retour en haut

Les femmes et les hommes de l'Agence

L’ANFR au féminin

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l'ANFR met en lumière le travail de nos ingénieures et techniciennes : 3 témoignages de femmes qui exercent des missions techniques à l'ANFR !


Benoit ROUGIER

Ingénieur radio à la Direction de la planification et des affaires internationales

 

Pouvez-vous brièvement raconter votre parcours ?

J’ai obtenu mon diplôme d’ingénieur en mécanique en 2015. Au cours de mon cursus j’ai fait deux stages : le premier dans un laboratoire de recherche d’une université au Pays-Bas et le second à l’ONERA, centre français de recherche aéronautique, spatiale et de défense. Mais j’ai eu l’envie d’aller plus loin. La réalisation d’une thèse était le format idéal pour continuer. J’ai eu l’opportunité de faire un doctorat dans un domaine intéressant, et traiter le sujet de la mesure de vitesses d’explosions par radar, avec le CEA (Commissariat à l’Énergie Atomique). J’ai ainsi découvert le domaine des fréquences que je n’avais pas abordé pendant mes études. C’est en janvier 2019 que j’ai rejoint le Pôle technique de Brest en tant qu’ingénieur radio.

Quel est votre rôle en tant qu’ingénieur radio ?

Je suis ingénieur radio à la Direction de la planification et des affaires internationales (DPSAI). Ma direction prépare les attributions de fréquences, conduit les études en matière de compatibilité électromagnétique et contribue à établir des règles d'ingénierie pour un usage efficace de ces ressources. Quant à moi, mon travail comprend deux aspects principaux :

Le premier est la réalisation d’études techniques. Elles permettent de préparer les positions françaises pour les différentes instances : au niveau national, européen (Comité des communications électroniques) et international (Union internationale des télécommunications). Je travaille de concert avec nos parties prenantes, les affectataires et les gestionnaires du spectre, pour savoir comment défendre les intérêts français face aux pays étrangers. 

Le second axe est donc est la protection de ces positions grâce à des rencontres régulières avec des États, des grands industriels, des organisations internationales, comme l’organisation météorologique mondiale… L’objectif est de mettre tous les acteurs d’accord sur l’utilisation du spectre, en tenant compte des intérêts divergents de chacun. Il s’agit de trouver un consensus. Les négociations peuvent donc être intenses. Au terme de ces discussions, le texte de référence concerné sera alors modifié. Par exemple, pour les réunions du niveau international, c’est le Règlement des radiocommunications qui pourra être mis à jour.

Sur quels sujets travaillez-vous ? 

Mon sujet principal est la protection des satellites qui communiquent avec une station terrienne fixe pour qu’il n’y ait aucun brouillage. Jusqu’en novembre dernier, mois pendant lequel s’est déroulé la Conférence mondiale des radiocommunications 2019 (CMR-19), j’ai travaillé sur les conditions de coexistence des constellations géostationnaires et non géostationnaires (Space X, One web) dans la bande U (40-50 GHz). Cette bande de fréquence représente le futur des communications satellites. 

Maintenant que la CMR-19 est terminée, nous préparons d’ores et déjà la CMR-23. L’une de mes problématiques concerne la communication entre satellites. Il s’agira pour moi de déterminer quelles conditions et quelles restrictions il sera nécessaire de mettre en place pour que ces communications puissent se faire sans perturber les autres services.

Quelles sont vos missions quotidiennes ? 

Pour répondre à la problématique énoncée précédemment, c’est un travail de longue haleine qui durera près de 4 ans. Pour ce faire, je dois réaliser de multiples études et simulations. Comme il n’y a pas d’outil adéquat, je dois d’abord en développer un. Ensuite j’élabore des scénarios : qui va communiquer avec qui, par quels moyens, vérifier les potentiels brouillages… Il en découlera la création de critères de protection, des études de partages… Je dois aussi prendre en compte le cadre réglementaire, qui n’existe pas toujours pour les cas que je traite.  C’est un réel travail de fond. Je travaille seul sur ces sujets, mais je suis régulièrement en contact avec les affectataires et industriels concernés. Nous nous rencontrons lors de comités ou de réunions plus informelles. Notre objectif commun est la préparation des positions françaises face à nos homologues étrangers.

Je suis parfois amené à travailler sur des sujets transversaux, mais qui seront toujours en lien avec les satellites.

Quelles qualités faut-il pour exercer ce métier ?   

Etant donné la dimension internationale, tous les  documents et les réunions sont en anglais. Il faut donc le parler couramment. Il est évidemment crucial d’avoir les compétences techniques adaptées, et aimer les développer, se surpasser, aller toujours plus loin.  Aussi, au vu de l’amplitude des projets, il est nécessaire d’être autonome et d’avoir un esprit d’analyse aguerri. Enfin, comme on est amené à rencontrer de nombreuses personnes, il est nécessaire de savoir travailler en équipe et de ne pas avoir peur de prendre la parole en public. 

Qu’est-ce que vous plaît dans votre travail ? 

J’apprécie particulièrement le cheminement des sujets qui me sont confiés : le préparer, adopter une position, la défendre et argumenter face à des gens qui ne partagent pas forcément le même avis. C’est challengeant. Il y aussi évidemment, la nature technique du sujet : les communications satellites me passionnent. De plus, on est dans le siège de celui qui voit arriver les innovations. Je suis aux premières loges, je participe et assiste au changement, à l’évolution technologique.

