retour en haut

Actualité

Les enquêtes de l'ANFR : nuages d’orage sur l’écran radar...

01/07/2020

Montclar : 161 habitants et un radar météo ultra-moderne inauguré en 2005, qui couvre le Tarn et l’Aveyron, sentinelle des risques d’inondation. Il scrute l’horizon en permanence, capable de détecter des nuages chargés de pluie à plus de 100 km à la ronde. Pourtant, depuis plusieurs semaines cet hiver, les ingénieurs de Météo France s’interrogent : comme l’illustre le graphique ci-dessous, une file de nuages fixes s’affiche sans discontinuer en direction de l’ouest. Quelques coups de fil avaient permis bien vite de s’en assurer : pas de pluie à l’horizon, tout cela n’a décidément rien de météorologique…

Au site toulousain de Météo France, le diagnostic a été vite posé : il s’agit d’un faux écho, provoqué par un émetteur distant. En effet, le radar envoie régulièrement des trains d’ondes à 5 GHz, puis tend l’oreille pour détecter des nuages dont le chargement menaçant (pluie, grêle, voire neige) renvoie un écho. Si, dans la même direction, un émetteur, même peu puissant, utilise cette même fréquence, les capteurs très sensibles du radar perçoivent un signal qu’ils peuvent interpréter comme l’écho. Un nuage insolite prend alors forme sur l’écran.

Toulouse abrite également un service régional de l’ANFR et les deux administrations sont souvent en relation : entre satellites et radars, cela fait en effet des décennies que la météo ne se pratique plus à l’œil nu, mais passe par les fréquences. L’alerte est donc donnée, et le SR entre en action.

La première étape, incontournable, est de se rendre à Montclar. Malgré le confinement, les 140 km qui séparent le SR du site sont rapidement franchis. Là, les agents de l’ANFR connectent leurs appareils sur le radar, préalablement éteint, pour enregistrer les caractéristiques du signal capté par l’antenne ultra-sensible du récepteur d’échos. A première vue, il s’agit d’un réseau local. Mais, à cette distance, impossible d’en savoir plus : on ne peut capter aucun des identifiants du réseau…

Les agents de l’ANFR, avant de regagner leur véhicule, jettent un regard désabusé vers le soleil couchant : certes, la vue est superbe, de ce promontoire. Mais trouver un réseau WiFi inconnu, dans un cône de 10° d’angle (entre 260 et 270°), qui pourrait, s’il est puissant, se trouver jusqu’à 100 km de là ? Autant chercher une aiguille dans une botte de foin !… Et le relief et les virages des routes de l’Aveyron, du Tarn voire du Tarn-et-Garonne ne vont pas simplifier la tenue du cap ! Bien sûr, en hélicoptère, plein gaz dans l’azimut 265°... 

Mais revenons sur terre ! Il faut donc lancer le camion sur les routes, en détectant tous les réseaux émettant dans la bande des 5 GHz – l’une des deux bandes du WiFi : une gageure. Voici donc notre camion ANFR transformé pour l’occasion en « Google Car » : sur les 50 km qui séparent Montclar d’Albi, les appareils ont engrangé pas moins de 1 901 réseaux WiFi 5 GHz en activité ! Il est vrai que, confinement oblige, tous les échanges passent par les réseaux électroniques, et le sans-fil est plus incontournable que jamais. Au retour, en dépouillant les caractéristiques de chaque réseau et en les confrontant avec les données extraites du radar, les possibilités finissent par retrouver taille humaine : seuls 16 de ces réseaux émettent des fréquences réellement compatibles avec le brouillage constaté. Il « suffira » donc de revenir sur place pour caractériser chacun des émetteurs suspects.

Toujours en plein confinement, lestés de toutes les attestations nécessaires, les contrôleurs poursuivent alors leur traque dans le Tarn, autour d’Albi. D’abord l’ouest : le premier jour est consacré à l’exploration des 20 km qui séparent Senouillac d’Albi. Le lendemain permet de passer au crible 10 km entre Saint-Grégoire et Lescure d’Albigeois, puis la vingtaine de kilomètres à vol d’oiseau entre Sérénac et Cadix. De 16, l’on passe à 3 émetteurs plausibles : trois réseaux exploitant 20 MHz autour de 5620 MHz qui pourraient perturber le radar, qui fonctionne à 5625 MHz et. Il ne reste donc plus qu’à trouver le propriétaire de chaque émetteur pour qu’il l’arrête, puis à vérifier l’effet produit quelques 50 km plus à l’est, à Montclar…

L’équipe commence par l’est d’Albi, plus proche du radar. Mais à Saint-Grégoire-Eglise, malgré l’arrêt temporaire du réseau, le brouillage persiste… Ensuite, c’est le réseau RLAN de Saint-Cirgue qui est interrompu. Sans résultat ! Il ne reste alors qu’une seule possibilité : le dernier émetteur se trouve en effet sur la commune de Gaillac, à l’ouest d’Albi. C’est ainsi que nos agents parviennent finalement à réduire au silence un émetteur WiFi situé sur un château d’eau, dans un hameau de Gaillac. La confirmation tombe enfin : les brouillages ont bel et bien cessé.

La société responsable du dispositif a constaté que son équipement était défectueux : la gestion de puissance était devenue inopérante et le dispositif émettait non seulement en continu, mais à pleine puissance ! L’équipement a été remplacé quelques jours plus tard et le réseau n’a plus fait parler de lui. En effet, les RLAN à 5 GHz comportent obligatoire un DFS (système dynamique de sélection de fréquence) : ils reconnaissent les impulsions des radars météo et s’installent alors automatiquement sur des fréquences différentes.

L’émetteur se situait à 61 km à vol d’oiseau du radar météo.

Bon à savoir

Une partie de la bande de fréquences 5 GHz héberge des applications autorisées telles que des radars météorologiques de Météo-France. Ces derniers localisent dans un rayon de plus de 100 km les zones de précipitations (pluie, neige, grêle) et mesurent leur intensité afin de générer une cartographie des précipitations pour des prévisions météorologiques. Quand on installe un réseau local sans fil (RLAN) dans la bande de fréquence 5 GHz, comme par exemple un réseau WiFi, il est essentiel de suivre les règles en vigueur, notamment pour protéger ces radars météorologiques. Le détenteur d’un matériel RLAN ou WIFI est garant de l’utilisation conforme des fréquences et est responsable pénalement si son équipement est à l’origine d’un brouillage ! Le responsable d’un brouillage par manquement réglementaire  encourt des sanctions pénales qui peuvent aller jusqu’à six mois d’emprisonnement et 30.000 € d’amende en application de l’article L39-1 du CPCE. Il encourt par ailleurs une taxe de 450 euros pour frais d’intervention de l’ANFR.

#recrutement
L'@anfr recrute :
▶️ Un(e) assistant(e) de direction à la direction générale
🆕 https://t.co/sqP2CMTHoy https://t.co/rx5UHcxiyg

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Le bilan des sites #4G mis en service en métropole au 1er décembre :
@orange (27 195 sites, +175 en novembre)
@SFR (22 649 sites, +66)
@bouyguestelecom (22 499, +125)
@free (21 092 sites, +220)

https://t.co/XegIAyg8Zm https://t.co/U0Ejd3jC2X

Au 1er décembre 2021, 58 558 sites #4G sont autorisés par l'@anfr en France : découvrez l’étude complète sur l’évolution déploiement des réseaux #mobiles en métropole et Outre-Mer.
https://t.co/kGB3aEyBQX https://t.co/05XfgaPwLf

[ObservatoireANFR] 📱📊
Sur les 30 968 sites 5G autorisés, 67,7 % d’entre eux sont déclarés techniquement opérationnels selon les opérateurs, soit 20 954 sites allumés. Plus d’infos sur l’évolution de ces chiffres depuis janvier 2021.
https://t.co/T5qUEvcmCf https://t.co/iefhRkmlFg

[#ObservatoireANFR] 📱📊

Au 1er décembre, 30 968 sites #5G sont autorisés en France par l’@anfr tous opérateurs confondus, soit une ⬆️ de 2,9 % p/r au mois dernier. Découvrez les analyses d’évolution des sites 5G par opérateur et bande de fréquences.
https://t.co/Lx4Az8GcFN https://t.co/9rxAnTN43j

Encore quelques jours pour vous inscrire au 4e atelier des #fréquences de l’@anfr sur le partage du spectre. Les sujets à l’ODJ :
🔺Etat des lieux sur le partage du spectre en 🇪🇺
🔺Les actions de l’@Arcep
🔺Comment encourager le partage du spectre ?

🔗 https://t.co/cZOK8bHxwG https://t.co/LaJgCMPnrK

Quel est le point commun entre le Global Citizen live, le sommet Afrique-France et le Qatar Prix Arc de Triomphe? Ils ont tous fait appel à l'@anfr pour planifier les fréquences temporaires nécessaires à ces événements et garantir l'absence de brouillage ! https://t.co/SSi16zxadb https://t.co/CWZngdFLpQ

🛰️ Dans ce 4eme et dernier épisode de la revue scientifique de l'@anfr sur la recherche spatiale et les communications avec Mars, découvrez comment se font les communications entre la planète rouge et la Terre
🪐 https://t.co/j6a3reUXh1 https://t.co/0E2UapcIsK

L’@anfr vous présente sa nouvelle brochure pédagogique « Tout comprendre sur la mesure d’exposition aux ondes ». Comment se déroule une mesure ? Que mesure-t-on ? Quelles conclusions tirer des niveaux mesurés ? A télécharger ici : ⤵️
https://t.co/u045ebi6mp https://t.co/fsPrn7Qc47

Participez au 4e atelier des #fréquences de l’@anfr « Le partage du spectre, où en sommes-nous ? Comment changer de paradigme ? ». Cet atelier sera l’occasion de faire un état des lieux et d’identifier les actions pour encourager le partage. https://t.co/9FzpDpqCa1 https://t.co/6vkZaKjFFU

Le #RSPG met en consultation son programme de travail pour 2022-2023 Principaux thèmes : #6G , #UHF, extinction #2G et #3G, CMR-23, lutte contre le changement climatique, coordination aux frontières et revue des pairs⤵️
https://t.co/h8oigVG0uG https://t.co/4Pfyr3Oavt

Les résultats de la consultation publique du RSPG sur les politiques du spectre pour répondre aux défis du changement climatique sont désormais disponibles. Prochaine étape : des recommandations du groupe d’experts à la @EU_Commission. Pour en savoir + :
https://t.co/vKnVCxNb3Y https://t.co/4NcF37Am30

Félicitations à Eric Fournier, directeur des affaires internationales à l’@anfr, nouveau président à partir du Ier/01/22 du Radio Spectrum Policy Group (RSPG), le groupe consultatif
européen qui assiste la Commission européenne sur la politique du spectre des #fréquences. https://t.co/ABLfUSMlyy

#recrutement 💼

L'@anfr recrute :
▶️ Un(e) technicien(ne) en radiofréquences au département " contrôle de conformité "

📍Donges

🆕 https://t.co/sqP2CMTHoy https://t.co/jO0AeYDrg1

Vous souhaitez savoir si la 5G est bien reçue par votre smartphone sur un parcours donné ? L’appli #Openbarres de l'@anfr permet désormais cette fonctionnalité avec l’affichage et l’enregistrement de la puissance du signal 5G ! https://t.co/kqBcSZDZkM

Perturbation des chaînes de la #TNT dans les @DeuxSevres et les départements alentours suite à une panne électrique sur l’émetteur de Parthenay Amailloux. Des interventions des diffuseurs sont en cours pour résoudre l’incident au + vite. + d’infos : https://t.co/xmbgCTvDYF https://t.co/sEpW34Gku6

Où en est le futur système de communications mobiles ferroviaires ? La @EU_Commission vient d'adopter une décision en faveur de la migration du système actuel, le GSM-R, devenu obsolète, vers la nouvelle génération de la radio mobile ferroviaire. ⤵️https://t.co/5C7hJ1zL6P https://t.co/GUAfLB72ZS

« La CMR, à quoi ça sert ? » - C’est la nouvelle série de l’ANFR qui explique chaque mois, dans sa newsletter, les grands enjeux de demain sur les communications sans fil, qui seront abordés lors de la Conférence Mondiale des Radiocommunications de 2023 (CMR-23) https://t.co/4GrQvluwHF

Nous avons un problème

Une erreur est survenue, merci de contacter un administrateur

Recevez l'actualité de l'anfr

> Modifier votre profil