retour en haut

Point 1.10 : le système mondial de détresse et de sécurité aéronautique (SMDSA/ GADSS)

Le 8 mars 2014, le vol MH370 de la compagnie Malaysia Airlines à destination de Pékin disparaît après son décollage de Kuala Lumpur avec 227 passagers et 12 membres d’équipage à son bord. Malgré de longues recherches en mer et la mise en œuvre de moyens ultra modernes, l’aéronef n’a pu être retrouvé. En effet, la perte de la localisation de l’avion en vol a conduit à étendre la zone de recherche à de très grandes superficies où les profondeurs sont parfois abyssales. Cet évènement faisait suite à la disparition du vol AF447 Rio-Paris qui s’est abîmé dans l’océan Atlantique en 2009 et pour lequel les recherches ont nécessité près de 2 ans au large des côtes brésiliennes.

A la suite de cet accident, le secteur des Radiocommunications de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT -R) a été sollicité en urgence. En réponse, la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2015 a adopté des modifications règlementaires du Règlement des radiocommunications (RR) officialisant l’utilisation de la composante satellitaire du système de surveillance coopératif pour le contrôle du trafic aérien « Automatic dependent surveillance-broadcast (ADS-B) ». Ce service peut en effet fournir en continu la localisation des avions, et sa composante terrestre est quant à elle déjà utilisée depuis nombre d’années. Cette évolution s’appuie sur la nouvelle constellation Iridium Next qui sera pleinement opérationnelle en 2019.

En parallèle, l’organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a initié la rédaction d’un concept des opérations (ConOps) définissant les exigences de haut niveau et les objectifs d’un système mondial de détresse et de sécurité aéronautique. Sans attendre la finalisation de ce document, l’OACI a souhaité en 2015 la création d’un point de l’ordre du jour sur ce sujet pour la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2019. Décrit dans la Résolution 426 (CMR -15), ce point permettra de proposer des modifications au RR une fois le ConOps approuvé. Cette validation est intervenue en juin 2017.

Les objectifs du SMDSA consistent à :

  • assurer dans un délai convenable la détection les avions ne détresse, pour initier de manière opportune les actions de recherche et de secours ;
  • assurer le suivi des avions en détresse et le localiser de manière précise et dans un délai convenable pour la phase terminal du vol, pour orienter précisément les actions de recherche et de secours ;
  • permettre des opérations de recherche et de secours efficaces et rapides ;
  • assurer la récupération en temps opportun des enregistreurs de vol. 


Les principales fonctions du SMDSA sont ainsi :

  • le suivi des avions ;
  • leur suivi automatique en cas de détresse ;
  • la localisation de l’épave et la récupération ;
  • la fourniture du système d’information associé.


Consulter le schéma SDMSA

L’OACI a établi que les exigences requises pour le SMDSA peuvent être satisfaites en utilisant les systèmes existants exploités dans les attributions de fréquence aéronautiques et de spectre pour la détresse (par exemple 406,1MHz).

 Trois méthodes règlementaires ont été proposées :

  • La première, proposée par l’OACI, demande une reconnaissance dans le RR en conservant toute la souplesse pour la communauté aéronautique mais présente le risque d’imposer des contraintes pour les autres applications et services ;
  • La deuxième, proposée par la Russie, consiste à identifier et caractériser l’ensemble des systèmes contribuant au SMDSA apportant la transparence requise pour les instances en charge de la gestion des fréquences mais contraint la communauté aéronautique à déclarer tous ces systèmes au sein de l’UIT-R ;
  • La dernière consiste à ne pas modifier le RR, en reconnaissant que la règlementation actuelle permet  de mettre en œuvre le SMDSA tout en laissant la flexibilité souhaitée par la communauté aéronautique.

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Sur les 29 332 sites 5G autorisés, 63,7 % d’entre eux sont déclarés techniquement opérationnels selon les opérateurs, soit 18 689 sites allumés. Plus d’infos sur l’évolution de ces chiffres depuis janvier 2021.
https://t.co/PFJ9rPQhyi https://t.co/TfRRjMXBf3

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 1er octobre , 29 332 sites #5G ont été autorisés en France par l’@anfr tous opérateurs confondus, soit une ⬆️de 1.8 % p/r au mois dernier. Découvrez les analyses d’évolution des sites 5G par opérateur et bandes de fréquences.
https://t.co/RnE0x5LZW1 https://t.co/s4HFpGvxXv

De nouvelles fréquences pour le rail: la @EU_Commission a harmonisé les cond. d’utilisation des fréquences additionnelles pour le GSM–R et son successeur, le FRMCS utilisant la 5G. Une grande étape pour les transports🚄en🇪🇺!
👩‍⚖️: https://t.co/HCSHJ2T68k
👉:https://t.co/Np2U58qSkM https://t.co/tSgWzpoTup

Avec l'@ANFR nous lançons une campagne de mesures de l'exposition aux ondes électromagnétiques de dimension inédite.
Information et transparence accompagnent désormais le développement du Très Haut Débit numérique à #Marseille
https://t.co/gojw0dv9iH
@synthetiser1 @PMGanozzi

Les smartphones 5G dégagent-ils trop d'ondes ? Non, répond l'@ANFR https://t.co/Gr4e5ABpFe via @LUsineDigitale

ANFR a Retweeté

Nous nous y étions engagés, nous l’avons fait :
→ L’@anfr a renforcé son contrôle d’exposition aux ondes des téléphones #5G
→ Résultats : pas de surexposition aux ondes. Les téléphones 5G contrôlés respectent la réglementation stricte en vigueur en 🇫🇷. Plus d’infos ⤵️ https://t.co/zwD7WefzJR https://t.co/0LPqdbF4En

Dans le cadre de sa mission de contrôle de l’exposition du public aux ondes électromagnétiques et de surveillance du marché, l’@ANFR publie les résultats des 1ers contrôles de DAS de téléphones #5G commercialisés en France.
https://t.co/4r5zwmG8b1 https://t.co/1e1e9Um5Pw

La #FFTélécoms représentée par son Vice-Président @nicolasguerin68 participe ce matin à un petit-déjeuner de travail, portant sur l’exposition aux #ondes et la #santé à l’@AssembleeNat.
Cc. @PascaleBoyerEM @Anses_fr @anfr https://t.co/soZBEmSpmq

Wi-Fi, Bluetooth, NFC… les bandes libres sont un levier d’#innovation pour les #startups ! Opportunités, qualité de service, cadre réglementaire… décryptage avec l’@Arcep et l’@anfr lors d’un webinar :

🗓️ Le 29.09 à 11h00
Inscriptions 👉https://t.co/Gw5LNL637D

Chaque vendredi, retrouvez la MAJ de nos données #opendata ! Aujourd’hui, focus sur @villedelyon et l'arrivée de la #5G : 274 sites #5G sont autorisés par l’@anfr dont 169 sont déclarés techniquement opérationnels par les opérateurs mobiles
https://t.co/cr2xaQiCM7 -cartoradio.fr https://t.co/07zPHdRJJX

🎓#ANFRacadémie Savez-vous comment un téléphone transmet des informations (photos, textes…) vers un autre téléphone de manière quasi instantanée, quelle que soit la distance entre les interlocuteurs ? Retrouvez notre vidéo pédagogique :
https://t.co/2xDlrMUpvP https://t.co/9uOMINazm1

'How do the airwaves work?' French spectrum agency @anfr has produced an educational video https://t.co/r0Am0GOSoq

#ANFRacadémie 🎓 Les ondes sont partout autour de nous et permettent le fonctionnement de nombreux équipements de notre quotidien. Mais, savez-vous comment fonctionnent les ondes ? Retrouvez notre vidéo pédagogique : https://t.co/s3tjh0n4R0

Ce matin se tient à l’@ANFR et en visio le 13e Comité national de dialogue sur l’exposition du public aux ondes électromagnétiques, présidé par @michel_sauvade. Retrouvez l’ensemble des contributions présentées lors des précédents comités : 👉https://t.co/Kx5DSh7WxL

.@GillesBregant spoke this morning at the BEREC workshop on how to best promote science based EMF limits recommended by experts #5G #telecoms https://t.co/1Gav5x6TWY