#radioamateur
L’inscription à l’examen pour l'obtention du certificat d'opérateur des services d'amateur est désormais gratuite !
Pour vous inscrire, c’est par ici : ✍️https://t.co/YEx5WMfZJf
Pour en savoir plus :▶️ https://t.co/Z96uY97IBg https://t.co/25k7nMIUP0

Le saviez-vous ? Le spectre radioélectrique en 🇫🇷 est un bien immatériel de l'État, utilisé pour toutes les communications sans fil. L’ANFR en assure la gestion et la coexistence entre tous les utilisateurs
Ici la MAJ de la frise du spectre des fréquence⤵️ https://t.co/z5g7dshfOt https://t.co/Bu5AbmtBUn

#recrutement 💼

L'@anfr recrute :
▶️Un(e) adjoint(e) au chef du département radiodiffusion

🆕 https://t.co/sqP2CMTHoy https://t.co/CSweV0hJu2

L’@ANFR sera présente au @salonSELIF, le salon des #élus et #décideurs des territoires d’Île-de-France, et organisera une conférence « La 5G : un an après le début de son déploiement en France, où en est-on ? »
🗓 Le 4/11 à 11H
📍 Paris Center Event
✍️ : https://t.co/T9k9qYAi6b https://t.co/bFBN9YnqWz

[PRENEZ RDV]
#Startups, vous avez des sujets liés aux fréquences ? À la commande publique ? Rencontrez nos experts #réglementations à l'occasion d'un rendez-vous !

Prenez RDV ici 👉https://t.co/a6WMOckVYp

@ugap @CNIL @Arcep @anfr @businessfrance https://t.co/PUIud1Q4wx

Savez-vous ce que sont les équipements radio à bande ultralarge (UWB) ? A quoi ils servent et pourquoi une réglementation spécifique est nécessaire ? Toutes les réponses à vos questions sur l’UWB ici : ⤵️
https://t.co/HojBadFGLD https://t.co/yDU59dzD1U

#recrutement 💼
L'@anfr recrute :

🆕Un(e) adjoint(e) au chef du service régional et chef(fe) département "contrôle de conformité".

https://t.co/LAMNBN8pBB https://t.co/dMrPppsEfE

ANFR a Retweeté

Un outil du quotidien, des enjeux pour aujourd'hui et pour demain #smartphone #5G intégré aux nombreuses actions du 4ème Plan national santé environnement @anfr @Ecologie_Gouv @Sante_Gouv @Economie_Gouv https://t.co/djDgIspLlO

🛰️Dans ce 3e épisode dédié à la recherche spatiale et aux communications avec Mars, découvrez les satellites qui gravitent autour de la planète rouge et leurs missions ! 🪐 https://t.co/a9fuDfiHTW https://t.co/1wFdACWbfS

Comment connaître l’exposition aux ondes dans son lieu d'habitation ? Que permettra le projet ambitieux de l’ANFR de simulation de l’exposition sur la France entière ? Les réponses dans le #podcast de l'ANFR avec @Conso_INC https://t.co/p4wMcWi2HR

Pour permettre au public de mieux connaître son exposition aux ondes, l'@ANFR prévoit, en lien étroit avec @Ecologie_Gouv, de réaliser une simulation de l'exposition "France entière". + d’infos sur ce projet grâce à cette interview croisée ⤵️ https://t.co/oP5zGnWd5O

Ce matin, @GillesBregant intervient aux Assises du Très Haut Débit pour parler « 5G et #openRAN : quelles nouvelles opportunités pour les collectivités publiques ? » #reseauxmobiles #connectivite https://t.co/pTnrz4RcKC

#LesMétiersAnfr
Les missions de l'ANFR ne se limitent pas à la terre ferme. L’@anfr contrôle aussi des équipements radio de nombreux navires français et étrangers.
Découvrez l’ITW de notre référent maritime Jean-Louis SCHMITZ.
https://t.co/48UK0nqi5Y https://t.co/APfBp0yt36

ANFR a Retweeté

📻 Dès le 12 octobre, le nombre de radios disponibles en numérique #DABplus augmente significativement sur les 2000 km de routes et d'autoroutes qui relient #Paris-#Lyon-#Marseille. Sans oublier le déploiement du DAB+ dans les villes de @Dijon, @Avignon et @VilleDeToulon ! https://t.co/0hA5txvp0L

L‘ANFR a installé des capteurs de mesures de l'exposition aux ondes dans plrs grandes villes de 🇫🇷 pour surveiller l’évolution de l’exposition du public aux ondes avec l’arrivée de la #5G. Comment fonctionnent ces capteurs ? Où trouver toutes les données ? https://t.co/62FMAmX2nK https://t.co/qlrgAhUkU6

🎓Comment les ondes interagissent-elles avec notre environnement ? Pourquoi il est parfois impossible d’envoyer des SMS dans le métro ou dans l’ascenseur ?...
C’est le sujet de notre nouvelle vidéo #ANFRacademie à découvrir ici ⤵️
https://t.co/YeoEI1erzX https://t.co/K1Y6ChrNvD

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur