ELF

Les antennes des émetteurs radioélectriques n’émettent pas de rayonnements extrêmement basse fréquence (quelques dizaines de Hz). Elles ne sont pas conçues pour cela. Elles sont conçues pour émettre pour la radiodiffusion (FM et TV) autour de quelques centaines de MHZ (fréquence de l’onde porteuse), et pour la téléphonie mobile autour de quelques centaines à quelques milliers de  MHZ (fréquence de l’onde porteuse voisine de 900 MHZ, 1 800 MHZ ou 2 100 MHZ).

L’émission d’un rayonnement ELF ne doit pas être confondue avec la modulation d’un rayonnement hyperfréquence, qu’il soit FM, TV ou téléphonie mobile. C’est cette modulation du rayonnement hyperfréquence qui « contient » le signal à transmettre, que cette modulation soit analogique ou, sous forme codée, numérique. Sans modulation du rayonnement de l’onde porteuse, il n’y a pas de signal, donc pas de diffusion (TV, FM) ou pas de communication (téléphonie mobile).

Par ailleurs, le fonctionnement discontinu du téléphone portable GSM conduit l’alimentation de ce téléphone GSM à produire, lorsqu’il est en émission, un champ ELF de faible niveau à la fréquence de cette discontinuité, c’est-à-dire à 217 Hz.

Les alimentations des stations de base, GSM ou UMTS, comme tous les équipements électriques, qu’ils soient domestiques ou industriels, produisent des champs électromagnétiques, notamment avec une composante à 50 Hz. C’est pour cette raison qu’elles sont protégées (« blindées »), dans le cadre général des technologies du domaine de la compatibilité électromagnétique, qui n’est aucunement spécifique des équipements hertziens. Ce domaine répond à une réglementation fondée sur la directive européenne 2004/108/CE et un corpus complet de normes harmonisées.

Diminuer la taille des caractères