retour en haut

Les femmes et les hommes de l'Agence

L’ANFR au féminin

A l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, l'ANFR met en lumière le travail de nos ingénieures et techniciennes : 3 témoignages de femmes qui exercent des missions techniques à l'ANFR !


Christian DUPART et Maxime ERAUD

Chargés de mission à la Direction des Conventions : gestion des Grands Événements

Pouvez-vous brièvement raconter vos parcours ?

C. DUPART : après mes études, j’ai fait l’école des sous-officiers d’active des transmissions d’Agen (47). J’ai ensuite été muté en 1979 à Orléans (45) en tant que sous-officier radio-crypto-télégraphiste. La radio HF cryptée était utilisée pour transmettre les communications sensibles de la chaine du grand commandement. Facilement projetable sur les théâtres d’opérations, j’ai enchainé les missions extérieures : Tchad, Liban, Nouvelle-Calédonie, Centrafrique, Yougoslavie, etc. En 1988, je suis retourné à l’école d’Agen mais en temps qu’instructeur-formateur pendant 5 ans. Puis je suis entré dans la Force d’Action Rapide où j’ai de nouveau multiplié les départs outre-mer : Liban, Cameroun… Par la suite, muté aux réseaux extérieurs du Secrétariat Général de la Défense et de la Sécurité Nationale à Paris pour une formation de renseignement pendant 3 ans, j’ai servi ensuite pendant quatre années comme radio-chiffreur au profit de l’Attaché de Défense à l’ambassade de France à Tel Aviv. C’est finalement en 2005, que j’ai posé mes bagages en Ile-de-France afin de rejoindre l’ANFR où j’ai pris en charge la cellule Grands Événements.

M. ERAUD : militaire de carrière, je me suis engagé en 2003 à l’âge de 16 ans dans un lycée militaire : l’École d’enseignement technique de l’armée de l’air en Charente-Maritime où j’ai obtenu mon bac en 2005. Par la suite, j’ai suivi une formation pour devenir technicien des systèmes et support de télécommunication. Lors de ma première affectation sur la base aérienne d’Orléans (45), j’ai servi en tant que technicien radio et téléphonie projetable de l’armée de l’air. Mon métier consistait à installer et mettre en œuvre tous les systèmes de surveillance d’information et de communication nécessaires à l’établissement des transmissions d’une base aérienne : les moyens de téléphonie, radio, radar et informatique. Dans ce cadre, j’ai servi en Afghanistan, à Djibouti, au Tchad, au Niger, en Sicile, en Norvège… et partout en France. En 2013, j’ai rejoint la base aérienne d’Évreux (27) où j’occupais le poste de gestionnaire de fréquences de circonstance du Ministère des Armées. Dans le cadre des opérations extérieures au Moyen-Orient ou en Afrique Subsaharienne, j’étais responsable de l’attribution et de l’utilisation du spectre radioélectrique des forces françaises déployées en coordination avec les nations hôtes. Sur le territoire national, j’assignais les fréquences temporaires dans les bandes de la Défense au profit de toutes les armées et de l’ANFR : sommets politiques, cérémonies militaires, évènements sportifs,… La cérémonie militaire du défilé du 14 juillet 2012 était ma première rencontre avec l’ANFR et plus précisément avec Christian. Sept ans plus tard, je suis devenu son binôme sur les Grands Évènements à l’Agence.

Quel est le rôle de la cellule Grands Événements ?

C. DUPART : un des rôles principaux de l’ANFR est de contrôler la bonne utilisation des fréquences. Pour assurer cette mission, nous pouvons être sollicités pour intervenir sur des Grands Événements de portée nationale voire mondiale : Tour de France, 24 Heures du Mans, Grand Prix de Formule 1, Roland Garros, Coupe du monde, les Sommets politiques (G8, G20)... Nous devons donc assurer le bon déroulement de l’événement en permettant la cohabitation sur un lieu bien précis d’une multitude de fréquences utilisées par de nombreux utilisateurs du spectre radioélectrique.

M. ERAUD : pour cela, il faut planifier, coordonner et attribuer les fréquences, ce qui permet de sécuriser les fréquences car leur utilisation est strictement encadrée par la loi. Il s’agit également de s'assurer de l'absence d'interférences pendant l’événement. Le contrôle des fréquences et des matériels utilisés est donc primordial. Tout cela s’effectue dans le cadre d’une action globale des différentes directions de l’ANFR.

Afin de remplir cet objectif, quelles sont vos missions ?

M. ERAUD : avant de se rendre sur l’événement qui est la partie visible de l’iceberg, un gros travail est effectué en amont. Il faut d’abord rencontrer les organisateurs, comprendre leur besoin et les enjeux de l’événement puis fixer un budget alloué à la gestion de l’évènement, le tout finalisé par la rédaction d’une convention qui liera les deux parties. Après la signature de la convention, nous pouvons entrer dans le vif du sujet.

