Accessibilité

Aide

retour en haut

Définition et contexte

Un réseau PMR (professional mobile radio)

  • Réseau indépendant.
  • Fonctionnant sur des bandes de fréquences du service mobile.
  • Distinct des réseaux mobiles ouverts au public classiques (réseaux de 2ème, 3ème ou 4ème génération).
  • Mis en œuvre pour répondre à des besoins professionnels.
  • Couverture le plus souvent locale ou régionale.
  • Peut fournir des services de protection publique et de secours en cas de catastrophes (PPDR: public protection and disaster relief).

 

Une grande diversité d’utilisateurs

  • Des entreprises, depuis le professionnel indépendant jusqu’aux grands groupes, couvrant différents secteurs d’activités tels que :

    • les transports (entreprises de transports routiers, sociétés de bus, de taxis, services aéroportuaires, sociétés d’autoroutes, ambulanciers…) ;
    • la sécurité et le gardiennage ;
    • le bâtiment et les travaux publics ;
    • l’énergie ;
    • l’industrie.

  • Des associations dans le cadre d’activités sportives ou de loisirs.
  • Des services de l’Etat, hôpitaux, collectivités locales, établissements publics.

 

Un nombre élevé d’installations

Au 31 décembre 2014, le nombre de réseaux PMR gérés par l’ANFR s’élevait à 26 070.

En 2014, l’ANFR a instruit 3955 demandes portant sur l’utilisation de fréquences pour des réseaux PMR, réparties ainsi :

  • 1 279 demandes d’autorisation ;
  • 823 demandes de modification ;
  • 1 853 demandes d’abrogation.

En plus de ce flux courant de demandes, l’année 2014 a été marquée par un volume important de renouvellements. L’ANFR a ainsi procédé au traitement de données pour 10 752 dossiers de renouvellements.

A cela s'ajoutent :

  • les nombreuses installations destinées à fournir des services de type PMR, mises en œuvre dans des bandes de fréquences affectées à l’ARCEP et dont l’utilisation est soumise à un régime d’autorisation générale ;
  • les réseaux mis en œuvre dans des bandes de fréquences dont le ministère de la défense et le ministère de l’intérieur sont affectataires.

 

Une grande diversité dans l’ampleur des installations

De nombreuses utilisations correspondant à des flottes de terminaux de type talkie-walkie en communication directe ou avec une infrastructure locale limitée.

  • Installations mises en œuvre par exemple par de petites entreprises.
  • Fourniture essentiellement de services de voix.

Quelques réseaux d’ampleur régionale, parfois nationale, avec une architecture s’appuyant sur un  nombre significatif de stations de base.

  • Technologies numériques de type TETRA, TETRAPOL ou GSM-R.
  • Fourniture de services de voix et d’échange de données.

 

Technologies mises en œuvre

Des technologies analogiques, mises en œuvre par de nombreuses installations déployées de longue date.

  • Fourniture de services de voix et de services complémentaires de type messages courts, localisation, appels d’urgence.
  • Canalisations de 6,25 ou 12,5 kHz.

Les technologies numériques, introduites depuis le milieu des années 1990, prennent une importance croissante, au fur et à mesure du renouvellement des installations.

Cette fourniture de services de voix et d’échange de données se distingue par :

  • des technologies fonctionnant dans des canalisations jusqu’à 25 kHz, débits jusqu’à quelques dizaines de kbit/s (technologies de type TETRA, TETRAPOL, DMR, dPMR) ;
  • des technologies fonctionnant dans des canalisations de 50 à 200 kHz, offrant des débits allant jusqu’à plusieurs centaines de kbit/s (technologies de type TEDS et GSM-R).

Sur Twitter