retour en haut

Detail of the news

L'harmonisation européenne pour les radiocommunications ferroviaires prépare l'avenir

17/11/2021

Le système de radiocommunications actuellement utilisé dans le domaine ferroviaire, le GSM-R, déclinaison du système mobile 2G, a bénéficié jusqu’à présent d’une harmonisation européenne de 2x4 MHz dans la bande 900 MHz,  qui lui a permis de se déployer à travers toute l’Europe. Plus de 16 000 kms de voies ont ainsi été progressivement équipés en France. Les déploiements ont révélé des difficultés de coexistence avec les réseaux mobiles commerciaux qui exploitent des bandes de fréquences adjacentes. Pour les résoudre ont été mises en œuvre des mesures correctives au sein des équipements embarqués dans les trains ainsi qu’une procédure permettant de prévenir les brouillages du GSM-R par un réseau mobile et d’intervenir rapidement lorsqu’ils surviennent.

L’obsolescence du GSM-R et l’émergence de nouvelles applications (train automatique, pilotage à distance d’un train, capteurs…) ont mis en évidence, au milieu de la précédente décennie, de nouveaux besoins en fréquences. Soutenus par une harmonisation européenne obligatoire, ils permettront au secteur de faire migrer le système historique vers la nouvelle génération et d’accompagner l’essor de nouveaux usages. Les acteurs ferroviaires sont en effet investis depuis plusieurs années dans un ambitieux projet, le « futur système de communications mobiles ferroviaires » (FRMCS), porté par l’Union Internationale des Chemins de fer.

L’adoption par la Commission européenne, le 28 septembre 2021, de la Décision (UE) 2021/1730 fixant les conditions d’utilisation des fréquences 874.4-880 MHz / 919.4-925 MHz et 1900-1910 MHz répond à cette attente et marque un jalon structurant du projet FRMCS.

Ces travaux d’harmonisation présentaient plusieurs enjeux pour le monde ferroviaire :  par exemple, la possibilité de réutiliser des sites radio GSM-R existants afin de réduire les investissements pour la future génération, de déployer sans avoir à se coordonner avec les réseaux mobiles, ou encore d’entériner le caractère critique des communications ferroviaires[1]… Tout au long de ces années, l’ANFR a activement contribué à ces travaux européens au sein de la CEPT et du RSCOM.

Par ailleurs, la bande 900 MHz, très convoitée en raison de ses caractéristiques de propagation et de pénétration, a requis des arbitrages lors des travaux d’harmonisation européens pour répondre à l’ensemble des besoins et pour élaborer des conditions de coexistence entre applications. En effet, outre le secteur ferroviaire, le Ministère des Armées et l’Internet des objets sont aussi présents en bande 900 MHz.

Ces dispositions harmonisées réunissent, sous le vocable radio mobile ferroviaire (RMR), le GSM-R et le futur système (FRMCS) dans ses composantes large-bande (5G) et bande-étroite (NB-IoT). Elles définissent les conditions d’utilisation obligatoires des fréquences par ces systèmes. Le secteur va ainsi bénéficier d’un supplément de 2 x 1,6 MHz dans la bande 900 MHz et de la bande 1900-1910 MHz comme complément.

Tous les pays de l’Union européenne n’ont cependant pas les mêmes besoins en fréquences et, au sein d’un même pays, les lignes ferroviaires diffèrent également. Ainsi le corridor de la Baltique, qui s’étend de la Finlande au Bénélux via les pays baltes, la Pologne et l’Allemagne, profitera-t-il probablement du nouveau système FRMCS sans déploiement préalable du GSM-R. Ce cadre réglementaire obligatoire fixe un calendrier très court de mise à disposition des fréquences additionnelles de 2 x 1,6 MHz afin de répondre aux besoins les plus urgents de certains pays. La bande complémentaire, qui doit être mise à disposition au plus tard en 2025, sera exploitée pour permettre dans un premier temps l’exploitation en parallèle du GSM-R et de son successeur, puis l’essor des nouvelles applications. Néanmoins, certains pays, comme le Danemark, étudient la possibilité de s’appuyer sur des réseaux mobiles commerciaux pour le futur système de communications ferroviaires. Une telle orientation risque de se heurter à la criticité des communications et aux spécificités du secteur ferroviaire, même si l’agence européenne des chemins de fer (ERA) a ouvert le dossier.

Tirant parti des enseignements du GSM-R, les conditions d’utilisation des fréquences par le FRMCS s’affranchissent des mesures de coordination. Conformément aux conclusions des études de la CEPT, elles font l’hypothèse que les stations de base des réseaux mobiles commerciaux à proximité des stations de base ferroviaires auront une sélectivité améliorée lorsque les déploiements FRMCS commenceront. Par ailleurs, pour la première fois, la Commission impose des conditions techniques aux récepteurs large-bande des équipements radio embarqués dans les trains (appelés « cab-radio ») et des stations de base RMR. Elles devront être reprises dans les futures normes en cours de rédaction à l’ETSI.

Si cette Décision marque une étape importante du projet FRMCS, elle ne met pas fin aux travaux dans le domaine des fréquences. Des activités sont engagées à la CEPT afin d’apporter de la visibilité sur les conditions de coordination aux frontières, avec une attention particulière portée à la bande 1900-1910 MHz dans laquelle le TDD impose une synchronisation entre réseaux voisins, à l’image de la 5G dans la bande 3,5 GHz. L’ANFR, afin de donner la base juridique pour les futures autorisations délivrées par l’Arcep, va également référencer cette nouvelle Décision européenne dans le tableau national de répartition des bandes de fréquences (TNRBF) : tout d’abord dans la bande 900 MHz, celle-ci ayant déjà été réorganisée lors de le mise en œuvre de la Décision (UE) 2018/1538 (IoT, RFID, AFP) qui imposait de réserver les 2 x 1,6 MHz pour le ferroviaire ; puis, dans un second temps, dans la bande 1900-1910 MHz.


[1] Si le cab-radio subit un brouillage, les règles de circulation imposent l’arrêt du train.

#25AnsANFR🎂 #1jour1date Le 5 avril 2016, c’est le passage à la #TNT HD ! L’@anfr lance une campagne d’information incitant les téléspectateurs à se munir d’un téléviseur ou d’un adaptateur compatible HD pour continuer à recevoir la TNT. ©M.Chalvin https://t.co/jhZ2jEvCUR

#EU5GConf Lors de la session sur les verticaux, Eric Fournier évoque la connectivité 5G pour des applications locales (industrie, media, transport/logistique, agriculture) : de futures bandes harmonisées à 4 GHz (autorisations générales) et à 6 GHz (autorisations individuelles) ? https://t.co/jHAlKKS9Df

.@GillesBregant , DG de l’@ANFR et Eric Fournier, Directeur de la planification du spectre et des affaires internationales, interviennent aujourd’hui à la Conférence européenne sur la #5G.
Pour plus d'informations et pour suivre l'événement ⤵️
https://t.co/H1y3WdS2Kg #EU5GConf https://t.co/f34OdNz3d8

« Ce n’est pas la 5G qui perturbe les radioaltimètres, ce sont plutôt ces derniers qui sont mal préparés à l’apparition de la 5G » ⁦⁦@GillesBregant⁩ 👇 https://t.co/oOZlPcoH2b

#25AnsANFR🎂 #1jour1date le 2 avril 2015, l’@anfr publie ses 1ers jeux de données en #opendata sur le site gouvernemental https://t.co/vM0dSfHuVG. Ces données ouvertes donneront lieu à l’organisation de hackathons annuels dédies aux fréquences : « les Fr’Hacks » ©M.Chalvin https://t.co/ua8HBlCVpX

[in English] The ANFR has published in English the first results of measurement of public exposure to waves carried out before and after the #5G roll out in 1500 sites in France.

https://t.co/Qjw8jrhyoZ https://t.co/cRFojVtYwd

L’ANFR est intervenue la semaine dernière à Lorient avec la @DGA sur la future frégate de la @MarineNationale, la FREMM Lorraine, pour vérifier les nombreux systèmes de transmission par fréquences, à l’approche des 1ers essais en mer https://t.co/CgIMi2hmaH

#25AnsANFR🎂 #1jour1date 29 janvier 2015 : la Loi dite « Abeille » (Loi sur la sobriété, la transparence, l’ information et la concertation en matière d’exposition aux ondes) confie à l’ANFR de nouvelles missions, notamment le recensement des points atypiques ©M.Chalvin https://t.co/vAWYLalkQz

🎙️Retrouvez l’intervention de @gillesbregant, DG de l’@anfr, ce matin sur @Franceculture pour répondre à la question « la 5G peut-elle perturber le trafic aérien ? »
L’intégralité de l’interview en replay : La 5G peut-elle perturber le trafic aérien ? ⤵️https://t.co/Jg4TeCENXs https://t.co/9x5S4ADyAZ

#25AnsANFR🎂 #1jour1date Depuis le 1er janvier 2014, l’@ANFR gère le dispositif national de contrôle et de mesures des ondes, qui permet aux particuliers et aux collectivités de faire des demandes de mesures d’exposition. ©M.Chalvin https://t.co/x7GMziudNi

#25AnsANFR🎂 #1jour1date 1er novembre 2012 : l’@ANFR autorise les 1ères implantations de sites 4G et publie son 1er #observatoire du déploiement des réseaux mobiles, qui rend le processus de déploiement des opérateurs mobiles plus transparent. ©M.Chalvin https://t.co/YUIv3Sgj1h

ANFR a Retweeté

L’oreillette divise par 10 votre exposition aux ondes des smartphones https://t.co/OI9xOJyDma

#25AnsANFR🎂 #1jour1date 8 mai 2012 : refonte des certificats radioamateurs français en un seul certificat « HAREC », qui permet une reconnaissance avec les certificats étrangers et autorise le mode numérique. ©M.Chalvin https://t.co/xDRLTuVTvh

ANFR a Retweeté

Pour le bon réseau, je vous renvoie à cette étude de l'@anfr: appeler dans de bonnes conditions peut diviser le niveau d'exposition... par 32.000.

Donc on évite les coups de fil dans le train. En plus ça énerve tout le monde.

https://t.co/WANe44JtCS

ANFR a Retweeté

Avions et 5G : pourquoi la France a moins de soucis que les États-Unis https://t.co/oiAsMf4vqP https://t.co/teDIvyqRyK

L’ANFR publie ce jour une étude sur l’exposition aux ondes du téléphone portable utilisé avec un kit oreillette : cette utilisation permet de réduire d’un facteur 10 en moyenne son exposition aux ondes, comparé à un usage direct de son téléphone portable.
https://t.co/rV86kvbq2m https://t.co/xETs9bPcMz

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil