Accessibilité

retour en haut

Formuler une demande d’autorisation

Comme pour l'ensemble des usages de communications électroniques, l'utilisation de fréquences par des réseaux PMR est soumise à autorisation qui fait l’objet d’une décision de l’ARCEP.

  • Dans la majorité des cas, cet acte prend la forme d’une autorisation attribuée à l’utilisateur à titre individuel, à la suite de sa demande.
  • Dans certaines parties de bandes, l’utilisation de fréquences est soumise à un régime d’autorisation générale et ne nécessite pas une autorisation individuelle.

1. Autorisation d’utilisation de fréquences attribuée à l’utilisateur à titre individuel, à la suite de sa demande

Une telle autorisation est généralement attribuée pour une durée de cinq ans.

Le titulaire d'une autorisation d'utilisation de fréquences attribuée à titre individuel, par décision de l'ARCEP, est assujetti au paiement d'une redevance annuelle domaniale de mise à disposition de fréquences et d'une redevance annuelle de gestion dont les montants sont déterminés en application des dispositions prévues par le décret n°2007-1532 modifié du 24 octobre 2007 et son arrêté d'application arrêté du 24 octobre 2007 modifié.

Sous ce régime d'autorisation individuelle, l'ARCEP met en œuvre trois schémas distincts, adaptés aux besoins différents des réseaux PMR.


Demande d’autorisation d’utilisation de fréquences alloties

Une autorisation par allotissement est attribuée pour l'utilisation d'une fréquence ou d'un bloc de fréquences déterminé sur une zone géographique spécifiée, avec une protection contre les brouillages préjudiciables.

Une telle autorisation ne spécifie pas l'implantation exacte des stations radioélectriques utilisées mais uniquement la zone géographique à l'intérieur de laquelle celles-ci peuvent être implantées. En outre, elle précise le niveau maximal de champ radioélectrique en limite de la zone d'allotissement.

Ainsi, le titulaire est autorisé à utiliser la ou les fréquences qui lui sont attribuées sur cette zone comme il le souhaite, dans les limites prévues par son autorisation. Il n'a ainsi pas à demander une modification de son autorisation s'il souhaite modifier l'ingénierie technique de son installation, dès lors qu'il reste dans les limites prévues par son autorisation.

De plus, en complément de l’autorisation d’utilisation de fréquences alloties, le titulaire devra, préalablement à l’implantation de chaque base ou relais qu’il établira, compléter et fournir un formulaire de "déclaration d’une installation radioélectrique fixe et des assignations de fréquences associées". Les données renseignées dans ce formulaire sont nécessaires pour l’ANFR dans le cadre de ses missions liées à la coordination de l’implantation des stations radioélectriques et des assignations de fréquences, ainsi que ses missions liées à la tenue à jour des bases notariales au niveau national, en application des dispositions prévues par les articles  art. R. 20-44-11 (4° et 5°) du code des postes et des communications électroniques.


Demande d’autorisation d’utilisation de fréquences assignées

Une autorisation par assignation est attribuée pour l'utilisation d'une fréquence sur un emplacement donné et dans les conditions techniques précisément identifiées dans l'autorisation, avec une protection contre les brouillages préjudiciables.

Une telle autorisation spécifie notamment l'emplacement exact des stations radioélectriques fixes utilisées (la zone d'utilisation pour les stations mobiles) ainsi que les caractéristiques techniques des installations. L'attribution d'une telle autorisation implique au préalable une coordination des fréquences site par site.

Ainsi, le titulaire est autorisé à utiliser les fréquences qui lui sont attribuées dans les conditions techniques spécifiées par son autorisation. S'il souhaite modifier l’emplacement des stations ou les conditions techniques attachées à son autorisation, il doit demander une modification dans ce sens.

De plus, conjointement avec le formulaire de "demande d’autorisation d’utilisation de fréquences assignées", le demandeur doit, pour chaque base ou relais dont l’implantation est envisagée, compléter et fournir un formulaire de "déclaration d’une installation radioélectrique fixe et des assignations de fréquences associées".

Les données renseignées dans ce formulaire sont nécessaires :

  • pour l’ARCEP dans le cadre de ses missions liées à l’instruction de la demande, qui implique une coordination des fréquences site par site, avant attribution éventuelle d’une autorisation ;
  • pour l’ANFR dans le cadre de ses missions liées à la coordination de l’implantation des stations radioélectriques et des assignations de fréquences, ainsi que ses missions liées à la tenue à jour des bases notariales au niveau national, en application des dispositions prévues par les art. R. 20-44-11 (4° et 5°) du code des postes et des communications électroniques.


Demande d’autorisation d’utilisation de fréquences attribuée pour un usage partagé, sans garantie de protection

Une telle autorisation est attribuée à l’utilisateur à titre individuel mais non exclusif, pour une utilisation de fréquences sans garantie de protection vis-à-vis des autres utilisateurs.

Ce schéma d'autorisation permet au titulaire d'utiliser les fréquences qui lui sont attribuées dans les conditions techniques identifiées dans l’autorisation, à l'intérieur d'une zone géographique donnée sans que soit spécifié l'emplacement des stations radioélectriques. En outre, sur les canaux ouverts à ce mode d'autorisation et en fonction du type d'utilisation, le titulaire peut être tenu de limiter l'utilisation de chacune des fréquences qui lui sont attribuées à un seul site, à un moment donné, à l'intérieur de la zone géographique.

Ce mode d'autorisation permet de répondre à des besoins en fréquences pour des utilisateurs itinérants, comme par exemple les personnels de chantiers, les géomètres et les clubs sportifs.

Dans le cadre des missions qui lui sont confiées par l’art. R. 20-44-11 (4°) du code des postes et des communications électroniques, l’ANFR établit et tient à jour l'ensemble des documents relatifs à l'emploi des fréquences, notamment le fichier national des fréquences qui récapitule les assignations de fréquences. L’Agence procède également à la notification des assignations nationales au fichier international des fréquences de l'Union internationale des télécommunications dont elle est, pour ce domaine, l'interlocuteur unique.

En outre, l’art. R. 20-44-11 (5°) du même code confie à l’ANFR la compétence liée à la coordination de l’implantation sur le territoire national des stations radioélectriques de toute nature afin d’assurer la meilleure utilisation des sites disponibles.

Vous pouvez consulter notre rubrique Sites


2. Utilisation de fréquences soumise à un régime d’autorisation générale

Dans certaines parties de bandes et pour certaines installations radioélectriques identifiées, l’utilisation de fréquences est soumise à un régime d’autorisation générale, qui fait l’objet d’une décision de l’ARCEP.

Celle-ci fixe les conditions auxquelles est soumise l’utilisation des fréquences par les installations radioélectriques concernées, en vue notamment d’éviter tout brouillage préjudiciable aux systèmes utilisant des fréquences spécifiquement assignées à leur utilisateur.

L'utilisation des fréquences par les installations radioélectriques concernées n'est soumise ni à autorisation individuelle ni au paiement d'une redevance. Ces installations radioélectriques ne bénéficient d'aucune protection contre les brouillages préjudiciables.

A titre d'exemple, l'utilisation de fréquences dans la bande 446-446,2 MHz par des équipements de PMR 446 n’est pas soumise à autorisation individuelle, sous réserve du respect de conditions techniques spécifiées par décision de l’ARCEP.

  • Les conditions d’utilisation des fréquences dans la bande 446-446,1 MHz sont fixées par les décisions n° 2001-1147 et n° 2001-1148 de l’ARCEP du 7 décembre 2001.
  • Les conditions d’utilisation des fréquences dans la bande 446,1-446,2 MHz sont fixées par les décisions n° 2010-0925 et n° 2010-0926 de l’ARCEP du 2 septembre 2010.

D'autres fréquences peuvent être utilisées dans le cadre d'une autorisation générale pour déployer des applications de type PMR sans être toutefois dédiées à ce type d'usage.
On peut citer à titre d'exemple :

  • les fréquences dans les bandes dites Wi-Fi (2400-2483,5 MHz, 5150-5350 MHz et 5470-5725 MHz), utilisables par des systèmes de transmission de données à large bande, sous réserve du respect des conditions fixées par les décisions n° 2005-1080 de l’ARCEP du 13 décembre 2005 et n° 2012-1669 du 18 décembre 2012 ;
  • les fréquences dans la bande 869,4-869,65 MHz, utilisable par des équipements de faible portée non spécifiques, sous réserve du respect des conditions fixées par par la décision n° 2012-0612 de l’ARCEP du 15 mai 2012.

Ces décisions sont disponibles sur le site de l’ARCEP.

#webserieDAS Dans le cadre de ses missions de contrôle de l’exposition du public aux #ondes, l’@ANFR prélève sur les lieux de ventes des terminaux mobiles et vérifie s’ils sont conformes à la règlementation européenne. Quel est son rôle exact ? Découvrez- le avec #Hertzi ici 👇 https://t.co/PLNNIeRToC

[#ObservatoireANFR] 📱📊

En juin, 4 nouvelles stations #5G ont été autorisées par l’@anfr dans le cadre des expérimentations organisées par l’
@Arcep : 494 #stations #5G en France sont en test dans la bande 3,5 GHz au 1er juillet.