C. DUPART : à ce moment-là, il faut être curieux, tout analyser et assimiler le plus d’éléments possibles afin de s’approprier au mieux le projet pour proposer un plan d’action pertinent. En fonction de la taille de l’événement, sa préparation peut prendre jusqu’à 7 mois pour les plus importants ! Il en découle au final une note de cadrage fixant la définition et les formalités du projet puis les méthodes qui seront utilisées sur le terrain. 

M. ERAUD : un peu avant l’événement nous effectuons une reconnaissance de site pour savoir où et comment installer notre matériel de pointe. Une fois arrivé sur l’événement, nous vérifions la conformité du plan de fréquences en réalisant des contrôles auprès des demandeurs (médias, sécurité, etc.) et mesurons les fréquences programmées dans leurs équipements. Nous traitons également les cas de brouillages qui peuvent provenir d’une mauvaise utilisation des fréquences voire d’une utilisation illégale. Nous sommes en quelque sorte les gardiens du spectre et nous pouvons appliquer ,si nécessaire, une taxe en cas d’utilisation illicite de fréquences. En effet, la diffusion d’un événement en direct concentre énormément d’enjeux financiers, et un événement récurrent comme le Tour de France est diffusé dans plus de 190 pays. Enfin, après l’événement il y a une troisième et dernière phase : l’établissement d’un compte-rendu et sa restitution.

C. DUPART : en fait, l’organisateur bénéficie de notre expertise technique à travers la gestion de nos ressources et de nos moyens. Nous nous appuyons sur les compétences des agents des services régionaux, répartis sur l’ensemble du territoire. Nous travaillons de concert avec tous les acteurs de l’événement : les organisateurs, la sécurité, les diffuseurs et les médias grands consommateurs de fréquences. Nous sommes un peu des chefs d’orchestre et notre rôle est d’éviter les fausses notes.

Quelles sont les contraintes de ce métier ?

C. DUPART : les contraintes sont celles liées à l’événementiel. Nous avons des périodes de fortes sollicitations, il faut donc énormément d’anticipation. Par exemple, en 2021, 8 événements sont prévus en 4 mois, parmi lesquels : Roland-Garros, les 24 heures du Mans, le salon de l’aéronautique du Bourget, deux Grands Prix de Formule 1, le Tour de France etc. Il ne faut donc rien laisser au hasard, essayer de tout prévoir, même l’imprévu ! Mais surtout faire preuve d’une grande souplesse pour s’adapter à l’événement qui n’est pas à l’abri de contraintes et de contingences comme nous l’avons vécu en 2020 avec la crise sanitaire.

M. ERAUD : tout à fait, travailler dans l’événementiel, c’est vivre l’événement à 100%, le suivre de ses prémices à sa clôture, œuvrer notamment les week-ends et sur de longues plages horaires et se déplacer dans toute la France. À côté de ça, on apprécie de pouvoir travailler avec les services régionaux, on connait tous les techniciens et c’est très gratifiant.

Qu’est-ce qui vous plait dans votre métier et quelles qualités faut-il ?

C. DUPART : il faut avoir une appétence pour les nouvelles technologies. Quand elles évoluent, nos métiers aussi. Les Grands Événements sont des laboratoires technologiques, les organisateurs se permettent de tester de nouveaux procédés. J’ai pu voir les premières diffusions de la télévision en HD, en 3D puis en 4K et maintenant en 8K via la 5G. Les premiers essais de la 4G lors du tournoi de Roland Garros ne furent pas de tout repos et l’ANFR a su, grâce à son statut et à ses compétences reconnues de tous, pacifier des rapports tendus entre l’organisateur et les opérateurs de téléphonie mobile. Nous sommes en première ligne des évolutions ! 

M. ERAUD : nous sommes autonomes, j’apprécie pouvoir prendre un événement à bras le corps, le suivre de A à Z. La partie terrain me plait aussi beaucoup, notre quotidien est très varié, les jours ne se ressemblent pas. Il faut donc pouvoir s’adapter aux situations et à ses interlocuteurs afin de pouvoir créer une relation de confiance.

C. DUPART : le sens du contact et du relationnel sont primordiaux. Nous sommes amenés à échanger avec des personnes de tous horizons : des demandeurs qu’ils soient de la sphère du privé ou des grands ministères, aux journalistes, en passant par les techniciens. Nous travaillons en toute confiance avec un panel de différents acteurs et la notion de partenariat prend ici tout son sens.

[PRENEZ RDV]
#Startups, vous avez des sujets liés aux fréquences ? À la commande publique ? Rencontrez nos experts #réglementations à l'occasion d'un rendez-vous !

Prenez RDV ici 👉https://t.co/a6WMOckVYp

@ugap @CNIL @Arcep @anfr @businessfrance https://t.co/PUIud1Q4wx

Savez-vous ce que sont les équipements radio à bande ultralarge (UWB) ? A quoi ils servent et pourquoi une réglementation spécifique est nécessaire ? Toutes les réponses à vos questions sur l’UWB ici : ⤵️
https://t.co/HojBadFGLD https://t.co/yDU59dzD1U

#recrutement 💼
L'@anfr recrute :

🆕Un(e) adjoint(e) au chef du service régional et chef(fe) département "contrôle de conformité".

https://t.co/LAMNBN8pBB https://t.co/dMrPppsEfE

ANFR a Retweeté

Un outil du quotidien, des enjeux pour aujourd'hui et pour demain #smartphone #5G intégré aux nombreuses actions du 4ème Plan national santé environnement @anfr @Ecologie_Gouv @Sante_Gouv @Economie_Gouv https://t.co/djDgIspLlO

🛰️Dans ce 3e épisode dédié à la recherche spatiale et aux communications avec Mars, découvrez les satellites qui gravitent autour de la planète rouge et leurs missions ! 🪐 https://t.co/a9fuDfiHTW https://t.co/1wFdACWbfS

Comment connaître l’exposition aux ondes dans son lieu d'habitation ? Que permettra le projet ambitieux de l’ANFR de simulation de l’exposition sur la France entière ? Les réponses dans le #podcast de l'ANFR avec @Conso_INC https://t.co/p4wMcWi2HR

Pour permettre au public de mieux connaître son exposition aux ondes, l'@ANFR prévoit, en lien étroit avec @Ecologie_Gouv, de réaliser une simulation de l'exposition "France entière". + d’infos sur ce projet grâce à cette interview croisée ⤵️ https://t.co/oP5zGnWd5O

Ce matin, @GillesBregant intervient aux Assises du Très Haut Débit pour parler « 5G et #openRAN : quelles nouvelles opportunités pour les collectivités publiques ? » #reseauxmobiles #connectivite https://t.co/pTnrz4RcKC

#LesMétiersAnfr
Les missions de l'ANFR ne se limitent pas à la terre ferme. L’@anfr contrôle aussi des équipements radio de nombreux navires français et étrangers.
Découvrez l’ITW de notre référent maritime Jean-Louis SCHMITZ.
https://t.co/48UK0nqi5Y https://t.co/APfBp0yt36

ANFR a Retweeté

📻 Dès le 12 octobre, le nombre de radios disponibles en numérique #DABplus augmente significativement sur les 2000 km de routes et d'autoroutes qui relient #Paris-#Lyon-#Marseille. Sans oublier le déploiement du DAB+ dans les villes de @Dijon, @Avignon et @VilleDeToulon ! https://t.co/0hA5txvp0L

L‘ANFR a installé des capteurs de mesures de l'exposition aux ondes dans plrs grandes villes de 🇫🇷 pour surveiller l’évolution de l’exposition du public aux ondes avec l’arrivée de la #5G. Comment fonctionnent ces capteurs ? Où trouver toutes les données ? https://t.co/62FMAmX2nK https://t.co/qlrgAhUkU6

🎓Comment les ondes interagissent-elles avec notre environnement ? Pourquoi il est parfois impossible d’envoyer des SMS dans le métro ou dans l’ascenseur ?...
C’est le sujet de notre nouvelle vidéo #ANFRacademie à découvrir ici ⤵️
https://t.co/YeoEI1erzX https://t.co/K1Y6ChrNvD

#lesEnquêtesANFR
Panne de surf en Polynésie française ! Que se passe t'il lorsque la 4G ne passe plus sur le front de mer de Papeete et qu'il n'est plus possible de surfer sur internet avec son 📱? L' @anfr s’est penchée sur cette affaire insolite ... ⤵️
https://t.co/rd0NSkgfpp https://t.co/nNMqMeAa2J

Des experts de l’@anfr sont intervenus hier soir lors de la visioconférence « la 5G et les nouveaux usages du numérique » organisée par la @villedestbrieuc, pour donner des informations sur la technologie 5G, l’état du déploiement et les contrôles réalisés par l’ANFR. ⤵️ https://t.co/69Ih4JTB8G

[Prenez RDV] #Fréquences #Startups, des questions sur le fonctionnement et l’accès à certains domaines ? L'@anfr vous éclaire sur leurs réglementations spécifiques.
Prenez RDV (à distance pour le moment) ➡️ https://t.co/z5HPPjD2Tn https://t.co/CZIdqDSIHZ

Eric Fournier, directeur de la planification du spectre et des affaires internationales à l’@anfr, intervient ce matin à la conférence « Connecting tommorrow – 5G, broadband and beyond » pour parler de 5G et d'une utilisation + efficace du spectre.
https://t.co/2aggLKJAzv https://t.co/lM7zWg9IG6

Accueil d’une délégation de haut niveau de l’@Artp_Senegal le 6 octobre en vue d’aborder les missions @ANFR, la planification des bandes #5G, l’exposition du public, les sites et servitudes radioélectriques, les licences radio maritimes et le service radioamateur. https://t.co/DcoAE8lGnd

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er octobre :
@orange (26 915 sites, +216 en septembre)
@SFR (22 488 sites, +80)
@bouyguestelecom (22 171 sites, +110)
@free (20 710 sites, +176)

https://t.co/IjoeqV9Ge1 https://t.co/d59CtmcFxS

[#ObservatoireANFR] 📱📊
Au 1er octobre, 57 754 sites #4G sont autorisés par l' @anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.
https://t.co/hbmVDGmk6U https://t.co/Ck8KDtsD4c

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur