
https://t.co/X0AyHSeC3U

Quel est l’impact de la #5G sur notre exposition aux ondes ? Comment ce nouveau réseau est-il contrôlé ? L’@anfr lance, en partenariat avec @Conso_INC, un #podcast animé par ses experts pour répondre aux questions que suscite le déploiement de la 5G.

🔗 https://t.co/soG7mIEoKL https://t.co/X462jX5eRP

🚁 Décollage immédiat pour le "dérisquage" à Cazaux ! Sollicité par l’@anfr, Free Mobile en partenariat avec la @Gendarmerie apporte son aide pour une série de tests de sécurité visant à démontrer que la 5G n’a pas d’impact sur l’altimétrie des aéronefs 👉https://t.co/GhGuYadpvG https://t.co/CGOWhv9spW

Le #COP ANFR présente 3 défis stratégiques:
✅ être force de proposition dans les conflits d’usages ↗️ des fréquences
✅ mieux prévenir les risques de brouillage en augmentation
✅ consolider le rôle d’expertise de l’@anfr pour informer les citoyens
https://t.co/IqmuUhjTg6 https://t.co/F5xGAQhCh2

.@cedric_o et @GillesBregant signent le Contrat d’objectifs et de performance (COP) de l’@anfr pour la période 2021-2024, en présence de Jean-Pierre Le Pesteur, président du conseil d’administration.
Le communiqué : https://t.co/IqmuUhjTg6 https://t.co/H3IXtC2s63

Aujourd'hui le préfet de l'#isere recevait le Secrétaire d'état Cedric O, sur le thème de la 5G au @cea_grenoble puis à @adeunisrf à Crolles avant de faire un contrôle des fréquences 5G dans Grenoble avec l'@anfr https://t.co/DwN8IBoGZh

ANFR a Retweeté

À Grenoble comme partout en 🇫🇷 la #5G se déploie avec succès.
Ce midi, Place Pasteur, avec l’@anfr nous réalisons un contrôle des fréquences 5G, comme le @gouvernementFR s’y est engagé. Sans danger pour la santé, moins énergivore, elle accompagnera les Grenoblois au quotidien. https://t.co/eA0qL1kmNm

En #5G, l’exposition aux ondes dépend des terminaux qui sollicitent l’antenne-relais : en téléchargeant 1 fichier de 1 Go, l’exposition max atteint 2,09 V/m puis redescend à 1,05 V/m => des niveaux qui sont très en deçà des valeurs limites https://t.co/Ir946Ue52p

Mesure en temps réel de l’exposition aux ondes à @VilleGrenoble à proximité d’une antenne #5G. Constat : 1,05 V/m (limite réglementaire fixée à 61 V/m pour la #5G) https://t.co/sobZqZasec

Grâce à un scanner, l’@anfr détecte les sites de téléphonie mobile actifs sur la zone de démo et les opérateurs associés. https://t.co/9AU2AwPMby

L’@anfr accueille @cedric_o et le @Prefet38 à Grenoble pour une démonstration d’un contrôle des niveaux d’exposition aux ondes à proximité d’une antenne #5G en service https://t.co/Yed6vw6N0O

#Quizz 📝 ❓ Nous sommes arrivées à la dernière question de ce quizz de l’été : que fait-on avec cet appareil utilisé lors des grands événements ? https://t.co/lxLZVyjx8g

Ce banc de test permet de mesurer les #DAS tête, tronc et membres des smartphones en quasi temps réel. En 2021, l’ANFR accroît ses contrôles et réalisera 140 vérifications de téléphones, + spécifiquement les nouveaux téléphones #5G du marché. @SARtesting
https://t.co/R4JPK7Ifyv

ANFR a Retweeté

🚄 Direction Grenoble, terre d’innovation, pour parler #5G, @FTAlps, #GreenTech et rencontrer les start-ups industrielles qui imaginent l’industrie de demain avec @AgnesRunacher #FrenchTech #FranceRelance https://t.co/pIGvmmtmaE