▶️ https://t.co/R3xnOWxep9 https://t.co/xiDvvv9cuM

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er juillet :
@orange (22 494 sites, + 310 en juin 2020);
@SFR (19 658 sites, + 344)
@bouyguestelecom (18 706 sites, + 257)
@free (16 665 sites, + 579)

▶️ https://t.co/K27U2zp5fW https://t.co/GixetAHDRd

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 1er juillet 2020, 52 895 sites #4G sont autorisés par l'@anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution du déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.

▶️ https://t.co/QMl8g8WsYu https://t.co/d8scRuyMYd

Nous avons lancé avec @Elisabeth_Borne, @BrunoLeMaire et @OlivierVeran une étude pour identifier dans le monde entier les meilleures pratiques. Je rappelle qu'en France nous avons une limitation d'exposition aux ondes qui doit être respectée quelle que soit la technologie. #5G https://t.co/722yuEJR0G

La concertation est indispensable : le Comité National de Dialogue de l’ @anfr mettra tout en œuvre pour y contribuer dans l’intérêt général. https://t.co/A7ZP25qPW1

#webserieDAS En 🇪🇺, pour connaître l’exposition aux #ondes due aux📱, on a harmonisé la méthode de mesure du #DAS selon l’utilisation qui est faite du📱 à proximité du corps. Il existe donc 3 types de #DAS : le DAS tête, le DAS tronc et le DAS membres. Suivez #Hertzi dans cette📽️ https://t.co/77GzqVRNL6

ANFR a Retweeté

"Quels sont été les leviers d'action ?
1/ Procédures d'autorisation de fréquence fluides et normales (+ de 1000 par semaine) dans les règles avec un maintien de l'extranet COMSIS
2/ Ressources hertziennes avec l'activation de relais déjà autorisés"
@GillesBregant @anfr #THD2020

ANFR a Retweeté

"Les réseaux radio ont aussi été utiles pendant la crise avec 3 contraintes : capacités limitées de construction, un parc quasi-figé de terminaux, tension sur l'approvisionnement en équipements télécom"
@GillesBregant @anfr #THD2020

[#Newsletter] 🗞️🗞️

🆕 Découvrez notre dernière lettre d'information !

▶️ https://t.co/cIiqhZKQcg https://t.co/aWuAcVk3HE

#THD2020 @GillesBregant « ce qui a été étonnant, c’est qu’on a eu pendant le confinement du #wifi, de la fibre, des réseaux 2G, 3G, 4G mais il y a eu une peur de la #5G, alors qu’elle n’est pas encore déployée en France ! Cette peur doit avoir des réponses »

#THD2020 @GillesBregant « pendant le confinement, le déploiement des antennes-relais a continué, les opérateurs ont notamment mis en service des sites #4G qui n’étaient pas encore activés mais déjà autorisés » #ObservatoireANFR https://t.co/csb8WhCGGv

Le DG de l’@anfr, @gillesbregant, est présent ce matin aux Assises du Très Haut Débit 2020 #THD2020 et intervient sur le thème : « Crise sanitaire : les technologies radio au secours du très haut débit ? »
Pour suivre l’intervention : ▶️https://t.co/O9fNkTvXDQ https://t.co/rW06Hkd4Wy

L’ANFR participe aux Assises #THD2020 ce matin. Pour suivre les débats : https://t.co/T4SaA5Adux https://t.co/YfwqHXwDrU

Vous avez dit #DAS ? Le DAS évalue l’énergie des ondes électromagnétiques qu’absorbe le corps humain lors de l’utilisation d’un équipement radioélectrique tel qu’un téléphone. Pourquoi doit-il être contrôlé ? Les explications ici 👇 https://t.co/n9Ki5pYdHJ

🔴📢 A partir d’aujourd’hui, 1er Juillet, l’obligation d’affichage du #DAS dans les magasins et les notices, s’étend à l’ensemble des équipements radioélectriques utilisés à proximité du corps humain, pour une meilleure information du public. Explications ici : 👇 https://t.co/DZVv6ras9k

Vous avez dit #DAS ? Voici une vidéo 📽️ qui va vous permettre, avec notre personnage #Hertzi, d’en savoir plus sur ce qu’est le #DAS et ce qui va changer au 1er juillet :
▶️ https://t.co/MC535nAu4O https://t.co/S55k0bobqE

A partir du 1er juillet 2020, l'affichage du #DAS sera obligatoire sur l’ensemble des équipements radioélectriques émettant + de 20 mW et utilisés à proximité du corps humain. L'@anfr procédera au contrôle de ces appareils .
👉 https://t.co/HiRyDOI0tA https://t.co/yTwRfz6cSk

Notre experte en gestion de fréquences Andrianilana Rakotondradalo nous explique comment faire coexister #ITS routier et rail urbain, télépéage et #WiFi à l’atelier des #fréquences de l’@anfr . #transportsconnectes https://t.co/QqwMZ1V037

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil